Izard (1965) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
  
 +
: Etude des [[noms de parenté]]
 
: Sa maîtrise du breton est parfois chancelante et sous-informée de la variation dialectale.
 
: Sa maîtrise du breton est parfois chancelante et sous-informée de la variation dialectale.
  

Version actuelle en date du 27 avril 2019 à 14:53

  • Izard, Michel. 1965. 'La terminologie de parenté bretonne', L'Homme nos 3-4 (juil,-déc.), 88-100. texte.


Etude des noms de parenté
Sa maîtrise du breton est parfois chancelante et sous-informée de la variation dialectale.


 p.91. 
 "avec eontr et ionn, on utilise en pays nord-bigouden le français "tonton", diminutif affectueux servant de terme d'adresse familier pour les oncles, les oncles à la mode de Bretagne et les hommes sans relation de parenté connue [...] et plus âgés [...]"
 p. 92:
 "Tout cousin ou cousin à la mode de Bretagne de génération zéro est donc appelé kenderv, terme qui peut être utilisé également pour s'adresser à des non-apparentés de même âge qu'Ego. Les cousins et les cousins à la mode de Bretagne de génération + 1, + 2 et + 3, ainsi parfois que les hommes non apparentés à Ego, plus jeunes que lui, sont appelés "neveu", niz. Des faits symétriques existent dans le groupe des parents féminins ; on doit cependant noter que l'emploi des termes "tante", "cousine" et "nièce", dans le cadre des relations à la mode de Bretagne est moins général que celui des termes "oncle", "cousin", "neveu".