Item de polarité négative

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les items de polarité négative sont des expressions qui ne peuvent pas apparaître sans que la négation soit présente.

En (1), la négation est essentielle à la grammaticalité de la phrase (la phrase au positif serait lourdement agrammaticale: * bloazh 'zo ebet c'hoazh).


(1) N'eus bloaz ebed c'hoazh.
ne'y.a an au.monde encore
'il n'y a même pas un an encore' Trégorrois, Gros (1984:198)


Les équivalents de ce ebet (er bed, littéralement 'au monde') montrent la même restriction en anglais ou en français.

  • Je n'ai pas aimé le film du tout mais pas: * J'ai aimé le film du tout.
  • I didn't like the film at all mais pas: * I liked the film at all.


Inventaire

Les items de polarité négative en breton sont:


 Les adverbes kennebeut, naket, 'non plus'
 
 ebet, 'aucun', ou 'même'
 
 forzh (N'eus forzh pe X, 'n'importe quel.le X')
 
 Le verbe bernout 'importer' (ne vern ket, 'ce n'est pas important')
 
 na... na ('ni... ni... ')
 
 les quantifieurs pikol, nemeur, aotramant, dizorden, 'guère, (pas) beaucoup' 
 
 les minimiseurs comme l'adjectif antéposé dister, 'moindre'


Des expressions gelées comme:


(2) na herzel (get an droug)
ne tenir (avec le mal)
'avoir extrêmement (mal)' Haut-vannetais, Louis (2015:219)


Certains éléments ont aussi des lectures sémantiques qui n'émergent qu'en contexte négatif:


 Les adverbes temporels: 
   james, morse, biken, biskoazh, 'jamais, aucune fois' 
 
 l'adverbe ken avec la lecture 'ne... plus' 
 
 l'adverbe c'hoazh avec la lecture 'encore, déjà' 
 
 la tête nominale hini et les noms nus

Sémantique

contextes autorisateurs

Les études fondatrices sont celles de Jespersen puis Klima (1964), qui ont cherché à caractériser formellement les contextes syntaxico-sémantiques où peuvent apparaître les items de polarité (négative et positive).

Empiriquement, les contextes autorisateurs de NPIs sont la portée des mots négatifs (particules négatives ne, quantifieurs négatifs), les antécédents des conditionnelles, les questions, le restricteur des quantifieurs universaux, les verbes non-affirmatifs (douter), les prédicats adversatifs (être surpris par), les conjonctions négatives (sans), les comparatives et les superlatives, les phrases en aussi, les prédicats négatifs (improbable), quelques compléments subjonctifs, quelques disjonctions, les impératives, et les focalisateurs (du type de l'anglais finally, only).


(1) Mari-ze a labour kenkoulz ha paotr ebed.
Mari-ci R travaille autant que homme aucun
'Cette Marie-là travaille aussi bien que n'importe quel garçon.' Trégorrois, Gros (1984:198)


(2) M[e] na zoursian ket petra vo den ebed.
moi ne1 soucie pas quoi sera homme aucun
'Je ne m'occupe pas de ce que deviendra qui que ce soit.' Trégorrois, Gros (1984:198)


(3) Arru e oan er bourk araog ma oa sonet kloh ebed.
arrivé R étais dans.le bourg avant que était sonné cloche aucun
'J'étais arrivée au bourg avant qu'aucune cloche que ce soit n'ait sonné.' Trégorrois, Gros (1984:198)


hypothèse Fauconnier-Ladusaw

Fauconier (1975) et Ladusaw (1979) ont proposé que la plupart des NPIs de l'anglais sont autorisés par les contextes monotones décroissants, c'est à dire les contextes sémantiques d'implication des sous-ensembles.

Les contextes monotones décroissants couvrent par exemple les interrogatives et les conditionnelles. Les NPIs autorisés dans ces contextes sont appelés les items de polarité négative faibles puisqu'ils se satisfont de contextes non purement négatifs.

L'adverbe a-raok, 'avant', est par exemple un autorisateur d'items de polarité négative faibles. Cet adverbe est sémantiquement un adverbe monotone décroissant (avant que Julie et Manon viennent implique avant que Julie vienne).


non-véridicalité

Zwarts (1981) note pour le néerlandais ook maar que les contextes monotones décroissants ne sont pas non plus toujours une conditions suffisante pour autoriser les NPIs.

Zwarts (1981) et Giannakidou (2001) proposent de caractériser les contextes autorisant les NPIs comme non-véridicationnels.


scalarité

Chierchia (2013:60) note que que certains items de polarité négative sont scalaires, c'est-à-dire dépendent de l'existence d'une notion de quantité. C'est le cas des minimiseurs, puisqu'il dénotent la quantité la plus petite sur une échelle donnée. C'est aussi le cas en anglais de much et at all, qui ont comme les minimiseurs un effet d'emphase.


(1) I don’t like John at all.

'Je n'aime pas du tout John.', mais jamais * I like John at all.

(2) I don’t much like John.,

'Je n'aime pas beaucoup John.', mais jamais * I much like John.


C'est aussi le cas du français du tout (Je n'aime pas du tout John., mais jamais * J'aime du tout John.)


Cependant, certains contextes non-monotones (exactly N, exactement N) peuvent aussi autoriser les NPIs .

(1) * Quelque trois personnes ont jamais marché sur la lune.

Exactement trois personnes ont jamais marché sur la lune.

(2) * Some people have ever been on the moon.

Exactly three people have ever been on the moon.

Horizons comparatifs

Parfois, ce sont des blocs d'expressions entiers qui ne peuvent apparaître qu'avec la négation. Ainsi, le français de Basse-Bretagne en (1) ne peut se passer de négation (* C'est pour ce que c'est grand!).


(3) C'est pas pour ce que c'est grand!

Français de Basse-Bretagne (Lorient), [10/2014]

(4) J'ai pas levé le petit doigt, mais pas J'ai levé le petit doigt.

Français standard


Terminologie

En anglais, les items de polarité négative sont appelés negative polarity items (NPIs)


Bibliographie

études formelles et breton

  • Hendrick, R. 2011. 'Some Breton Indefinites', Andrew Carnie (éd.), Formal Approaches to Celtic Linguistics, Cambridge Scholars Publishing, 95-114.


études formelles et horizons comparatifs

  • Chierchia, Gennaro. 2013. Logic in Grammar: Polarity, Free Choice, and Intervention, Oxford Studies in Semantics and Pragmatics, Oxford University Press.
  • Fauconnier, Gilles. 1975. 'Polarity and the scale principle', Chicago Linguistic Society 11:188–199.
  • Giannakidou, Anastasia. 2001. 'The Meaning of Free Choice', Linguistics and Philosophy 24 (6): 659–735.
  • Klima, Edward, 1964. 'Negation in English', Jerry A. Fodor & Jerrold J. Katz (éds.), The structure of language. Englewood Cliffs: Prentice Hall, 246-323.
  • Ladusaw, William. 1979. Polarity sensitivity as inherent scope relations, Ph.D dissertation, University of Texas at Austin, IULC, 1980.