Indéfini de choix libre formé par reduplication : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Page créée avec « = Les quantifieurs = Il nous manque une étude fine des quantifieurs et même des indéfinis en breton ( ''br.'' [http://br.wikipedia.org/wiki/Raganv_damresisaat raganv dam… »)
 
(Les quantifieurs)
Ligne 1 : Ligne 1 :
  
= Les quantifieurs =
 
  
Il nous manque une étude fine des quantifieurs et même des indéfinis en breton ( ''br.'' [http://br.wikipedia.org/wiki/Raganv_damresisaat raganv damresisaat]). La reduplication est un processus morphologique productif pour obtenir un indéfini: un nom nu est redupliqué autour de la préposition ''pe'' ('ou'). Cette préposition provoque une mutation consonnantique (lénition) sur l'élément redupliqué: ''e ti-pe-di'': /dans maison-ou-maison/ signifie 'dans une maison quelconque'.
+
La reduplication est un processus morphologique productif pour obtenir un indéfini: un nom nu est y redupliqué pour produire un indéfini.
 +
 
 +
 
  
 
== X pe X ==
 
== X pe X ==
 +
 +
La reduplication peut s'opérer autour de la préposition ''pe'' ('ou'). Cette préposition provoque une mutation consonnantique (lénition) sur l'élément redupliqué: ''e ti-pe-di'': /dans maison-ou-maison/ signifie 'dans une maison quelconque'.
  
 
Cette reduplication nominale autour de ''pe'', 'ou' résulte en un indéfini. ''Den pe zen'', littéralement [homme ou homme], désigne réfère à n'importe quelle entité répondant à la qualification de 'homme'. La tournure implique une attitude indifférente du locuteur vis-à-vis de l'identification de cette entité.
 
Cette reduplication nominale autour de ''pe'', 'ou' résulte en un indéfini. ''Den pe zen'', littéralement [homme ou homme], désigne réfère à n'importe quelle entité répondant à la qualification de 'homme'. La tournure implique une attitude indifférente du locuteur vis-à-vis de l'identification de cette entité.
 +
  
 
[[Gros (1984)|Gros (1984:70)]] donne, entre autres:  
 
[[Gros (1984)|Gros (1984:70)]] donne, entre autres:  

Version du 14 décembre 2009 à 13:03


La reduplication est un processus morphologique productif pour obtenir un indéfini: un nom nu est y redupliqué pour produire un indéfini.


X pe X

La reduplication peut s'opérer autour de la préposition pe ('ou'). Cette préposition provoque une mutation consonnantique (lénition) sur l'élément redupliqué: e ti-pe-di: /dans maison-ou-maison/ signifie 'dans une maison quelconque'.

Cette reduplication nominale autour de pe, 'ou' résulte en un indéfini. Den pe zen, littéralement [homme ou homme], désigne réfère à n'importe quelle entité répondant à la qualification de 'homme'. La tournure implique une attitude indifférente du locuteur vis-à-vis de l'identification de cette entité.


Gros (1984:70) donne, entre autres:

devezh-pe-zevezh (/jour ou jour/ = 'un jour ou un autre, un jour quelconque à ton choix'),
hini-pe-hini (/N-ou-N/ 'l'un ou l'autre'),
e prenestr-pe-brenestr (/P fenêtre-ou-fenêtre/ = à une fenêtre ou à une autre),
mad d'ober sort pe sort (/ bon à faire sorte-ou-sorte/ = 'bon pour faire une chose ou une autre'),
tamm-pe-damm (/morceau ou morceau/ = 'un morceau ou un autre'),
tu-pe-du (/coté-ou-coté/ = d'un 'coté ou de l'autre')...


Det X-mañ X

Cette formation est très étrange. Elle implique un nom dont le déterminant peut être présent, suivi du déictique locatif adverbial -mañ et, immédiatement, de la reduplication nominale. Le résultat sémantique est un terme désignant une entité indifférenciée des autres entités avec lesquelles elle forme classe (dico An Here:-mañ, II br. ).


Le déictique locatif adverbial clitique -mañ crée des démonstratifs en s'accolant au nom. Ce mécanisme de création des démonstratifs à partir d'un déterminant défini, du nom et d'un déictique spatial est commun à travers les langues (par exemple en créole Haitien). Ce qui est étonnant en breton est que la reduplication du nom puisse produire un indéfini.


l'expression démonstrative

L'expression démonstrative peut être précédée d'un déterminant défini ou non.

(1) a. racine nominale reduplication b. DP reduplication
plac'h > plac'h-mañ plac'h an ti > an ti-mañ ti
fille fille-là fille DET maison DET maison-là maison
fille 'telle ou telle fille' 'la maison' 'telle ou telle maison'


Favereau (1997:119) mentionne à Brasparzh les deux structures DET-N-là-DET-N et N-là-N:

(5) (da werzhañ) an Ldra-mañ-'n Ldra / tra-mañ-tra
pour vendre DET chose-là-DET chose chose-là-chose Brasparzh K Favereau (1997:119)


Les démonstratifs pronominaux (type celui-ci, celle-là) sont synthétiques, c'est à dire qu'ils sont réalisés en un seul morphème. Ces démonstratifs aussi peuvent entrer dans la construction reduplicative. A noter que l'élément redupliqué n'existe alors pas en isolation.


(2)a. démonstratif pronominal reduplication ! démonstratif pronominal reduplication
Hen > hen-mañ hen Cornouaillais, Trépos (2001:177)
hemañ-hen houmañ-houn Favereau (1997:119) tirant source de Trépos et Kervella (citation non identifiée)
celui.ci celui-là-celui celle-ci-celle
'celui-ci' 'tel ou tel' 'telle ou telle'

l'élement redupliqué

L'élément redupliqué est la plupart du temps un nom nu. Cependant, pour Kervella (1995:§509), l'opération de reduplication concerne aussi le déterminant défini précédant le nom. Le déictique spacial -mañ, lui, n'est jamais redupliqué.


(x). DP reduplication b. DP reduplication c. DP reduplication
an den-mañ > an den-mañ-'n den ar c'hi-mañ > an den-mañ-'r c'hi el lec'h-mañ > el lec'h-mañ-'l lec'h
DET homme-là DET homme-là-l'homme DET chien-là DET chien-là DET chien P.DET lieu-là P.DET lieu-là-DET lieu
'cet homme' 'tel ou tel homme' 'ce chien' 'tel ou tel chien' 'dans ce lieu' 'dans tel ou tel lieu' Kervella (1995:§509)


Lorsque le déterminant induit une mutation consonnantique sur le nom, le nom redupliqué peut porter la même mutation (ici, en (3) la lénition T>D notée "L"). Celà n'est pas automatique (4).

(3) ... ma ran an Ldra-man-Ldra.
... si fais.1SG DET chose-là-chose
'... si je fais telle ou telle chose.' léonard Kerrien (2000:8)
(4) ar Lwezenn-mañ-gwezenn.
DET arbre-là-arbre standard dico An Here 2001

Distribution

- relevés en situation -


(x) M'ho pez ezhomm ac'hanon da c'houzout tra pe dra, da gavout ar sal-mañ sal, sonit ar c'hloc'h [].
Si 2PL avez besoin P.1SG pour savoir chose ou chose, pour trouver DET salle-là salle, sonnez la cloche
'Si vous avez besoin de moi pour savoir quoi que ce soit, pour trouver une salle (quelconque), sonnez la cloche.' standard, Dupuy (2007:40)


(2) Ya, ya, e-giz ma leverez, an devezh-mañ devezh e vezo graet memestra
Oui, oui, comme C dis.2SG le jour-là jour R sera fait quand.même
'Oui, comme tu dis, tel ou tel jour ce sera fait quand même.' standard, Blaz an douar, p.18


diachronie

La formation de l'indéfini par reduplication date au moins du moyen breton. Hemon (2000:§77 et §108, n.5) en relève quelques exemples. Il se pourrait que dans les structures qu'il note, certaines soient des reduplications autour non pas d'un déictique spatial, mais de l'élément de coordination a (hen-a-hen).