Hogen

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Hogen est un complémenteur marquant l'opposition.


(1) Hogen, ar pleuñv-se a gresk bep miz re nevez warnañ.
mais le plumage-ci R1 croît chaque mois N nouveau sur.lui
'Mais il pousse chaque mois de nouvelles (plumes) sur ce plumage.' Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:157)


Morphologie

La morphologie de hogen est assez stable à travers les dialectes.


répartition dialectale

Selon le trégorrois Leclerc (1986:115), l'emploi de hogen, 'mais, or' est associé au Léon. Cependant, hogen est inconnu de M-L. B. à Plougerneau (M-L. B. 02/2016). A Lesneven, A.M. déclare connaître hogen comme une forme exogène, associée à l'écrit (A.M. 02/2016).

On relève des usages de hogen à Pleiben en Cornouaille, et chez Kervella.


(2) Un dra bennak a oa bet roet dezhi, hogen n'em eus ket soñj petra. Morlaix, Herri (1982:113)
un 1chose quelconque R était été donné à.elle mais ne'1SG a pas souvenir quoi
'On lui avait donné quelque chose, mais je ne me rappelle pas quoi.'


Syntaxe

conjonction disjonctive

Le complémenteur hogen peut opposer différentes propositions, ici deux subordonnées causales de même rang syntaxique.


(3) hogen abalamour muioc’h c’hoaz marteze d’an istoriou burzudus, skrijus pe fentus a veze warno da lenn !
mais à.cause plus encore peut-être de le histoires merveilleux terrifiant ou drôle R est sur.eux à1 lire
'… Mais peut-être plus encore à cause des histoires merveilleuses, terrifiantes ou drôles qu’on y trouvait à lire.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Go (1950:5)


Hogen peut être la tête d'une proposition indépendante, mais il s'agit alors d'une figure de style. La proposition est logiquement opposée à la précédente.


(4) Hogen ouzhpenn eun dastumer pe aozer marvailhou e oa Yann ar Floc'h.
mais plus.de un collect.eur ou créat.eur contes était Yann ar Floc'h
'Mais Yann ar Floc'h était plus qu'un collecteur ou créateur de contes.'
Cornouaille, (Pleyben), Ar Go (1950:8)


ordres à verbe second

Même sans être isolée dans une pause intonative, hogen sélectionne une proposition à verbe second. En (1), le sujet apparaît entre hogen et le verbe tensé (cf. ordres V2 en enchâssées).


(1) Me a breno ar sae, hogen c'hwi a wisko anezhi.
moi R1 achètera le robe mais vous R1 habillera P.elle
'J'achèterai la robe, mais tu la mettras.' Standard, Press (1986:205)


Press (1986:209) note que c'est aussi le cas pour met 'mais' et rak 'car'. Il en conclut que ce ne sont pas des conjonctions de subordination.


relevés

(2) E ano en ti-kêr a oa Jean Le Page, hogen an holl e Pleiben a rae Jañ Pach anezañ.

'Son nom civil était Jean Le Page, mais tous à Pleiben l'appelaient Jañ Pach.', Pleiben, Ar Go (1950:6-7)


(3) ... war ar skridoù eo bet diazezet ul lodenn vat deus va anaoudegezh, hogen war ar yezh komzet eo bet diazezet ivez.

'Une bonne partie de mes connaissances est basé sur les écrits, mais aussi sur la langue orale.', Kervella, cité dans Denez (1993:27)


(4) Ne oan ket gant ma c'hentañ treizhadenn, hogen argadet e voe an douaradez ac'hanon...
ne1 étais pas avec mon2 premier traversée, mais frappé R fut le terrienne P.moi...
'Je n'en étais pas à ma première traversée, loin de là, mais la terrienne que je suis fut frappée (d'un sentiment si étrange, celui d'un voyageur projeté dans un monde inconnu).'
(Beyer 2009:36)