Hepken

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

L'adverbe hepken est un composé de la préposition hep, 'sans' et de l'adverbe ken. Il est traduisible par 'seulement'.


(1) Teir reunenn hepken a c'hellan da gemerout digant pep~hini.
trois crin seulement R1 peux de1 prendre avec chaque un
'Je peux prendre seulement trois crins à chacun.' Cornouaille (Pleyben), Ar Floc’h (1950:157)


Morphologie

variation dialectale

Hepken, comme hep, apparaît en vannetais avec une nasalisation sous la forme hempkin, ainsi qu'en Haute-cornouaille intérieure (he(m)pkin, Scaër, Guiscriff, Gourin, Martin 1929:175).


répartition dialectale

Louis (2015:26), en haut-vannetais, considère que l'usage de hepken, concurrencé par celui de l'emprunt relativement récent seulamant, est une marque des locuteurs traditionnels.


(1) Ne ouie ket seulamant petra lâre !
ne savait pas seulement quoi disait
'Il ne savait même pas ce qu’il disait.' Haut-vannetais (emprunt nouveau), Louis (2015:26)


composition

Hemon (1975:§107) propose que le composé hepken, 'seulement', signifie littéralement /sans.autre(.chose)/, avec la préposition privative hep, 'sans' suivie de ken dans son sens ancien de 'autre, autre chose'.


Syntaxe

distribution

Hepken apparaît plutôt en bord droit de syntagme.


(2) Ur wech hepken, e c'hellis pakañ anezhi e-keit ma c'hoarzhe outi hec'h-unan [...].
un 1fois seulement R pus attraper P.elle pendant que riait à.elle son.un
'Une seule fois, je pus la surprendre pendant qu'elle riait toute seule (...)'
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:24)


(3) Kement ha ma gomprenan e kavit-c'hwi diazez ar brezhoneg war ar skridoù hepken.

lettre de Kervella à Roparzh Hemon, cité dans Denez (1993:27)


Dans certains exemples, hepken semble plutôt indépendant dans le champ du milieu (en 4, il ne peut pas modifier miret car le sens serait différent).


(4) Gwechall ar chase a oa miret hepken evid an dud pinvidig. Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:39)
autrefois le chasse R1 était gardé seulement pour le 1gens riche
'Autrefois, la chasse était réservée aux riches.'

Bibliographie