Hanter-

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le préfixe hanter- est une grammaticalisation du quantifieur hanter, 'moitié'.


(1) Diwar hantérhér en em glevom.
à moitié1.mot se1 entendons
'Nous nous comprenons à demi-mot.' Trégorrois, Gros (1984:377)


Kervella (1947:§883) donne : hanterdiegezh, hantergelc’h, hantergrediñ, hanterguzhat, hanterouenn, hanterzoue, hantervad, ainsi que les mots écrits comme composés hanter-eur, hanter-c’hraet, hanter-zebret.

Helias (1986:15) donne hantervaro, 'à demi mort'.


Morphologie

mutations

Lorsqu'il fait muter le nom qui le suit, il est plausible que hanter soit un préfixe. Gros (1984:378) considère que le préfixe hanter- induit une lénition, mais il ajoute que si la racine fait plus d’une syllabe, la mutation devient aléatoire.


(2) hanter-vezw.
moitié1-saoul Favereau (1997:§305).


Selon Favereau (1997:§331), hanter, lorsqu'il provoque une mutation, fait muter [k, t, p, m], et plus irrégulièrement [g, b, gw].

hanter gousket, 'à moitié endormi'; un hanter dro, 'un demi-tour'; hanter boazhet, 'à moitié cuit'; hanter varv, 'à moitié mort'
un hanter c'henoù, 'une demi-bouche (& au figuré, qui a la langue dans sa poche)'; mais hanter glas, 'à moitié bleu ou vert'
hanter vrein, 'à moitié pourri'; mais hanter breur, 'demi-frère'
un hanter werennad gwin, 'un demi verre de vin'


Favereau (1997:§331) signale aussi une lénition de [d] mais il ne donne que des exemples non-mutés.

hanter don, 'semi-profond'; hanter dizonet, 'à moitié sevré', hanter desket, 'à moitié instruit'

accentuation

En KLT, où l'accent tombe régulièrement sur l'antépénultième syllabe, le préfixe hanter et le nom qu'il quantifie semblent former un même composé.

Le préfixe hanter- fait partie du mot pour l'accentuation dans :

eun hanTER-kant, 'un demi-cent', Gros (1984:377)
/ɔn ã'terlyr/, eun hanTER-lur, 'une demi-livre (250 grammes)', Goyat (2012:122)
en hanTER ti, 'dans la moitié de la maison', Léon (Cléder), Fave (1998:116)
eun hanTER-torz, 'une demi miche', Léon (Cléder), Fave (1998:116)
hanTER-tamm, 'un demi-morceau', Léon (Cléder), Fave (1998:116)


Il y a de rares exceptions:

  • hanter-NOZ, 'minuit' (Kervella 1947:§883, Gros 1984:377). Goyat (2012:302) donne pour Plozevet /roɡ ãntɛr 'nọ:z/, araog hanterNOZ, 'avant minuit'.
  • hanter-HENT, 'à mi-chemin'
  • hanter-KANt, 'cinquante' (Gros 1984:377). Goyat (2012:215) donne pour Plozevet /ˌãntɛr'kãn/, et /ˌɛjzaɡãntɛr'kãn/, eiz-hag-hanter-KANt, '58'. Fave (1998:116) donne cependant hanTER-kant, '50'.


Kervella (1947:§883) contraste hanterNOZ avec un accent sur la finale, et les mots écrits avec un tiret, qui eux sont accentués comme s’il s’agissait d’un seul mot.

productivité et variation dialectale

Gros (1984:369) considère ce suffixe comme productif en breton trégorrois.

Syntaxe

Selon Chalm (2008:§ B29), hanter serait un adverbe lorsqu'il provoque une mutation. L'hypothèse qu'il s'agit d'un préfixe est plus simple, car, au contraire des préfixes, les adverbes ne sont pas connus indépendamment pour provoquer des mutations en tant que catégorie de mots.

Sémantique

Sur un prédicat, le préfixe hanter- est a-perfectif.

Horizons comparatifs

Selon Deshayes (2003:37), hanter-, 'demi-, mi-', est à mettre en relation avec le gallois hanner-.


A ne pas confondre

Les occurrences non-mutées sont plausiblement des morphèmes libres du quantifieur hanter.