Hag a : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(hag a avec un antécédent défini)
(42 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs sont masquées)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
| ||Yann a zo (ur) ||c'hrouadur || '''hag a''' labour mat || er skol.
 
| ||Yann a zo (ur) ||c'hrouadur || '''hag a''' labour mat || er skol.
 
|-
 
|-
| || Yann [[R]] [[zo|est]] ([[art|un]])<sup>[[5]]</sup>|| enfant || [[C.ha(g)|que]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[labourat|travaille]] [[mat|bien]] || [[P.e|dans]].[[art|le]] école  
+
| || Yann [[R]] [[zo|est]] ([[art|un]])<sup>[[5]]</sup>|| [[krouadur|enfant]] || [[C.ha(g)|que]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[labourat|travaille]] [[mat|bien]] || [[P.e|dans]].[[art|le]] école  
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Yann est un enfant qui travaille bien à l'école.'
 
|||colspan="4" | 'Yann est un enfant qui travaille bien à l'école.'
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
=== composition ===
 
=== composition ===
  
La première partie du composé, le complémenteur ''[[C.ha(g)|ha(g)]]'' est aisément reconnaissable.
+
La première partie du composé ''hag'' est aisément reconnaissable comme le complémenteur ''[[C.ha(g)|ha(g)]]'', homophone du complémenteur épistémique 'si' et de la [[coordination]].
  
  
==== le ''a'', rannig ou pas? ====
+
==== ''a'', rannig ou pas? ====
  
''Hag a'' semble à première vue être composé du [[R|rannig]] ''a'', car il provoque une lénition sur le verbe qui le suit. Ce ''a'' n'est pas prononcé dans les environnements exacts où le rannig disparait indépendamment, comme dans une partie du paradigme du verbe ''[[kaout]]'' 'avoir'.
+
''Hag a'' semble à première vue être composé sur sa partie droite du [[R|rannig]] ''a'', car il provoque une lénition sur le verbe qui le suit. Ce ''a'' n'est pas prononcé dans les environnements exacts où le rannig disparait indépendamment, comme dans une partie du paradigme du verbe ''[[kaout]]'' 'avoir'.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)||…un den kozh ||'''hag''' en    deus graet ||e amzer soudard ||en Oriant  
+
|(2)||…un den kozh ||'''hag''' en    deus graet ||e amzer soudard ||en Oriant  
 
|-
 
|-
| || [[art|un]] homme vieux|| [[C.ha(g)|que]] [[R]].3SGM [[kaout|a]] [[ober|fait]] ||[[POSS|son]] temps soldat ||[[P.e|en]] Oriant
+
| || [[art|un]] [[den|homme]] [[kozh|vieux]]|| [[C.ha(g)|que]] [[R]].3SGM [[kaout|a]] [[ober|fait]] ||[[POSS|son]] temps soldat ||[[P.e|en]] Oriant
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | '... un vieil homme qui a fait son service militaire à Lorient'
 
|||colspan="4" | '... un vieil homme qui a fait son service militaire à Lorient'
Ligne 36 : Ligne 36 :
  
  
Lorsqu'une négation est présente, on obtient normalement ''ha ne'' ou ''ha na'' ([[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:§582-3). Cependant, Miossec utilise la tournure ''hag a ne...'', ce qui met en doute l'identité de rannig de la particule ''a'' qui ne se trouve autrement jamais au dessus de la négation ''[[ne]]''. Dans ce dialecte au moins, il ne s'agit pas du [[rannig]] ''a''.
+
Lorsqu'une [[négation]] est présente, on obtient normalement ''ha n'''e''''' ou ''ha n'''a''''' ([[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:§582-3), avec une alternance ''a/e'' typique des rannigs.
 +
 
 +
 
 +
==== ''hag a ne...'' chez Miossec ====
 +
 
 +
Miossec utilise la tournure ''hag a ne...'', ce qui met en doute l'identité de rannig de la particule ''a'' dans son dialecte car les rannigs ne se trouve autrement jamais au-dessus de la négation ''[[ne]]''. Dans ce dialecte au moins, il ne s'agit pas du [[rannig]] ''a''.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)||boestoù ||'''hag a ne''' vez da ober || nemed lakad ||anezo war an tan|| da domma.
+
|(3)||boestoù ||'''hag a ne''' vez da ober || nemed lakad ||anezo war an tan|| da domma.
 
|-
 
|-
| || boîtes|| [[C.ha(g)|que]] prt [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[vez|est]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[ober|fait]] ||[[nemet|seulement]] [[lakaat|mettre]]  ||[[a|P]].[[pronom incorporé|eux]] [[war|sur]] [[art|le]] feu || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> chauffer
+
| || boîtes|| [[C.ha(g)|que]] prt [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[vez|est]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[ober|fait]] ||[[nemet|seulement]] [[lakaat|mettre]]  ||[[a|P]].[[pronom incorporé|eux]] [[war|sur]] [[art|le]] [[tan|feu]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[tomm|chauf]].fer
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | '... des boîtes qu'il n'y a qu'à mettre sur le feu pour réchauffer.'
 
|||colspan="4" | '... des boîtes qu'il n'y a qu'à mettre sur le feu pour réchauffer.'
Ligne 51 : Ligne 56 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(3)||dre ar gwenojennou diêsa, || ar re '''hag a ne''' blijont|| na d'ar valtouterien, ||na d'ar zoudarded...
+
|(4)||dre ar gwenojennou diêsa, || ar re '''hag a ne''' blijont|| na d'ar valtouterien, ||na d'ar zoudarded...
 
|-
 
|-
| || [[dre|par]] [[art|le]] chemins difficile.[[superlatif|le.plus]]||[[art|le]] [[hini|ceux]] [[C.ha(g)|que]] prt [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[plijout|plaisent]] ||[[na...na...|ni]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup>'[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>douaniers || [[na...na...|ni]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup>'[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>soldats
+
| || [[dre|par]] [[art|le]] chemins [[diaes|difficile]].[[superlatif|le.plus]]||[[art|le]] [[hini|ceux]] [[C.ha(g)|que]] prt [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[plijout|plaisent]] ||[[na...na...|ni]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup>'[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>douaniers || [[na...na...|ni]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup>'[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>soldats
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'par les chemins les plus escarpés, ceux qui ne plaisent ni aux douaniers, ni aux soldats...'
 
|||colspan="4" | 'par les chemins les plus escarpés, ceux qui ne plaisent ni aux douaniers, ni aux soldats...'
Ligne 61 : Ligne 66 :
  
  
Miossec utilise consistamment ''hag a ne'' pour la relativisation d'un indéfini, comme par exemple dans [[Miossec (1994)]]:
+
Miossec utilise consistamment ''hag a ne'' pour la [[relativisation]] d'un [[indéfini]], comme par exemple dans [[Miossec (1994)]]:
  
 
* ''meur a hini '''hag a ne''' hell ket mired da glask konta kaoziou.'', p.27  
 
* ''meur a hini '''hag a ne''' hell ket mired da glask konta kaoziou.'', p.27  
Ligne 72 : Ligne 77 :
  
  
== Syntaxe ==
+
==== un seul /a/ prononcé dans les dialectes en perte de rannig ====
  
Il existe différentes hypothèses quant à l'élément déclencheur du complémenteur ''hag a''.
+
En cornouaillais de l'Est maritime ou encore à Duault, le rannig tend à n'être pas prononcé du tout, au point que les relatives ailleurs en ''hag a'' apparaissent en ''ha'' seul, une forme alors homophone d'un rannig simple s'il était prononcé.
+
=== définitude de l'antécédent ===
+
  
Selon [[Kervella (1995)|Kervella (1995]]:§808) la [[définitude]] du [[syntagme nominal]] influe sur la forme de sa [[modification]] par une [[relative]]: un antécédent indéfini déclencherait la forme ''hag a''.
 
  
 +
{| class="prettytable"
 +
| (5) ||<u>unan</u>|| '''ha''' ||oa ||botoù ||gantañ
 +
|-
 +
|||[[unan|un]] ||[[R]] || [[COP|était]] ||chaussure[[-où (PL.)|s]]||[[gant|avec]].[[pronom incorporé|lui]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" |'quelqu'un qui portait des chaussures.'
 +
|-
 +
|||||||||||||colspan="4" |''Cornouaillais de l'Est (Lanvénégen)'', Evenou (1989)
 +
|-
 +
|||||||||||||colspan="4" |cité dans [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§580)
 +
|}
  
==== variation dialectale ====
 
  
Selon [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§580), la règle d'association des antécédents indéfinis et du complémenteur ''ha(g)'' s'applique en breton du Poher et du pays Pourlet.  
+
{| class="prettytable"
 +
| (6) ||Neuche mi ||<u>pikol forniou</u> '''a''' || labour.|||| ''Cornouaillais de l'Est (Riec)''
 +
|-
 +
| ||N'eus ket mui ||<u>pikol forniou</u> '''hag''' ||'''a''' labour.|||| ''Équivalent standardisé''
 +
|-
 +
|||[[ne]]<sup>[[1]]</sup>.[[E|est]].[[ket|pas]] [[mui|plus]] ||[[pikol|beaucoup]] fours ([[C.ha(g)|C]])|| [[R]] [[labourat|travaille]]
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'Il n'y a plus beaucoup de fours en activité.' |||||||| [[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. (2017]]:102)
 +
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)|| Setu aze ||'''balan glaz''' '''hag a''' zev ||ar re-ze,|| klev, ||a zo briz sec'h.
+
|(7)||<font color=green>[ jãn zo ||<font color=green> <u>'bygœl</u>  ||<font color=green> '''a''' labuʁa 'mat ||<font color=green> baʁ skol ]|||||| ''Duault'', [[Avezard-Roger (2004a)|Avezard-Roger (2004a]]:248)
 
|-
 
|-
| ||[[setu|voici]] [[ads|ici]]|| genêt vert que<sup>[[1]]</sup> brûle || [[art|le]] [[hini|ceux]]-[[DEM|ci]] || [[klevout|écoute]] || [[R]] [[zo|est]] [[brizh-|moitié]]-sec
+
| ||Yann 'zo (ur) || <u>bugel</u> || '''a''' laboura mat || e-barzh ar skol.
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'celui-là, sais-tu, est à moitié sec.'
+
| || Yann [[zo|est]] ([[art|un]]) ||enfant ||[[R]]<sup>[[1]]</sup> [[labourat|travaille]] [[mat|bien]] || [[e-barzh|dans]].[[art|le]] école
 
|-
 
|-
|||||||||colspan="4" | ''Trégorrois'',  [[Gros (1970b)|Gros (1970b]]: 'briz')
+
|||colspan="4" | 'Yann est un enfant qui travaille bien à l'école.'
 
|}
 
|}
  
  
On en trouve des exemples en haut-cornouaillais à Lanvénégen ([[Evenou (1987)|Evenou 1987]]), en bas-vannetais ([[Nicolas (2005)|Nicolas 2005]])...
+
== Syntaxe ==
  
 +
Il existe différents éléments déclencheurs du complémenteur ''hag a'', et une variation dialectale quant à ces déclencheurs.
  
Cependant, on trouve aussi des contre-exemples.
 
  
 +
=== antécédent indéfini ===
  
===== ''hag a'' avec un antécédent défini =====
+
Selon [[Kervella (1995)|Kervella (1995]]:§808) la [[définitude]] du [[syntagme nominal]] influe sur la forme de sa [[modification]] par une [[relative]]: un antécédent indéfini déclencherait la forme ''hag a''.
  
On trouve ''hag a'' dans la [[relative|relativisation]] d'un [[objet]] ou d'un [[sujet]] [[défini]].
 
  
 
+
La règle qui associe un antécédent indéfini et le complémenteur ''hag a'' est rapportée en breton du Poher et du pays Pourlet ([[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:§580). On en trouve des exemples en cornouaillais de l'Est à Lanvénégen ([[Evenou (1987)|Evenou 1987]]), en bas-vannetais ([[Nicolas (2005)|Nicolas 2005]]), en vannetais standard ([[Cheveau (2017)|Cheveau 2017]]:§325)...
{| class="prettytable"
+
| (1) || <u>Ar marc'hadour roñseed</u>,|| '''hag a''' oar e vicher koulskoude,|| a chomas berr da laerezh anezhañ.
+
|-
+
|||[[art|le]] march.[[-our|and]] chevau[[-ed (PL.)|x]] || C [[R]] [[gouzout|sait]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> métier [[koulskoude|cependant]] || [[R]] [[chom|resta]] court [[da|pour]] vol[[-ezh (V.)|er]] [[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]
+
|-
+
| ||colspan="4" |'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'
+
|-
+
|||||colspan="4" | [[Press (1986)|Press (1986]]:208), citant [[Trépos (2001)|Trépos (1974]]:121)
+
|}
+
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2) || Ne jom anezi ||nemed <u>he hloh ''Maria Pia'' </u> || '''hag a''' ||heller gweled _ (...).
+
|(1)|| Setu aze ||<u>balan glaz</u> '''hag a''' zev ||ar re-ze,|| klev, ||a zo briz sec'h.|||||| ''Trégorrois'',  [[Gros (1970b)|Gros (1970b]]: 'briz')
 
|-
 
|-
|||[[ne]] [[chom|reste]] [[a|de]].[[pronom incorporé|elle]] || [[nemet|seulement]] [[POSS|sa]] cloche ''Maria Pia'' || C [[R]]|| [[gallout|peut]].[[IMP]] [[gwelout|voir]]
+
| ||[[setu|voici]] [[ads|ici]]|| genêt vert que<sup>[[1]]</sup> brûle || [[art|le]] [[hini|ceux]]-[[DEM|ci]] || [[klevout|écoute]] || [[R]] [[zo|est]] [[brizh-|moitié]]-sec
|-  
+
| ||colspan="4" |'Il ne reste d'elle que sa cloche ''Maria Pia'' que l'on peut voir.'
+
 
|-
 
|-
|||||||||colspan="4" |''Léonard'', [[Seite (1998)|Seite (1998]]:50)
+
|||colspan="4" | 'Voilà du genêt vert qui brûle. Celui-là, sais-tu, est à moitié sec.'
 
|}
 
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (3)||<u>Va mamm</u> || '''hag a''' oa bet || intañvez, he-doa || daou vugel all.  
+
| (2)|| An dimeziñ ||ne c'hell bezañ graet || etre <u>daou zen</u> ||'''hag a''' vev fall || an eil ||gant egile.
 
|-
 
|-
| || [[POSS|mon]] mère || C [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[COP|était]] [[bezañ|été]]|| veuve 3SGF-[[kaout|avait]] || [[numéraux cardinaux|deux]]<sup>[[1]]</sup> enfant [[all|autre]]
+
| || [[art|le]] [[dimeziñ|marier]] ||[[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[gallout|peut]] [[bezañ|être]] [[ober|fait]]||[[etre|entre]] [[les numéraux cardinaux|2]]<sup>[[1]]</sup> [[den|humain]] ||[[C-ha(g)|C]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[bevañ|vit]] [[fall|mauvais]]|| [[art|le]] [[Pronom réciproque|second]]|| [[gant|avec]] [[Pronom réciproque|egile]]
 
|-
 
|-
| || colspan="4" | 'Ma mère, qui avait été veuve, avait deux autres enfants.'
+
| ||colspan="4" | 'Le mariage ne peut se faire entre deux personnes qui vivent mal ensemble.'  
 
|-
 
|-
| |||||||| colspan="4" | ''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:5)
+
| ||||||colspan="4" | [[Jezegou (1936)|Jezegou (1936]]:195), cité dans [[Menard (1995)|Menard (1995]]:§ amourouz)
 
|}
 
|}
  
===== antécédent indéfini sans ''hag'' =====
+
 
 +
==== antécédent indéfini sans ''hag'' ====
 +
 
 +
On trouve aussi des antécédents indéfinis avec un [[rannig]] seul (''<u>ur c'hi</u> '''a''' beg'', 'un chien qui mord', Trépos cité par [[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:576).
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)||<font color=green>[ jãn zo ||<font color=green> 'bygœl  ||<font color=green> a labuʁa 'mat ||<font color=green> baʁ skol ]|||||| ''Duault'', [[Avezard-Roger (2004a)|Avezard-Roger (2004a]]:248)
+
|(1)||<u>ur gêr</u> ||'''a''' zo ||bourrus ||bevañ enni ||||''Standard'', [[Drezen (1932)|Drezen (1932]]:5)
 
|-
 
|-
| ||Yann 'zo (ur) || <u>bugel</u> || a laboura mat || e-barzh ar skol.
+
| || [[art|un]] <sup>[[1]]</sup>ville ||[[R]]<sup>[[1]]</sup> [[zo|est]] || plaisant || [[bevañ|vivre]] [[P.e|dans]].[[pronom incorporé|elle]]
 
|-
 
|-
| || Yann [[zo|est]] ([[art|un]]) enfant ||[[R]]<sup>[[1]]</sup> [[labourat|travaille]] [[mat|bien]] || [[e-barzh|dans]].[[art|le]] école
+
|||colspan="4" |'une cité au séjour enchanté' (''J'ai deux amours'', J. Baker)
|-
+
|||colspan="4" | 'Yann est un enfant qui travaille bien à l'école.'
+
 
|}
 
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2) ||<u>unan</u>|| '''ha''' ||oa ||botoù ||gantañ
+
|(2)||<u>eun ebeul bïan brao</u> ||'''a''' oar ||debri bara ||diwar va dorn ||||''Léon'', [[Seite & Stéphan (1957)|Seite & Stéphan (1957]]:83)
 
|-
 
|-
|||[[unan|un]] ||C ||[[R]] [[COP|était]] ||chaussure[[-où (PL.)|s]]||[[gant|avec]].[[pronom incorporé|lui]]
+
| || [[art|un]] poulain [[bihan|petit]] [[brav|beau]] ||[[R]]<sup>[[1]]</sup> [[auxiliaire gouzout|AUX]] ||[[debriñ|manger]] [[bara|pain]] || [[diwar|de]] [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> main
|-
+
| ||colspan="4" |'quelqu'un qui portait des chaussures.'
+
 
|-
 
|-
|||||||||||||colspan="4" |''Haute-cornouaille (Lanvénégen)'', Evenou (1989)
+
|||colspan="4" |'un beau petit poulain qui me mange du pain dans la main.'  
|-
+
|||||||||||||colspan="4" |cité dans [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§580)
+
 
|}
 
|}
  
Ligne 170 : Ligne 176 :
 
| (3) ||<u>ur blaz</u>|| '''na''' ||bade ket ||gwall bell.
 
| (3) ||<u>ur blaz</u>|| '''na''' ||bade ket ||gwall bell.
 
|-
 
|-
|||[[art|un]] gout ||[[ne]].[[R]]<sup>[[1]]</sup> ||durait [[ket|pas]]||[[gwall|très]]<sup>[[1]]</sup> longtemps
+
|||[[art|un]] gout ||[[ne]].[[R]]<sup>[[1]]</sup> ||[[padout|durait]] [[ket|pas]]||[[gwall|très]]<sup>[[1]]</sup> longtemps
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" |'un gout qui ne durait pas très longtemps' |||| [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§581)
 
| ||colspan="4" |'un gout qui ne durait pas très longtemps' |||| [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§581)
 
|}
 
|}
 
  
  
Ligne 182 : Ligne 187 :
 
||| <u>un den</u> ||'''ha''' ||'laboura mat||durant an deiz|| 'vez ket kavet bepred.
 
||| <u>un den</u> ||'''ha''' ||'laboura mat||durant an deiz|| 'vez ket kavet bepred.
 
|-
 
|-
|||[[art|un]] homme ||C ||([[R]]) [[labourat|travaille]] [[mat|bien]]||[[durant|pendant]] [[art|le]] jour|| [[vez|est]] [[ket|pas]] [[kavout|trouvé]] [[bepred|toujours]]
+
|||[[art|un]] [[den|homme]] ||C ||([[R]]) [[labourat|travaille]] [[mat|bien]]||[[durant|pendant]] [[art|le]] jour|| [[vez|est]] [[ket|pas]] [[kavout|trouvé]] [[bepred|toujours]]
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" |'On ne trouve pas toujours un homme qui travaille bien toute la journée.'  
 
| ||colspan="4" |'On ne trouve pas toujours un homme qui travaille bien toute la journée.'  
Ligne 190 : Ligne 195 :
  
  
===== antécédent indéfini avec ''a'' =====
+
Pour le vannetais prémoderne, [[Châtelier (2016)|Châtelier (2016]]:) note que ''hag'' n'apparaît pas comme [[complémenteur]] dans les relatives chez le haut-vannnetais Marion, même pour la relativisation d'un indéfini.
  
  
On trouve aussi des antécédents indéfinis avec un [[R|rannig]] seul (''ur c'hi '''a''' beg'', 'un chien qui mord', Trépos, cité par [[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:576).
+
* ''En diaul n'eèllehai quet quemér <u>un dra</u> '''e''' zou de Zoué.
 +
: 'Le diable ne pourrait pas prendre une chose qui est à Dieu.', ''Haut-vannetais (fin XVIII°)'', [[EOVD.]]
  
  
[[Châtelier (2016)|Châtelier (2016]]:) note ainsi que ''hag'' n'apparaît pas comme complémenteur dans les relatives chez le haut-vannnetais Marion, même pour la relativisation d'un indéfini.
+
=== relative non-restrictive d'un défini ===
  
* ''En diaul n'eèllehai quet quemér '''un dra e zou''' de Zoué.
+
Le complémenteur ''hag a'' est associé en Léon et en Vannetais aux relatives [[non-restrictives]]. Pour le Léon, "quand la proposition est explicative, c'est à dire non-nécessaire au sens, ''a'' est souvent précédé de ''hag''" ([[Seite (1975)|Seite 1975]]:97), pour le vannetais standard, quand la proposition apporte "une indication supplémentaire" ([[Cheveau (2017)|Cheveau 2017]]:§325).
: Le diable ne pourrait pas prendre une chose qui est à Dieu., ''Haut-vannetais (fin XVIII°)'', [[EOVD.]]
+
  
  
=== restrictivité de la relative ===
+
{| class="prettytable"
 +
| (1) || <u>An dén-se</u>,|| '''hag a''' labour ken mad,|| a zo kenderv din.
 +
|-
 +
| || [[art|le]] [[den|homme]]-[[DEM|ci]] || C [[R]] [[labourat|travaille]] [[ken, ker, kel|si]] [[mat|bien]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[zo|est]] cousin [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]]
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'Cet homme qui travaille si bien est mon cousin.' ||||||''Léon'', [[Seite (1975)|Seite (1975]]:97)
 +
|}
  
Selon [[Seite (1975)|Seite (1975]]:97), "quand la proposition est explicative, c'est à dire non-nécessaire au sens, ''a'' est souvent précédé de ''hag''". Le complémenteur ''ha(g) a'' serait donc dédié aux relatives [[non-restrictives]]. Il donne:
+
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (2) || <u>Ar marc'hadour roñseed</u>,|| '''hag a''' oar e vicher koulskoude,|| a chomas berr da laerezh anezhañ.
 +
|-
 +
|||[[art|le]] march.[[-our|and]] chevau[[-ed (PL.)|x]] || C [[R]] [[gouzout|sait]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> [[micher|métier]] [[koulskoude|cependant]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[chom|resta]] [[berr|court]] [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> [[laerezh|voler]] [[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" |'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'
 +
|-
 +
|||||colspan="4" | [[Press (1986)|Press (1986]]:208), citant [[Trépos (2001)|Trépos (1974]]:121)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
Il y a manifestement variation dialectale dans cette option. [[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§808) donne des exemples de noms indéfinis modifiés en ''hag a'', et exprime sa résistance à faire de même avec des noms définis.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) || An dén-se,|| '''hag a''' labour ken mad,|| a zo kenderv din.
+
| (3) || <u>'''Un''' den</u> || '''hag a''' || zo amañ.||vs.  [[*]]|| An den || hag a || zo amañ. ||||''Standard'', [[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§808)
 
|-
 
|-
| || [[art|le]] homme-[[DEM|ci]] || C [[R]] [[labourat|travaille]] [[ken, ker, kel|si]] bien || [[R]] [[zo|est]] cousin [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]]
+
| || [[art|un]] [[den|homme]] || C [[R]]<sup>[[1]]</sup> ||[[zo|est]] [[amañ|ici]]||||[[art|le]] homme || C [[R]]<sup>[[1]]</sup> ||[[zo|est]] [[amañ|ici]]
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Cet homme qui travaille si bien est mon cousin.' ||||||''Léon'', [[Seite (1975)|Seite (1975]]:97)
+
|||colspan="4" | 'Un homme qui est ici.', et non pas [[*]] 'L'homme qui est ici.'
 
|}
 
|}
  
  
Cependant, on trouve aussi des contre-exemples à cette généralisation.
+
==== causalité ====
 +
 
 +
Un sous-ensemble des cas de relative non-restrictive d'un nom défini apporte une nuance de [[causalité]].
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2)|| An dimeziñ ||ne c'hell bezañ graet || etre daou zen <font color=green>[</font color=green> ||'''hag a''' vev fall || an eil ||gant egile <font color=green>]</font color=green>.
+
| (4)||<u>Va mamm</u> || '''hag a''' oa bet || intañvez, he-doa || daou vugel all.  
 
|-
 
|-
| || [[art|le]] marier ||[[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[gallout|peut]] [[bezañ|être]] [[ober|fait]]||[[etre|entre]] [[les numéraux cardinaux|2]]<sup>[[1]]</sup> humain ||[[C-ha(g)|C]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> vit [[fall|mauvais]]|| [[art|le]] [[Pronom réciproque|second]]|| [[gant|avec]] [[Pronom réciproque|egile]]
+
| || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> [[mamm|mère]] || C [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[COP|était]] [[bezañ|été]]|| veuve 3SGF-[[kaout|avait]] || [[numéraux cardinaux|deux]]<sup>[[1]]</sup> [[bugel|enfant]] [[all|autre]]
 
|-
 
|-
| ||colspan="4" | 'Le mariage ne peut se faire entre deux personnes qui vivent mal ensemble.'  
+
| || colspan="4" | 'Ma mère, qui avait été veuve, avait deux autres enfants.'
 
|-
 
|-
| ||||||colspan="4" | [[Jezegou (1936)|Jezegou (1936]]:195), cité dans [[Menard (1995)|Menard (1995]]:§ amourouz)
+
| |||||||| colspan="4" | ''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:5)
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
|(5)|| <u>C'hwi</u> ||'''hag a''' zo kreñv,|| kemeret ma sac'h.
 +
|-
 +
| || [[pfi|vous]]|| C [[R]] [[zo|est]] [[kreñv|fort]] || [[kemer|prenez]] [[POSS|mon]]<sup>[[1]]</sup> sac
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Vous qui êtes fort, prenez mon sac.' |||| ''Vannetais standard'', [[Cheveau (2017)|Cheveau (2017]]:§325)
 +
|}
 +
 +
 +
=== relatives restrictives en ''hag a'' après un défini ===
 +
 +
On peut trouver ''hag a'' avec un antécédent défini d'une relative restrictive.
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
| (5) || Ne jom anezi ||nemed ||<u>he hloh ''Maria Pia'' </u> || '''hag a''' ||heller gweled _ (...).
 +
|-
 +
|||[[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[chom|reste]] [[a|de]].[[pronom incorporé|elle]] || [[nemet|seulement]]|| [[POSS|sa]]<sup>[[2]]</sup> cloche ''Maria Pia'' || C [[R]]|| [[gallout|peut]].[[IMP]] [[gwelout|voir]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" |'Il ne reste d'elle que sa cloche ''Maria Pia'' que l'on peut voir.'
 +
|-
 +
|||||||||colspan="4" |''Léonard'', [[Seite (1998)|Seite (1998]]:50)
 +
|}
 +
 +
 +
Le plus couramment, on trouve cependant soit le rannig seul, soit le complémenteur ''[[ma]]''<sup>[[4]]</sup>.
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
|(6)|| <u>er peur</u> ||'''ma''' rein ||en alézon deh'''on''' || e bédo aveidomp.
 +
|-
 +
| || [[art|le]] pauvre || [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> [[reiñ|donnerai]] ||[[art|le]] aumône [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> priera [[evit|pour]].[[pronom incorporé|nous]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Le pauvre à qui je donnerai l'aumône priera pour nous.' |||| ''Vannetais standard'', [[Cheveau (2017)|Cheveau (2017]]:§326)
 +
|}
 +
 +
 +
== Sémantique ==
 +
 +
=== ''ha(g)'' et la restrictivité ===
 +
 +
Le complémenteur ''[[C.ha(g)|ha(g)]]'' est homophone avec la [[conjonction]] de [[coordination]] ''ha(g)'', et la coordination est toujours sémantiquement [[restrictive]] ('J'ai une balle et elle est jaune' > 'J'ai une balle jaune').
 +
 +
Cette propriété pourrait être à l'origine de relativisation des [[antécédents]] [[indéfinis]]. Cependant, si on adopte cette idée, la présence de structures en ''hag a'' en tête des relatives [[non-restrictives]] dans les dialectes les plus conservateurs du Léon et du Vannetais est inexpliquée.
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:complémenteurs|Categories]]
 
[[Category:complémenteurs|Categories]]

Version du 29 août 2019 à 09:12

Certaines relatives sont introduites par le complémenteur complexe hag a, lorsque l'antécédent est indéfini (1) ou lorsque la relative est non-restrictive.


(1) [ jan œzo Xɔwaduʁ aga labur mad ɛrskul ] Saint-Pol-de-Léon, Avezard-Roger (2004a:256)
Yann a zo (ur) c'hrouadur hag a labour mat er skol.
Yann R est (un)5 enfant que R1 travaille bien dans.le école
'Yann est un enfant qui travaille bien à l'école.'


Morphologie

composition

La première partie du composé hag est aisément reconnaissable comme le complémenteur ha(g), homophone du complémenteur épistémique 'si' et de la coordination.


a, rannig ou pas?

Hag a semble à première vue être composé sur sa partie droite du rannig a, car il provoque une lénition sur le verbe qui le suit. Ce a n'est pas prononcé dans les environnements exacts où le rannig disparait indépendamment, comme dans une partie du paradigme du verbe kaout 'avoir'.


(2) …un den kozh hag en deus graet e amzer soudard en Oriant
un homme vieux que R.3SGM a fait son temps soldat en Oriant
'... un vieil homme qui a fait son service militaire à Lorient'
Vannetais, Herrieu (1994:70)


Lorsqu'une négation est présente, on obtient normalement ha ne ou ha na (Favereau 1997:§582-3), avec une alternance a/e typique des rannigs.


hag a ne... chez Miossec

Miossec utilise la tournure hag a ne..., ce qui met en doute l'identité de rannig de la particule a dans son dialecte car les rannigs ne se trouve autrement jamais au-dessus de la négation ne. Dans ce dialecte au moins, il ne s'agit pas du rannig a.


(3) boestoù hag a ne vez da ober nemed lakad anezo war an tan da domma.
boîtes que prt ne1 est à1 fait seulement mettre P.eux sur le feu à1 chauf.fer
'... des boîtes qu'il n'y a qu'à mettre sur le feu pour réchauffer.'
Léon (Guiclan), Miossec (1981)


(4) dre ar gwenojennou diêsa, ar re hag a ne blijont na d'ar valtouterien, na d'ar zoudarded...
par le chemins difficile.le.plus le ceux que prt ne1 plaisent ni à1'le 1douaniers ni à1'le 1soldats
'par les chemins les plus escarpés, ceux qui ne plaisent ni aux douaniers, ni aux soldats...'
Léon (Guiclan), Miossec (1994:127)


Miossec utilise consistamment hag a ne pour la relativisation d'un indéfini, comme par exemple dans Miossec (1994):

  • meur a hini hag a ne hell ket mired da glask konta kaoziou., p.27
  • Med sevel a reas buan ennañ eur c'hoant braz iskiz hag a ne laoskas ket tamm repoz ebed ken gand e spered, p.62
  • Eul labour skuizuz, evid daou baotr hag a ne blij ket kalz dezo en em skuiza evid an Almanted., p.77
  • Ar re a zo, a zo koz kenañ, ar beurvrasa anezo, gwez-fao ha gwez-pin, re hag a ne zav ket a vrouskoad war o chosou., p.100
  • daoulagad tud hag a ne houlennint ket gwelloh eged lakaad o hraban warnañ., p.126
  • unan « hag a ne oa ket », emezo, « war e daol kenta » , p.138
  • en eun toull-kambr hag a ne hello ket tehed dioutañ, p.70...


un seul /a/ prononcé dans les dialectes en perte de rannig

En cornouaillais de l'Est maritime ou encore à Duault, le rannig tend à n'être pas prononcé du tout, au point que les relatives ailleurs en hag a apparaissent en ha seul, une forme alors homophone d'un rannig simple s'il était prononcé.


(5) unan ha oa botoù gantañ
un R était chaussures avec.lui
'quelqu'un qui portait des chaussures.'
Cornouaillais de l'Est (Lanvénégen), Evenou (1989)
cité dans Favereau (1997:§580)


(6) Neuche mi pikol forniou a labour. Cornouaillais de l'Est (Riec)
N'eus ket mui pikol forniou hag a labour. Équivalent standardisé
ne1.est.pas plus beaucoup fours (C) R travaille
'Il n'y a plus beaucoup de fours en activité.' Bouzec & al. (2017:102)


(7) [ jãn zo 'bygœl a labuʁa 'mat baʁ skol ] Duault, Avezard-Roger (2004a:248)
Yann 'zo (ur) bugel a laboura mat e-barzh ar skol.
Yann est (un) enfant R1 travaille bien dans.le école
'Yann est un enfant qui travaille bien à l'école.'


Syntaxe

Il existe différents éléments déclencheurs du complémenteur hag a, et une variation dialectale quant à ces déclencheurs.


antécédent indéfini

Selon Kervella (1995:§808) la définitude du syntagme nominal influe sur la forme de sa modification par une relative: un antécédent indéfini déclencherait la forme hag a.


La règle qui associe un antécédent indéfini et le complémenteur hag a est rapportée en breton du Poher et du pays Pourlet (Favereau 1997:§580). On en trouve des exemples en cornouaillais de l'Est à Lanvénégen (Evenou 1987), en bas-vannetais (Nicolas 2005), en vannetais standard (Cheveau 2017:§325)...


(1) Setu aze balan glaz hag a zev ar re-ze, klev, a zo briz sec'h. Trégorrois, Gros (1970b: 'briz')
voici ici genêt vert que1 brûle le ceux-ci écoute R est moitié-sec
'Voilà du genêt vert qui brûle. Celui-là, sais-tu, est à moitié sec.'


(2) An dimeziñ ne c'hell bezañ graet etre daou zen hag a vev fall an eil gant egile.
le marier ne1 peut être fait entre 21 humain C R1 vit mauvais le second avec egile
'Le mariage ne peut se faire entre deux personnes qui vivent mal ensemble.'
Jezegou (1936:195), cité dans Menard (1995:§ amourouz)


antécédent indéfini sans hag

On trouve aussi des antécédents indéfinis avec un rannig seul (ur c'hi a beg, 'un chien qui mord', Trépos cité par Favereau 1997:576).


(1) ur gêr a zo bourrus bevañ enni Standard, Drezen (1932:5)
un 1ville R1 est plaisant vivre dans.elle
'une cité au séjour enchanté' (J'ai deux amours, J. Baker)


(2) eun ebeul bïan brao a oar debri bara diwar va dorn Léon, Seite & Stéphan (1957:83)
un poulain petit beau R1 AUX manger pain de mon2 main
'un beau petit poulain qui me mange du pain dans la main.'


(3) ur blaz na bade ket gwall bell.
un gout ne.R1 durait pas très1 longtemps
'un gout qui ne durait pas très longtemps' Favereau (1997:§581)


(4) [yn dɛ̃n a labura mat dyrã ən de ɥe tʃə kaɥət bərpət]
un den ha 'laboura mat durant an deiz 'vez ket kavet bepred.
un homme C (R) travaille bien pendant le jour est pas trouvé toujours
'On ne trouve pas toujours un homme qui travaille bien toute la journée.'
Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:50)


Pour le vannetais prémoderne, Châtelier (2016:) note que hag n'apparaît pas comme complémenteur dans les relatives chez le haut-vannnetais Marion, même pour la relativisation d'un indéfini.


  • En diaul n'eèllehai quet quemér un dra e zou de Zoué.
'Le diable ne pourrait pas prendre une chose qui est à Dieu.', Haut-vannetais (fin XVIII°), EOVD.


relative non-restrictive d'un défini

Le complémenteur hag a est associé en Léon et en Vannetais aux relatives non-restrictives. Pour le Léon, "quand la proposition est explicative, c'est à dire non-nécessaire au sens, a est souvent précédé de hag" (Seite 1975:97), pour le vannetais standard, quand la proposition apporte "une indication supplémentaire" (Cheveau 2017:§325).


(1) An dén-se, hag a labour ken mad, a zo kenderv din.
le homme-ci C R travaille si bien R1 est cousin à.moi
'Cet homme qui travaille si bien est mon cousin.' Léon, Seite (1975:97)


(2) Ar marc'hadour roñseed, hag a oar e vicher koulskoude, a chomas berr da laerezh anezhañ.
le march.and chevaux C R sait son1 métier cependant R1 resta court pour1 voler P.lui
'Le marchand de chevaux, qui connait pourtant son métier, n'a pu le voler.'
Press (1986:208), citant Trépos (1974:121)


Il y a manifestement variation dialectale dans cette option. Kervella (1947:§808) donne des exemples de noms indéfinis modifiés en hag a, et exprime sa résistance à faire de même avec des noms définis.


(3) Un den hag a zo amañ. vs. * An den hag a zo amañ. Standard, Kervella (1947:§808)
un homme C R1 est ici le homme C R1 est ici
'Un homme qui est ici.', et non pas * 'L'homme qui est ici.'


causalité

Un sous-ensemble des cas de relative non-restrictive d'un nom défini apporte une nuance de causalité.


(4) Va mamm hag a oa bet intañvez, he-doa daou vugel all.
mon2 mère C R1 était été veuve 3SGF-avait deux1 enfant autre
'Ma mère, qui avait été veuve, avait deux autres enfants.'
Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:5)


(5) C'hwi hag a zo kreñv, kemeret ma sac'h.
vous C R est fort prenez mon1 sac
'Vous qui êtes fort, prenez mon sac.' Vannetais standard, Cheveau (2017:§325)


relatives restrictives en hag a après un défini

On peut trouver hag a avec un antécédent défini d'une relative restrictive.


(5) Ne jom anezi nemed he hloh Maria Pia hag a heller gweled _ (...).
ne1 reste de.elle seulement sa2 cloche Maria Pia C R peut.IMP voir
'Il ne reste d'elle que sa cloche Maria Pia que l'on peut voir.'
Léonard, Seite (1998:50)


Le plus couramment, on trouve cependant soit le rannig seul, soit le complémenteur ma4.


(6) er peur ma rein en alézon dehon e bédo aveidomp.
le pauvre que4 donnerai le aumône à.lui R1 priera pour.nous
'Le pauvre à qui je donnerai l'aumône priera pour nous.' Vannetais standard, Cheveau (2017:§326)


Sémantique

ha(g) et la restrictivité

Le complémenteur ha(g) est homophone avec la conjonction de coordination ha(g), et la coordination est toujours sémantiquement restrictive ('J'ai une balle et elle est jaune' > 'J'ai une balle jaune').

Cette propriété pourrait être à l'origine de relativisation des antécédents indéfinis. Cependant, si on adopte cette idée, la présence de structures en hag a en tête des relatives non-restrictives dans les dialectes les plus conservateurs du Léon et du Vannetais est inexpliquée.