Guillevic & Le Goff (1986:138)

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

IV. _ De la construction.

 2e.  
 "Une construction propre au breton consiste à placer avant le verbe 
 un nom qui est ensuite rappelé par un pronom personnel ou par un adjectif 
 possessif, et à mettre le verbe à l'impersonnel avec la particule e 
 comme si le nom était le sujet du verbe.
 
 Pièr e zou milén é vlèu, 
    /Pierre R est jaune sa chevelure/, Pierre a les cheveux blonds.
 Pièr e fal dehou monet, 
    /Pierre R plait a-3SGM aller/, Pierre veut (s'en) aller.
 Pièr e zou mal dehou téh., 
    /Pierre R est impatience P-3SGM fuir/, Il est temps pour Pierre de fuir.
 Pièr e goéh argant getou, 
    /Pierre R tombe argent avec-3SGM/, Pierre laisse tomber de l'argent.
 Er ré e oé gouli ou sah, 
    /les ceux R était vide leur sac/, ceux dont le sac était vide."
 
 Dans le dialecte de Vannes, on évite de commencer cette forme de phrase par un 
 pronom personnel et de dire, par exemple:
 
 me zou milèn mem blèu, 
    /1SG est jaune POSS.1SG chevelure/, j'ai les cheveux blonds.'
 hui e zou mal d'oh monet, 
    /2PL est urgent P.2PL aller/, 'vous êtes pressé.e.s de partir.'
 
 Cette restriction est par ailleurs difficile à justifier.


référence