Réponses aux questions

De Arbres
(Redirigé depuis Geo)
Aller à : Navigation, rechercher

Il existe deux grands types de questions, et l'on n'y répond pas de la même façon.

Les questions ouvertes, dites aussi questions wh, sont celles qui commencent par les mots interrogatifs en pe- (petra, penaos, pegoulz...). On y répond généralement en mettant l'élément de réponse en début de phrase, à la place de l'élément interrogatif.

Le second type est celui des questions par lesquelles on peut répondre par oui ou par non; ce sont les questions oui/non. On y répond différemment selon qu'elles sont elles-mêmes positives ou négatives.


Répondre à une question wh

focus à l'initiale

Répondre à une question implique un focus sur l'élément de réponse, qui est l'information nouvelle dans la phrase. L'ordre des mots de la réponse à une question est donc fixe: l'élément de réponse, focalisé, se met normalement, comme tout focus, en initiale de phrase.


information non-nouvelle à l'initiale

On peut cependant pointer des contre-exemples. En (1), le contexte est comme suit: "Vous êtes à Cuba, dans une rhumerie. Vous demandez au guide de quoi est fait le rhum, et le guide vous répond: ...". On voit dans les réponses données dans des dialectes différents que la phrase de réponse du guide commence préférablement par une information non-nouvelle.


CONTEXTE: "'Ba Tchuba 'moc'h, 'ba 'n uzin da ojañ rhum. Goul 'rit ga petra 'vez gwet 'r rhum, ha r guid 'respont doc'h:..."

(1) Rhum 'vez gwet ga skur korz.
Rhum est fait avec sucre tige
'On fait le rhum avec du sucre de canne.' Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016)


CONTEXTE: "E Kuba emaoc'h, e-barzh un uzin a ra rhum. Goulenn a reoc'h gant petra e vez great ar rhum, hag ar guid a respont deoc'h:"

(2) Ar rhum a vez great gant du sucre de canne.
le rhum R est fait avec du sucre de canne
'On fait le rhum avec du sucre de canne.' Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


L'antéposition d'information nouvelle peut être explicitement dispréférée.

  • Ar rhum a vez great gant kannasuk.
# Gant kannasuk a vez great ar rhum., Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)

Répondre à une question oui/non

Répondre à une question oui/non en breton se fait suivant le type de question à laquelle il est répondu.

Il existe quatre cas de figures:

  • A une question positive, il peut être répondu :
par l'affirmative ('oui, je suis d'accord avec toi...')
par la négative ('non, je ne suis pas d'accord avec toi')
  • A une question négative, il peut être répondu :
par l'affirmative ('si, je ne suis pas d'accord avec toi...')
par la négative ('non, je suis d'accord avec toi...')
voir Fave (1998:134;br).


réponse positive à une question positive

Pour répondre qu'on est d'accord avec une question positive, on peut juste répondre Ya, 'oui', et optionnellement répéter ensuite la phrase à l'affirmative.

En (1), Il est possible de faire une ellipse avec toute cette réponse affirmative, à laquelle on a rajouté, seul élément nouveau hors de l'ellipse, la particule bet.


(1) A : Ur c'hamalad dit (eo) ? B : - (Ya, ur c'hamarad din eo) bet!
un copain à.toi (est) ? (Ouais un copain à.moi est) été
'- C'est un copain à toi ? - Ouais ! Il l’a été!' Léon, Madeg (2013:9)


réponse négative à une question positive

reprise du verbe

A une question positive, il est répondu négativement par une reprise du verbe utilisé dans la question, accompagné uniquement des marqueurs ne et ket de la négation.


(1) A: - D'ar gêr e teui disul, Jakez? B: - Ne deuin két.
à1'le 1maison R4 viendras dimanche Jakez ne1 viendrai pas
'A: 'Tu viendras dimanche, Jakez?' / B: 'Non.' Léon, Seite (1975:53)


Il existe une variation dialectale dans la liste des verbes repris en réponse.

A Bothoa, en breton central, la reprise verbale concerne les verbes bezañ, 'être', kaout, 'avoir', ober, 'faire', mont, 'aller', dont, 'venir' et gweret (gouzout, 'savoir'). Avec les autres verbes, la reprise est effectuée avec une conjugaison analytique utilisant l'auxiliation en ober (Humphreys 1995:365).

A Plozévet, Goyat (2012:284) note des reprises en réponse avec les verbes /be/, 'être', /møz/, 'avoir', /mon/, 'aller'. Pour tous les autres verbes, c'est /'o:bɛr/, ober, 'faire' qui est utilisé.


A noter qu'on trouve des locuteurs natifs qui usent par ailleurs du système de reprise du verbe seul, mais qui parfois répondent en rajoutant nann, qui en standard est censé être réservé aux réponses de questions négatives.


(2) A: - Mond da Bariz a garfeh ? B: - Nann, ne garfen ket.
aller à1 Paris R1 aimeriez Non ne1 aimerais pas
'A: 'Vous aimeriez aller à Paris?' / B: 'Non je n'aimerais pas.' Léon, Seite (1975:46)


nepas, pas

Le vannetais Le Bayon, fin XIX°, utilise nepas.


(3) A: - Ha Doué en dès ur horf ? B: - Nepas.
Q Dieu R.3SGM a un corps non
'A: 'Dieu a-t-il un corps?' / B: 'Non.'
Vannetais, Le Bayon (1878:57)


La forme rapportée à Groix est pas (Ternes 1970:329).


(4) A: -: Eñ 'zo krenvoc'h evidout. B: - Pas.
lui est fort.plus que.toi non
'A: Il est plus fort que toi. / B: Non (ce n'est pas vrai)' Groix, Ternes (1970:320)


En 1744, le vannetais L'Armerye traduit 'non' pour une réponse à question positive par Nonpafs, Nompafs, ou Saloucraeffe.


 Humphreys (1995:365):
 "Mes informateurs ne semblent pas utiliser pas comme un monème propositionnel négatif contradictoire. Ils le signalent, cependant, chez un voisin originaire de DSaint-Gilles-Plijeaux, tandis que mes observations personnelles me font penser que cet usage devient de plus en plus fréquent à mesure qu'on s'approche du vannetais."

réponse négative à une question négative

nann

A une question négative, en standard, il est répondu négativement par nann, 'non'. Nann s'emploie donc quand la personne qui répond est d'accord avec la proposition de la question qui lui est posée.


(1) A: - N'oc'h ket sonjet monet? B: - Nann, n'on ket sonjet monet.
ne êtes pas pensé aller Non ne suis pas pensé aller
'A: 'Tu n'as pas l'intention d'(y) aller?' / B: 'Non je n'en ai pas l'intention.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:67)


(2) A: - Vo ket laret din? B: - O nann, gredan ket...
sera pas dit à.moi Oh non, 1crois pas
'A: 'Tu ne me diras pas?' / B: 'Oh non, je ne pense pas.' Cornouaillais (Le Juch), Hor Yezh (1983:22)


négation explétive

Même si la négation dans la question est explétive, c'est-à-dire sémantiquement vide, la réponse d'assentiment doit toujours être nann. Dans les mêmes contextes d'assentiment avec une négation explétive, en français, la réponse est oui.


(1) A: - N’eus nemet ur gaouiad amañ ? B: - Nann, n’eus nemet unan. Kerrain (2001)
ne1'est seulement un mensong.eur ici non, ne1'est seulement un
'A: 'Il n'y a qu'un menteur ici?' / B: 'Oui, il n'y en a qu'un.'


(2) A: - [nɛ kə mɛ pe’dɛrər ’ɑ̃ntər] B: - [nɑ̃n ha]
- N’eo ket nemet peder eur hanter - Nann ’vat.
ne'est pas seulement quatre heure demi non mais
'A: Il n’est que quatre heures et demie' / B: 'Oui, en effet.' Trégorrois (Bégard), Yekel (2016:'Respont d'ur goulenn nac'h')


(3) A: - [nøs kə mɛd y:n ken] B: - [a nãn]
- N’eus ket nemet unan ken - Ah nann.
ne'est pas seulement un plus non mais
'A: Il n’y en a plus qu’un' / B: 'Ah oui.' Trégorrois (Bégard), Yekel (2016:'Respont d'ur goulenn nac'h')


naren en vannetais, noñ à Ouessant

Naren est utilisé en réponse à une question négative par le vannetais Le Bayon. C'est aussi la forme rapportée à Groix (Ternes 1970:329). Ernault (1892b:350) rapporte les formes naren, narn, naran, la forme narein en Léon et néren, nêran à Sarzeau. Guyonvarc'h (1984:55) donne aussi naran, narin et narn.


(1) A: - Nen dint-i tri Doué ? B: - Naren.
Ne+C sont-eux trois Dieu non
'A: 'Ne sont-ce pas trois Dieux?' / B: 'Non.' Vannetais, Le Bayon (1878:57)


En 1744, le vannetais L'Armerye donnait narenn, ou nann pour traduire 'non' en réponse à une question négative. En 1499, le voyageur allemand Arnold von Harff récolta à Nantes la forme narinck (Guyonvarc'h 1984), dont la consonne finale, prononcée /k/, est mystérieuse.

Ernault (1892b:150) analyse la forme comme un composé de na et du nom nu rann 'partie, morceau'.


A Ouessant au XX°, c'est l'emprunt nasalisé noñ qu'on trouve dans la dislocation à droite.


(2) Med ar re-ze ne lavarent jamez gaou noñ.
mais le ceux-ci ne1 disaient jamais mensonge non
'Mais elles ne mentaient jamais.' Ouessant, Gouedig (1982)

réponse affirmative à une question négative

reprise du verbe

A une question négative, il est répondu positivement par la forme conjuguée du verbe employé dans la question, employée seule, en initiale de phrase.


(1) A:- Ne welez ket anezañ? B:- Gwelan 'vat!
ne1 vois pas P.lui? vois cependant
'Ne le vois-tu pas? Mais si!' Trégorrois, Gros (1989:'gweled')


(2) A: Ne vo ket brao an amzer? B: Bo.
ne sera pas beau le temps? sera
'Le temps ne sera-t-il pas beau? - Si!' Trégorrois, Leclerc (1986:69)


geo, ea, neo, 'si'

Tous les verbes ne peuvent pas être utilisés en reprise, et c'est alors la forme geo, dérivée de la copule eo qui est employée indifféremment.

Geo est sujet à une variation dialectale dans sa prononciation. On le trouve à Plozevet sous la forme ea.


(1) A:- /ˌtøfiɲ 'ked/ B:- /ea/
Teufint ket? - Eo
(ne) viendront pas ? - si
'A: - Ne viendront-ils pas ? / B: - Si!' Plozevet, Goyat (2012:284)


A Bégard en Trégor, la forme reportée par Yekel (2016) est /gɛ/. A Sein, la forme relevée est neo.


(2) A:- Ne yade ket er gear? B:- Neo, er gear e yade.
ne était pas dans.le maison Si, dans.le maison R était
'A: Il n'était pas à la maison? / B: Si, il était à la maison.' Sein, Fagon & Riou (2015:44)


variation dialectale

La variation dialectale tient dans l'inventaire des verbes qui peuvent être utilisés pour répondre affirmativement à une question négative, et donc dans l'étendue de l'usage de la stratégie alternative avec (g)eo.


Trégor, Goëlo, breton central

La reprise verbale est très productive en Trégor et Goëlo, et jusqu'en breton central à Bothoa (Humphreys 1995:362), avec des reprise par bezañ ou kaout, mais aussi certains verbes lexicaux, avec une variation dans leur productivité. On relève aussi un paradigme utilisant ober, 'faire', comme auxiliaire de reprise verbale.


verbes lexicaux

On a vu la réponse en gwelan, 'Si, je vois' chez Gros. A Plougrescant, Le Dû (2012:75) note que tous les verbes irréguliers et quelques autres peuvent s'employer, comme debriñ, 'manger'.


(1) A:- dêbó-ke tout? B:- o, debó vat!
ne1 mangera pas tout oh mangera bien.sûr
'Il ne mangera pas tout? - Oh, si bien sûr!' (litt. mangera!) Trégorrois, Le Dû (2012:74)


(2) A:- n'êy-ke d'en œred? B:- gêy.
ne1 ira pas à'le noce ira
'A:- Il n'ira pas à la noce? / B:- Si, il ira' Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:89)


(3) verbe mont, 'aller' 'si' (présent) 'si' (imparfait) 'si' (futur)
1SG gan gaen gin
2SG gez gaes gi
3SG ga gae geyo
1PL gamp gaemp gefomp
2PL get gaec’h gefet
3PL geont gaent gefont Trégor (Bégard), Yekel (2016:'goulenn nac'h')


A Bothoa, Humphreys (1995:362) donne des réponses en reprises du verbe avec mont, 'aller', dont, 'venir', et gweret (gouzout, 'savoir').


(4) A:- w'èrə kə p'i:? B:- gw'èrãn.
(ne1) sais.2SG pas qui sais.1SG
'A:- Tu ne sais pas qui? / B:- Si.' Bothoa, Humphreys (1995:363)


(5) A:- w'èrè kə k'als? B:- gw'è:rè.
(ne1) sait pas beaucoup sait
'A:- Il ne savait pas beaucoup? / B:- Si.' Bothoa, Humphreys (1995:363)


Tous les verbes lexicaux sont loin d'être concernés. A Bégard, chez des locuteurs nés entre 1910 et 1930, Yekel (2016) relève des réponses en geo après les verbes evañ, 'boire' et tapout, 'prendre'.


(6) A:- Ne dapi ket ur werenn neuze ? B:- geo geo geo !

'A:- Tu ne prendras pas de verres alors ? / B:- Si si si !'

(7) A:- Evañ ne ra ket ivez ? B:- O ma doue geo ’vat.

'A:- Il ne boit pas non plus ? / B:- Oh mon dieu, bien sûr que si !'


reprise emphatique

Humphreys (1995:363) signale des cas de reprise verbale différents, qui ont un impact emphatique. Ils sont tous redupliqués.


(1) A:- ʃil'əwa kə hónón? B:- ʃil'əwa, ʃil'əwa.
(ne1) écoute pas P.moi écoute, écoute
'A:- Il ne m'écoute pas? / B:- Si, bien sûr.' Bothoa, Humphreys (1995:363)


(2) A:- g'uskén kət? B:- k'uski, k'uskit.
(ne1) écoute pas P.moi écoute, écoute
'A:- Je ne dormirai pas? / B:- Si, certainement.' Bothoa, Humphreys (1995:363)
bezañ, 'être'

Avec le verbe bezañ, la reprise peut comporter de l'information temporelle. En (2), la reprise est en bo, forme future du verbe bezañ, 'être'.


(2) Oh, hoñ ne vo ket graet, oh bo, emezon-me.
Oh celle-ci ne1 sera pas fait oh si, dis-je
'oh, celle-là [la route] ne se fera pas, oh si, te dis-je'
Trégorrois (Bégard), R. Dollo né en 1932, Yekel (2016:'goulenn nac'h')


Exemple de paradigme pour répondre 'si' avec le verbe 'être'. Les données de Plougrescant de Le Dû (2012:76,77) y sont en vert, et les données de Bégard de Yekel (2016) sont en noir. On voit que les paradigmes d'habitude empruntent au conditionnel realis présent comme au conditionnel irrealis passé.


(3) verbe bezañ, 'être' 'si' (présent) 'si' (imparfait, forme d'habitude) 'si' (imparfait) 'si' (futur)
1SG bénn bijénn, bezen bwɑ̃nn , boan , bin
2SG bès bijès , bezez bwas, boas bi, bi
3SG bijé, beze bwa, boa , bo
1PL bém bijém, bezemp bwɑ̃m, boamp befõm, veõm, befomp
2PL bèhh bijèhh, bezec’h bwahh, boac’h béfet, béet, befet
3PL béņ bijéņ, bezent bwɑ̃ņ, boant bõņ, befont
impersonnel bèr bijèr bwar bèr Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:76,77)
Trégorrois (Bégard), Yekel (2016:'goulenn nac'h')


Hors des formes d'habitude, Yekel (2016) donne des exemples avec une prononciation /gɔ̃ /, gon au 1SG, [gut] au 2SG et [giɲ] au 3PL.


(4) A:- N’on ket ’ba ’r journal ? B:- Gout.
ne'suis pas dans le journal? si
'A: - Je ne suis pas dans le journal ? B: - Si.'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1915, Yekel (2016:'goulenn nac'h')


(5) A:- Ha n’int ket kazerniet na mann ebet ? B:- Gint.
et ne'sont pas enfermés ni zéro aucun? si
'A: - Et ils ne sont pas enfermés ni rien ? B: - Si.'
Trégorrois (Bégard), locuteurs nés en 1915, 1920, Yekel (2016:'goulenn nac'h')


La forme d'habitude, reprise de e vez, est bez, [be].


(6) A:- Ne vez ket. B:- Bez, arozet e vez ar jardin.
ne est pas si arrosé R est le jardin
'A: - Non (on n’arrose pas). B: - Si, on arrose le jardin'
Trégorrois (Bégard), locuteurs nés en 1915, 1920, Yekel (2016:'goulenn nac'h')


kaout, 'avoir'

Les paradigmes ne sont pas toujours complets. Le verbe kaout est défectif en ce qu'il ne marque pas la personne. A Bothoa, les reprises en kaout sont uniformément sous la forme g'əs, geus au présent, et g'w'è:, gwe au passé (Humphreys 1995:363).

Le Dû (2012:79) note que ba couvre tout le paradigme à l'imparfait, et tout le paradigme au futur. En Goëlo, la forme au futur est /bu/.


(4) A:- 'Po ket un tamm bara? B:- Bou !
(ne) auras pas un morceau pain? aurai
'Tu ne veux pas de pain? - Si!' Goëlo, Koadig (2010:42)


(5) A:- ur bok all ’to ? B:- ’mo ket A:- Bo !
un bock autre auras? aurai pas si
A: 'Tu auras un autre boc (de bière) ?', B: - Non, A:- Si.'
Trégorrois (Bégard), locuteur né en 1931, Yekel (2016:'goulenn nac'h')


En (6), geo est répondu à une question avec le verbe kaout, 'avoir' et la réponse est en geo, [gɛw]. Soit la locutrice n'a pas la réponse en bo, soit le fait que la question soit indirecte et que le verbe d'appel soit enchâssé empêche la reprise.


(6) A:- N’onn ket hag-eñ ’no un tamm all ? B:- Geo.
ne'sais pas si aura un morceau all? si
'Je ne sais pas s’il aura un autre bout ? - Si.'
Trégorrois (Bégard), locutrice née en 1928, Yekel (2016:'goulenn nac'h')


reprise par ober

Une stratégie alternative à la reprise par le verbe tensé de la question, ou par geo est la reprise par le verbe support ober, comme dans la conjugaison analytique. A Bothoa, Humphreys (1995:363) en donne des exemples pour les verbes kompren, 'comprendre', plijout, 'plaire', dispign, 'dépenser'.


(1) A:- Ne debra ket gato? B:- Gra sur a-walc’h !
ne1 mange pas gateau Oh si sur assez
'Il ne mange pas de gâteaux ? - Oh si certainement !'
Trégorrois (Bégard), locuteurs nés en 1915, 1920, Yekel (2016:'goulenn nac'h')


(2) verbe support ober, 'faire' 'si' (présent) 'si' (imparfait) 'si' (futur)
1SG gran graen grin
2SG grez graes gri
3SG gra grae greyo
1PL greomp graemp grefomp
2PL gret graec’h grefet
3PL greont graent grefont Trégor (Bégard), Yekel (2016:'goulenn nac'h')


Standard

Le breton standard penche vers l'utilisation multilatérale de geo, /geo/, /gew/. En breton central à Bothoa, où le système typique du Trégor et Goëlo est encore vivant, toutes les réponses en geo sont aussi acceptées (Humphreys 1995:364).


Haut-vannetais

Selon Louis (2015 :26), geo est la marque du breton de Languidic, en opposition à bo, 'Si il (le) sera', marque du breton de Pontivy.

Horizons comparatifs

On connaît à travers les langues de multiples cas de sensibilité à la présence ou non de la négation dans les réponses aux questions. Réponse Si en français doit répondre à une question négative, alors que cette restriction n'existe pas en Castillan.

L'ancien français avait un système de reprise comparable, avec Donnez-moy le vôtre. Non-feray. (Ernault 1892b).

Bibliographie

breton


horizons comparatifs

  • Thoms, Gary. 2016. 'Short answers in Scottish Gaelic and their theoretical implications', Natural Language & Linguistic Theory 34:1, 351-391.