Gagnepain (1962)

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
  • Gagnepain, Jean. 1962. 'La sémiologie du verbe celtique : I. Le système des formes simples', Études Celtiques 10:1, 43-59. texte.


 p. 44:
 "On sait désormais que, dans le continu psychique, chaque langue opère, pour son compte, un découpage dont les éléments, définis l’un par l’autre et non plus par leur contenu, sont tout, moins seulement ce que sont les autres et, comme tels, ne s’avèrent à aucun degré transposables. Or, la même raison qui permit à Lavoisier de régler le sort de 1’« esprit de sel » entrave précisément le progrès du structuralisme. Loin d’aboutir à l’unité, en effet, nos analyses, non dans leurs méthodes, bien sûr, mais dans leurs résultats, nous séparent, comme nos langues : chacune, se trouvant être un système complet du monde, doit être décrite sans référence à d’autres systèmes, en termes qui n’ont de sens que dans le cadre du sien."


 fin de l'introduction:
 "L’examen auquel nous allons soumettre les conjugaisons du vieil-irlandais et du moyen-gallois a pour but de faire apparaître que, s’il est le contenu commun de l’ensemble des formes verbales en ces langues, les notions de « présent », de « passé », de « futur », n’y comportent, en dépit de la tradition et de l’usage des pédagogues, aucune expression sémiologiquement authentique. La conscience linguistique est une chose, la description en est une autre : il est normal qu’au niveau de la parole, l’effet de sens parvienne à oblitérer la valeur ; il l’est moins, lorsqu’on prétend fonder en théorie les emplois."