Ez eus

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

La forme verbale ez eus est la troisième personne du singulier du verbe bezañ, 'être', précédée du rannig e. La forme ez eus alterne avec les formes zo, eo, emañ, et vez du même verbe 'être'. Elle est associée en breton standard à un sujet indéfini après elle.


(1) Amañ ez eus kalz a laeronsi veloioù.
ici R est beaucoup de vol vélos
'Il y a beaucoup de vols de vélos par ici.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


(2) Torret ez eus daou droad eus an daol.
cassé R est deux pieds de le table
'Deux pieds de la table sont cassés.' Standard, Kervella (1995:§216)


Sémantique

La forme morphologique ez eus du verbe 'être' peut endosser toutes les interprétations sémantiques du verbe 'être' en breton.


copule existentielle

Lorsque ez eus n'a qu'un seul et unique argument, c'est une copule existentielle, de sens 'Il y a...'.


(1) Bez ez eus ur c'hategori tud ha n'ouzon ket pe o deus nosion eus un dra bennak pe d'o deus ket.
Explétif R y.a un catégorie gens que ne sais pas ou 3PL a notion de un chose quelconque ou ne 3PL a pas
'Il y a une catégorie de personnes, je (ne) sais pas s'ils ont une notion de quoi que ce soit.'
Léon, Mellouet & Pennec (2004:18)
(2) An dra-se n'eus ket anezhañ.
le chose-ci ne'est pas P.lui
'Ca, ça n'existe pas.' Standard,Glanndour (1981:11)

auxiliaire

On trouve ez eus en usage d'auxiliaire avec des verbes lexicaux de toute structure thématique, transitifs comme intransitifs, dans les phrases positives comme négatives, actives comme passives.


transitifs et intranstifs

(2) En em gavet ez euz daou zen.
arrivés R est deux1 homme
'Deux hommes arrivèrent.' Standard, Kervella (1995:§216)


(3) Kouezhet ez eus ur fubuenn e-barzh er werenn.
tombé R est un moucheron dans dans.le 1verre
'Un moucheron est tombé dans le verre.' Chalm (2008:C7144)


(4) N’eus deuet den ebet Kerrain (2001)
ne1'est venu homme aucun
'Personne n'est venu.'


structures passives

Dans le cas des passifs, l'argument interne qui est sujet est l'élément déclencheur lorqu'il est indéfini.


(5) N'eus ket bet la'het pemoc'h ebet .
ne est pas été tué cochon aucun
'Il n'a pas été tué de cochon.', Favereau (1997:§443)


(6) Ar ar c’hanol eh eus graet pontoù .
sur le canal R est fait ponts
'Il a été construit des ponts sur le canal.' Vannetais, Herrieu (1994:214)


Dans le cas des passifs impersonnels, on doit postuler un pronom explétif vide indéfini qui déclenche la forme ez eus.


(7) An taol-mañ ivez eh eus gwelet petra a dalv an dud.,

'Cette fois-ci encore on voit ce que valent les gens', Vannetais, Herrieu (1994:98)

(8) En ur c’haer a valezad douar eh eus graet ur vered.', Vannetais, Herrieu (1994:232)

Syntaxe

Les éléments liés à l'apparition de ez eus sont d'ordre syntaxique et non sémantique.


sujet postverbal indéfini

En breton standard, la forme ez eus signale un sujet postverbal indéfini.


(1) E savanenn Afrika ez eus laboused ampart hag int-i gwiaderien.
dans savane Afrique R est oiseaux habile et eux-eux tisserins
'Il existe dans la savane africaine des oiseaux habiles qui sont des tisserins.' Al Liamm (346:115)


(2) N' eus ket labour.
ne est pas travail
'Il n'y a pas de travail.', Standard, Favereau (1997:§443)


C'est bien l' indéfinitude du sujet grammatical qui déclenche la forme ez eus: au passif, c'est le patient sujet des transitifs qui est l'élément déclencheur.


(3)a. Gwelet eo bet al laer gant eun amezeg.
vu R est été le voleur avec un voisin
'Le voleur a été vu par un voisin.' Trépos (2001:§418)


(3)b. Gwelet ez eus bet eul laer gant eun amezeg.
vu R est été un voleur avec un voisin
'Un voleur a été vu par un voisin.' Trépos (2001:§418)


paradigme défectif et supplétion par eo

La forme ez eus n'apparaît qu'au présent. Aux autres temps, c'est la forme de la copule eo qui est utilisée.


(4) Deh e oa eur hovad melchon gand ar zaout, med hirio ez-eus eur horvad gand peb hini.
hier R4 était un ventre.ée trèfle avec le vaches mais aujourd'hui R est un corps.ée avec chaque N
'Les vaches ont mangé une ventrée de trèfle hier, mais aujourd'hui chacune a eu encore plus.'
L'Hôpital-Camfrout, Le Gall (1957:'horvad')

auxiliaire passif des temps composés

Kervella (1995:§216, fn1) considère à tort que ez eus est une forme impersonnelle du verbe endevout, kaout, 'avoir'. Il donne les exemples de verbes transitifs ci-dessous qu'il analyse comme des verbes à la forme active. Ce sont en fait des passifs qui utilisent l'auxiliaire 'être'. On peut s'en convaincre en rajoutant un complément d'agent.


(3) Kaset ez eus dek.
envoyé R est dix Standard, Kervella (1995:§216)
'Il en a été envoyé dix.'


(4) Pedet ez eus un niz dezhañ.
invité R est un neveu à.lui Standard, Kervella (1995:§216)
'Un de ses neveux a été invité.'


pas de contrainte d'adjacence

La forme ez eus et le sujet indéfini n'ont pas à être adjacents dans le champ du milieu.


(1) Mar deus tud hag a zo inouus, [...], ez eus lod all
si y.a gens que R est ennuyeux R y.a partie autre
eur blijadur tremen ganto eun eur pe ziou.
un1 plaisir passer avec.eux un heure ou1 deux
'S'il y a des gens qui sont ennuyeux, il y en a d'autres avec qui c'est un plaisir que de passer une heure ou deux.'
Abeozen (1943:110).


(2) Aze e-traoñ ar prad ez eus eun naer hag a zo ken koz ken ez eus savet blev warni.
en-bas le prairie R y.a un serpent C R est tellement vieux que R est poussé chevelure sur.elle
'Là au bas de la prairie il y a une couleuvre qui est tellement vieille que les poils lui ont poussé dessus.'
Trégorrois, Gros (1984:20)


(2) N'eus c'hoarvezet droug ebet .
ne est arrivé méchanceté aucun
'Il n'est pas arrivé de mal.' Favereau (1997:§443)


ellipse

La forme ez eus peut être élidée, ici en breton du Léon avec un sujet indéfini postverbal.


(1) Bet _[ø]_ marvailhoù ganeomp !
été histoires avec.nous
'On est restés causer !' Léon, Madeg (2013:8)


Variation dialectale

zo avec un sujet indéfini postverbal

Certains dialectes utilisent zo même avec un sujet indéfini postverbal. Ces dialectes utilisent cependant toujours ez eus dans les propositions négatives.


(4) Bout zo un tamm kig n'eus ket bet touchet _ .
être est un morceau viande ne'est pas été touché
'Il y a un morceau de viande auquel on n'a pas touché.', Favereau (1997:§443), citant Davalan


L'alternance de formes n'admet jamais non plus la forme eo, qui signale toujours un sujet posverbal défini.


(5) Goulennet 'z eus/' zo / * eo bet un dra diganin.
demandé est été un chose à.moi
'Il m'a été demandé quelque chose.' Favereau (1997:§443)


Cornouaille

Les dialectes de Cornouaille utilisent zo dans les phrases positives avec un sujet indéfini postverbal. Kervella (1970:59) considère que l'usage de a zo avec un sujet indéfini est aussi répandu dans une bonne partie de la Cornouaille. Ceci est confirmé à Plozévet (Goyat 2012:297).

Selon Favereau (1997:443) et Chalm (2008:C7144), il s'agit d'une aire d'usage qui s'étend de la Cornouaille au Trégor.


(1) Eno zo tud forme dialectale Cornouaille, Trégor
Eno ez eus tud forme standard et autres dialectes
y R est gens
'Là, il y a du monde.' Chalm (2008:C7144)


En Haute Cornouaille, à Scaër/Bannalec, H.G. utilise Bez' 'zo "mais jamais Bez' zeus", considéré comme exogène.

Trégor

On retrouve ce phénomène en corpus dans le parler trégorrois de Jules Gros, toujours avec un sujet postverbal indéfini. Ceci est vérifié dans les constructions du faux sujet comme ailleurs.


(2) Louiz a zo marvet unan bennag dezañ ive.
Louiz R est mort un quelconque à.lui aussi
'Un parent quelconque de Louis est mort aussi.' Trégorrois, Gros (1970:155)


(3) Amañ a zo (/ez eus) bet unan bennag war an nor.
ici R est été un quelconque sur le porte
'Ici, il y a eu quelqu'un qui a cherché à ouvrir la porte.' Trégorrois, (Gros 1984:216).


Après l'explétif bez, Le Bozec (1933:6), un manuel scolaire de cours préparatoire qui oscille entre le trégorrois et le standard, prescrit ez eus plutôt que zo. Il recommande bez ez eus qu'il dit équivaloir à beza 'zo, qu'il trouve "moins correct".


Vannetais

après bez '

On note une autre variation dialectale entre les formes ez eus et a zo dans l'usage de copule existentielle précédée de l'explétif Bez/bout.

En vannetais, Guillevic et Le Goff (1986:56) notent une alternance entre Bout e zou avaleu et Bout es avaleu ('Il y a des pommes').


ez eus sans sujet indéfini réalisé en Léon

On trouve des occurrences de ez eus sans sujet indéfini réalisé très consistamment en Léon.

existentielles

Kervella (1970:59), tel que reporté dans Press (1995:65), note une généralisation partielle des existentielles en ez eus avec un nom préverbal (prédicat). Cette généralisation ne touche pas les sujets (Tri den a zo deut, 'trois personnes sont venues', mais * Tri den ez eus deut.).


(1) Kement-all a draou 'z eus hirio!
tellement de choses est aujourd'hui
'Il y a tellement de choses aujourd'hui!' bordure Cornouaille/Léon, Favereau (1997:§443)


(2) Arc'hant ez eus e Breizh, tud kalonek ez eus ivez.
argent R y.a en Bretagne gens courageux R y.a aussi
'En Bretagne, il y a de l'argent, des gens courageux aussi.'
LLMM. 114/63, cité dans Le Gléau (1973:41)


En (3), la copule zo optionnelle n'est pas étonnante : c'est la forme de la copule avec un sujet préverbal. La forme ez eus l'est plus, car elle signale normalement un sujet postverbal indéfini.


(3) Glav ez eus / zo .
pluie R est /est
'Il pleut.' Lesneven/Kerlouan, A. M. (04/2016)


En (4), toujours en Léon, toujours aucun sujet indéfini visible après le verbe tensé.


(4) N' eus chomet nemed an ourzed.
ne'y.a resté que le ours
'Ne sont restés que les ours.' Léon, Miossec (1980:70)


auxiliaire des passifs impersonnels

(1) Kanet ez eus e-kichen.
chanté est à-côté
'On chante à côté.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


(2) Amañ ez eus drebet ar pladad a-bezh.
ici R est mangé le plat.ée entier
'Ici on a mangé le plat en entier.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016b)

un pronom explétif vide

L'hypothèse d'un pronom explétif vide indéfini dans ces dialectes permet de rendre compte de la variation dialectale (certains dialectes ont ce pronom dans leur lexique, d'autres non).

L'hypothèse d'un pronom explétif vide indéfini a des implications pour d'autres types de phrases. Dans les exemples passifs ci-dessous, ez eus signale plausiblement l'explétif vide indéfini d'une tournure passive impersonnelle.


(3) Ha roet ez eus da zibri ha da eva d'ezañ.
et donné R est à manger et à boire à.lui
'Et il lui est donné à manger et à boire.' Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:157)


idiosyncrasie de l'explétif vide indéfini

Comme le il explétif du français oral standard, le pronom vide explétif indéfini breton n'est pas disponible pour tous les verbes. Sa distribution est idiosyncratique ((Il) faut pas s'en faire, (Il) y a longtemps., mais *(Il) pleut, *(Il) paraît que tu t'en vas.).


(1) Pell amzer zo. /  ? Pell amzer ez eus.
long temps est long temps R est
'Cela fait longtemps.' Lesneven/Kerlouan, A. M. (04/2016)


La locutrice Y.M. a l'explétif vide indéfini en (3) dans un contexte d'enquête à la Sherlock Holmes, mais en (3b), lorsque unan bennak, 'quelqu'un' est disponible, le sujet vide indéfini ne l'est plus.


(3a) Amañ ez eus drebet ar pladad a-bezh.
ici R est mangé le plat.ée entier
'Ici on a mangé le plat en entier.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016b)


(3b) Deuet ez eus (unan bennak)* en va c'hear.
venu R est un quelconque dans mon2 foyer
'On est entré chez moi.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016b)
réduction des sujets indéfinis atypiques

Différents sujet atypiques sont signalés comme indéfinis par la forme ez eus de l'auxiliaire. Si le déclencheur de ez eus n'est pas un explétif vide, alors la notion de définitude doit être élargie pour inclure les domaines propositionnels tensés comme non-tensés.


domaines propositionnels tensés
(4) Da grediñ ez eus [ e tegouezhint re ziwezhat ].
à1 croire R est R4 arriveront trop1 tard
'Il est à croire qu'ils arriveront trop tard.' Standard, Menard & Kadored (2001:'emañ')


propositions infinitives

Avec une proposition infinitive sujet, il est difficile de savoir si le sujet indéfini de ez eus est un explétif vide, ou si l'infinitive est le sujet de ez eus, traité comme un indéfini. L'hypothèse d'un explétif vide indéfini les réduit aux tournures passives impersonnelles.


(2) Lavaret ez eus din [ mont d'ar skol ].
dit R est à.moi aller à'le école
'On m'a dit d'aller à l'école.' Chalm (2008:C7144)
litt. 'Il m'a été dit ...' ou 'aller à l'école a été dit à moi'


(3) Difennet ez eus ouzh ar c'hirri [ tremen dre an hent-se ].
défendu R est à le voitures passer par le chemin-ci
'On a défendu aux voitures de passer par cette route.' Chalm (2008:C7144)
litt. 'Il a été défendu aux voitures ...' ou 'Passer par ce chemin a été défendu aux voitures.'


(4) Lakaet ez eus bet da gefridi dezhañ [ ambroug hag aliañ neb den,
mis R y.a été pour mission à.lui accompagner et conseiller any personne
aozadur, embregerezh pe dilennad a garfe derc'hel kont eus ar brezhoneg war ar pemdez] .
organisme, entreprise ou élu R1 aimerait tenir compte de le breton sur le quotidien ]
...'Il lui a été donné pour mission d'accompagner et de conseiller toute personne, entreprise, organisme ou élu qui aimerait tenir compte du breton au quotidien.'
Standard, site de l'Office de la langue bretonne

Diachronie

  • Destumet ez eus cals a froüez.
'On a bien ramassé du fruit.', Prud'homme (1863:72)


Bibliographie

  • Fave, V. 1988. 'Ar verb beza', Brud Nevez 111 : 18-31. (& 166 :63-69).
  • Favereau, F. 1997. Grammaire du breton contemporain, Morlaix: Skol Vreizh. §443.
  • Glandour, M. 1981. 'Furmioù ar verb bezañ', Al Liamm 207:254-68.
  • Hewitt, Steve, 1988b. 'Being in Breton: the auxiliary of beza/bout', Poitiers: Cerlico.
  • Hewitt, Steve, 1988a. 'Ur framm ewid diskriva syntax ar verb brezoneg / Un cadre pour la description de la syntaxe verbale du breton', La Bretagne Linguistique, 4:203-11.
  • Kervella, F. 1995 [1947]. Yezhadur bras ar brezhoneg, 1947 édition Skridoù Breizh, La Baule ; 1995 édition Al Liamm. §216.
  • Kervella, F. 1970. 'Ur gudenn gasaus : implij A ZO hag EZ EUS, A ZO hag EO, EO hag EUS', Hor Yezh 63 :53-60.
  • Merser (ar), A. 1993. 'EO-ZO', Brud Nevez 170 :57-59.
  • Plourin, J.Y. 1998. 'Allomorphes du verbe être au présent de l'indicatif en breton : conflits de topicalisation', La Bretagne Linguistique 11:xx.
  • Urien, J.-Y. 2005. 'Cohabitation et conflit syntaxique autour du verbe « être » en breton', La syntaxe au cœur de la grammaire, (éds. Frédéric Lambert & Henning Nølke), 323-330, PUR.
  • Urien, J.Y. 1989. 'Le syntagme existentiel en breton. Définition syntaxique et sémantique {X + zo / n’eus ket + X, « Il y a X / il n’y a pas X »}', La Bretagne Linguistique 5: 179-195.
  • Urien, J.Y. 1989. 'Le verbe bezañ et la relation médiate', Roazhon 2 : Klask 1 :101-128.