Excorporation

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Une opération de composition morphologique peut incorporer des morphèmes dans un complexe plus grand. Le phénomène d'excorporation est le phénomène inverse: un composé complexe qui a été formé est séparé d'une de ses sous-parties, qui poursuit ensuite sa dérivation seule dans la phrase.

Dans la plupart des cas, une fois un composé morphologique réalisé, celui-ci devient un domaine opaque pour les computations suivantes de la syntaxe: l'excorporation hors de ce composé n'est pas supposée possible.


De l'excorporation en breton ?

excorporation d'un verbe lexical hors de l'auxiliaire

Jouitteau (2011), (2012) et (2013) propose que les cas de conjugaison analytique en ober sont des cas d'excorporation.


Dans un premier temps lors de la dérivation, la tête verbale lexicale monte dans la tête Fin qui contient les traits de temps, et d'accord. Le verbe lexical est donc l'élément proéminent dans la phrase, en position tensée. Si la phrase était linéarisée à ce moment de la dérivation, on obtiendrait un ordre à verbe initial (V1).

Dans les cas où la contrainte V2 doit être satisfaite (*1a.), pour ne pas laisser le verbe tensé en première position, et en stratégie de dernier recours, le matériel lexical est antéposé en initiale de phrase (1b.). Le verbe ober, 'faire' est inséré en tête tensée pour fournir le support morphologique à l'expression du temps et de l'accord (1c.).


(1) a. [ verbe lexical+temps+accord ] objet > * 'ouzon da anv.
b. verbe lexical [ _[ø]_+temps+accord ] objet > * Gouzout ?-1SG.PRES da anv.
c. verbe lexical [ ober+temps+accord ] objet > Gouzout 'ran da anv.
d. verbe lexical [ verbe lexical+temps+accord ] objet > Gouzout 'ouzon da anv.
'Je connais ton nom.'


Dans de rares cas idiosyncratiques, le verbe lexical est prononcé deux fois: une fois en initiale de phrase où il satisfait à la contrainte V2, et une autre fois comme matériel support pour les morphèmes du temps et de l'accord. Il en résulte un phénomène de doublement verbal (1d.).

Si les temps analytiques qui utilisent l'auxiliaire ''ober'' ou le redoublement verbal résultent d'un phénomène d'excorporation, alors l'élément excorporé peut supporter une lecture de focus, y compris de verum focus ou comme en (2) de focus contrastif.


(2) N'eo ket bravaat a ra dre ma kosha. Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:33)
ne1'est pas beau.ir R1 fait par que4 vieillit
'Il ne devient pas plus beau en vieillissant.'
(litt. 'C'est pas embellir qu'il fait...')


excorporation d'un verbe lexical hors de bet

Dans les ordres de mot du breton, un des mystères est l'antéposition stylistique d'un participe au travers d'un auxiliaire tensé et de la particule bet. Rivero (1999) discute et rejette la possibilité que le verbe lexical puisse incorporer la particule bet, puis excorporer pour se retrouver en position initiale, devant l'auxiliaire, une idée soutenue par Iatridou (1994) et Boskovic (1995) pour le bulgare.


Terminologie

En breton on utilise pour excorporation le terme disac'hadur.


Bibliographie

  • Boskovic, Zeljko. 1995. 'Participle movement and second position cliticization in Serbo-Croatian', Lingua 96: 245-66.
  • Iatridou, Sabine. 1994. 'Comments on Ian Roberts', Two types of Head movement in Romance, David Lightfoot and Norbert Honstein, eds.Verb Movement. 243-260. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Jouitteau, M. 2013, 'La conjugaison analytique de doublement du verbe en breton', Ali Tifrit (éd.), Phonologie, Morphologie, Syntaxe Mélanges offerts à Jean-Pierre Angoujard, PUR, 327-354. texte en ligne.
  • Jouitteau, M. 2012. 'Verb doubling in Breton and Gungbe; obligatory exponence at the sentence level’, The Morphosyntax of Reiteration in Creole and Non-Creole Languages, Aboh, Enoch O., Norval Smith and Anne Zribi-Hertz (éds.) [CLL 43]
  • Jouitteau, M. 2011. 'Post-syntactic Excorporation in Realizational Morphology: Breton Analytic Tenses', Andrew Carnie (éd.), Formal Approaches to Celtic Linguistics, Cambridge Scholars Publishing, 115-142. texte en ligne.
  • Rivero, M.L. 1999. 'Stylistic verb-movement in yes-no Questions in Bulgarian and Breton', Crossing Boundaries, advances in the theory of Central and Eastern European languages, Kenesei, Istvan (éd.), Amsterdam, John Benjamins, 67-90.