Evit : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(les comparatives)
Ligne 147 : Ligne 147 :
  
 
=== les comparatives ===
 
=== les comparatives ===
 +
 +
Dans la grande majorité des dialectes tradtionnels, c'est la préposition ''evit'' qui apparaît dans les comparatives.
  
  
Ligne 170 : Ligne 172 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(3)|| skleit '''evit''' Jos || 'zo bet 'ba' du-se.  
+
|(3)|| Guel é karanté ||leih en dorn || '''eit''' nen dé ||madeu leih er forn.
 +
|-
 +
| || [[superlatif|mieux]] [[COP|est]] amour || [[leizh|plein]] [[art|le]] main|| [[evit|que]] [[ne]]<sup>[[+C]]</sup>, <sup>[[1]]</sup> [[COP|est]] || biens [[leizh|plein]] [[art|le]] four
 +
|-
 +
|||colspan="4" |'Mieux vaut de l’amour plein la main que des richesses plein le four.' ||||''Vannetais'', [[Doujet (2017)| Doujet (2017]]:44)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(4)|| skleit '''evit''' Jos || 'zo bet 'ba' du-se.  
 
|-
 
|-
 
| || [[estreget|autre]] que Jos || [[zo|est]] [[bet|été]] [[e-barzh|dans]] côté-là
 
| || [[estreget|autre]] que Jos || [[zo|est]] [[bet|été]] [[e-barzh|dans]] côté-là
Ligne 179 : Ligne 190 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (4)|| Eñ 'zo gwashoc'h || ''''vit''' 'n aotrou ||ganet 'ba' 'r maner.
+
| (5)|| Eñ 'zo gwashoc'h || ''''vit''' 'n aotrou ||ganet 'ba' 'r maner.
 
|-
 
|-
 
|  || [[pfi|lui]] [[zo|est]] pire || que [[art|le]] monsieur||né [[e-barzh|dans]] [[art|un]] manoir
 
|  || [[pfi|lui]] [[zo|est]] pire || que [[art|le]] monsieur||né [[e-barzh|dans]] [[art|un]] manoir
Ligne 189 : Ligne 200 :
  
  
Lorsque le second terme de la comparaison est une proposition, elle peut être introduite par le complémenteur ''[[ma]]''.
+
Lorsque le second terme de la comparaison est une [[proposition]], elle peut être introduite par le complémenteur ''[[ma]]''.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
 
|-
 
|-
|(5)|| <font color=green>/di'ɛsoh ɛ ˌhwa ||<font color=green>  '''vi ma''' 'ʒõ:ʒɛn /
+
|(6)|| <font color=green>/di'ɛsoh ɛ ˌhwa ||<font color=green>  '''vi ma''' 'ʒõ:ʒɛn /
 
|-
 
|-
 
||| Diaesoh eo c’hoaz || '''evid ma''' zoñjen
 
||| Diaesoh eo c’hoaz || '''evid ma''' zoñjen

Version du 18 novembre 2017 à 18:34

Evit, 'pour', est prototypiquement une préposition marquant l'attribution, le but. Elle a aussi d'autres emplois.


(1) Ar merc'hed n' o doa lodenn ebet en aod evit ar bezhin troc'h.
le femmes ne 3PL avait lot aucun en.le grève pour le goémon coupe
'Les femmes n'avaient pas de lot pour le goémon de coupe.'
Léon, Mellouet & Pennec (2004:87)


Morphologie

variation dialectale

L'ALBB documente la variation dialectale des réalisations de différentes prépositions fléchies, dont la préposition evit (carte 190, traduction de 'pour moi').


(1) [ hònɛrhə ənɛsã tut awe laburat ]
Hennezh eo an aesañ-tout evit labourat
celui.là est le facile.plus-tout pour travailler
'C'est le plus pratique pour travailler.' Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:14)


accentuation

La préposition evit s'accentue sur la dernière syllabe. Dans certains dialectes, seule cette dernière syllabe est prononcée.


(1) [vid] , Plozévet, Goyat (2012:125)


(2) ma pju lakefən ve da fesən La Forêt Fouesnant, Avezard-Roger (2004a:189)
Ma piv lakefen 'vit mont da fesen?
mais qu(o)i mettrais pour1 aller à fête
'Qu'est-ce que je pourrais mettre pour aller à la fête?'


(3) Be(t) meus bet ar bizaoù (e)ma bet c’hoant da gaout ui ma bla.
eu ai eu le bague avais eu envie de1 avoir pour mon2 anniversaire
'J’ai eu la bague dont j’avais envie pour mon anniversaire.' Scaër/Bannalec, H. Gaudart (03/2017)

paradigme d'incorporation

(4) [ aɥɛdaɲ ima ]
evidin ema.
pour.moi est Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:34)
'C'est pour moi.'


(5) 1SG eit on 1PL eit omb
2SG eit ous 2PL eit oh
3SGM eit ou 3PL eit hai
3SGF eit hi Guillome (1836:90-91): 'pour', eit, aveit.


Certaines personnes ne s'incorporent pas dans certains dialectes. Le Dû (2012:48) donne la forme wit avec, aux deux premières personnes non incorporées ( wi me, wi te...).

prépositions complexes

La préposition evit peut former une préposition complexe avec la préposition da.


(5) ... n'int ket ken brokus evitdezhi.
... ne sont pas autant généreux que.à.elle
'Ils ne sont pas aussi généreux qu'elle.'
Hag ar menez a gano evidoc'h, Jonathan 2, p.25


Elle peut aussi être suivie de da lorsqu'elle sélectionne une infinitive.


(6) Deuit tostoc'h eta evit din ho klevet gwelloc'h.
venez près.plus alors pour à.moi vous entendre mieux
'Venez donc plus près que je puisse vous entendre mieux.'
Cornouaillais (Bigouden), Trépos (1980:261)


Avec les verbes de mouvement, on trouve la préposition complexe davit, formée de da suivi de evit. L'expression globale signifie 'venir/aller chercher'.


(7) Poent eo deom mont da-vid dour.
temps est à.nous aller à-pour eau
'Il est temps que nous allions chercher de l'eau.' Trégorrois, Gros (1966:148)


mots interrogatifs

Une forme, datée, permettait au XVIIIème siècle d'avoir le mot interrogatif pe en morphème séparé de tra dans ce qui serait maintenant petra ('evit petra...). Voir de Rostrenen (1738:62 et 69).


(8) Pe evit tra ne leveres-te qet an dra-man-dra?
QU pour chose ne dis-tu pas le chose-là-chose
'Que ne dis-tu telle chose?' de Rostrenen (1738:62)

Préposition 'outil'

répartition dialectale

La variation dialectale de l'utilisation de evit dans la traduction de 'plus fort que moi' est documentée dans la carte 190 de l'ALBB. On y voit que la forme concurrente eget, bien que valorisée en standard, n'existait dans les dialectes que dans la partie extrème-Ouest du Léon (Landeda et les îles de Ouessant et Molène). Partout ailleurs, c'est la préposition evit qui est utilisée dans le comparatif de supériorité.


les comparatives

Dans la grande majorité des dialectes tradtionnels, c'est la préposition evit qui apparaît dans les comparatives.


(1) Pêr n'eo ket evit e vreur.
Pierre ne est pas pour son1 frère
'Pierre est moins fort que son frère.' Tréguier, Leclerc (1986:130)


(2) [ɛʃtroh awɛ inõ]
estroc'h -evit unan
autre.que P un
'plus d'un' Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:36)


(3) Guel é karanté leih en dorn eit nen dé madeu leih er forn.
mieux est amour plein le main que ne+C, 1 est biens plein le four
'Mieux vaut de l’amour plein la main que des richesses plein le four.' Vannetais, Doujet (2017:44)


(4) skleit evit Jos 'zo bet 'ba' du-se.
autre que Jos est été dans côté-là
'D'autres que Jos y sont allés'.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:25)


(5) Eñ 'zo gwashoc'h 'vit 'n aotrou ganet 'ba' 'r maner.
lui est pire que le monsieur dans un manoir
'Il est exigeant.'
'litt. pire qu'un monsieur né dans un manoir', Haut-cornouaillais, Riec, Bouzeg (1986:VII)


Lorsque le second terme de la comparaison est une proposition, elle peut être introduite par le complémenteur ma.


(6) /di'ɛsoh ɛ ˌhwa vi ma 'ʒõ:ʒɛn /
Diaesoh eo c’hoaz evid ma zoñjen
difficile.plus est encore que que pensais
'C’est encore plus difficile que je ne le pensais.', Plozévet, Goyat (2012:200)

Sémantique

but, destination, attribution

Trépos (2001:§594) note que evit, comme la préposition da, est un marqueur de l'attribution, l'intérêt, la destination ou le but pour le syntagme nominal ou verbal qu'il prend comme objet.


(1) Ne vezo nepred a-walc'h a-zivrec'h evit troc'hañ ha dastum an eost.
ne sera jamais assez de1.deux1.bras pour couper et récolter le moisson
'Jamais il n'y aura assez de bras pour faire la moisson.'
Trégorrois, Berthou (1985:78)


La préposition evit, comme e-keñver, "exprimant l'attitude, l'action morale", gagne du terrain face à ouzh en Tréguier depuis au moins le début du XX° ("kriz e-kénver pour kriz ouz", Académie bretonne 1922:292).


evit da

Lorsque evit sélectionne une infinitive dont le sujet lexical est réalisé, apparaît la préposition da à sa suite.


(2) evit d' ar merlused mont d'en em grougañ 'barzh enno.
pour P le merlus aller à se pendre dans dans.eux
'Pour que les merlus viennent s'y pendre.' Cornouaille (Bigouden), Bijer (2007:274)


evit ma

(3) ...evit ma kavi eur gwaz eus da gendere, merc'hig ?
pour que trouveras un mari de ton1 milieu.social fille.DIM
'Pour que tu trouves un mari de ton milieu social, ma fille?' Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1922:347)


cause

Evit, assez haut dans la structure, peut introduire une proposition tensée avec un sens causal.


(1) Feiz! Evit ma ra glao, ne vo ket brao dit mont nebleh ebet.
foi pour que fait pluie ne sera pas beau à.toi aller nulle.part aucun
'Ma foi! S'il pleut, il ne te sera pas agréable d'aller où que ce soit.'
Trégorrois, Gros (1984:263)


(2) A: Setu aze eun tan hag a ra neuz fall ive, 'vat!
voici ads un feu C R fait figure mauvais aussi excl.
B: Ya, evid ne ra ket neuz gwall vat.
oui pour ne fait pas figure très bon
' A: Voila un feu qui fait piètre figure!'
' B: Oui, il n'a pas une très bonne mine (Il ne marche pas très bien).'
Trégorrois, Gros (1970b:§'neuz')


Lorsque la proposition introduite par evit commence par un sujet, on pourrait avoir l'impression que c'est ce sujet qui est l'argument de la proposition evit. Cependant, le sens montre clairement que evit prend toute la structure comme argument causal.


(5) Evit ar re-mañ a rankomp da gas d'ar bed all.
pour le ceux-ci R devons de1 envoyer ø à le monde autre
'Puisque nous devons envoyer ceux-ci dans l'autre monde.'
Léon, Inizan (1977:205) EMG., cité dans Urien (1989:211)


Les sujets pronominaux, sous cette lecture, ne sont pas incorporés dans evit.


(5) Evit me n'am-eus ket gwelet a bennou braz ouz ar pôtr-kêz-se.
pour moi ne'R.1SG-a pas vu de1 têtes grand à le gars-cher-
'Car je n'ai pas vu que ce pauvre garçon ait de grosses têtes (une grosse tête).'
Trégorrois, Gros (1996:111)


Sous la lecture causale, evit peut précéder peogwir, 'puisque'.


(6) Evid peogwir ez eo deh da noz e oa, n'eo ket henoz.
pour puisque R est hier de nuit R était ne'est pas ce.soir
'Car, puisque c'est hier soir que ça se passait, ce n'est pas cette nuit.' Trégorrois, Gros (1984:126)


Evit peut aussi précéder ma, mais cet usage n'est pas commun à tous les dialectes.


(7) * Evit, ma oa dec'h da nos e oa en em gavet, n'eo ket e-kreiz an nos e oa Léon (Lesneven), A.M. (02/2016)
Evit, ma oa dec'h dac'h an nos, n'eo ket e-kreiz an nos. Léon (Plougerneau), M-L. B. (02/2016)
'Car, si c'est hier soir que ça se passait, ce n'est pas cette nuit.'


Evit peut aussi introduire une proposition infinitive dans un sens proche qui oscille entre le sens causal et l'évidentialité.


(6) Hemañ 'zo aour 'vit boût ken ker.
celui.ci est or pour être tant cher
'Cette marchandise est hors de prix.'
(litt. 'C'est de l'or pour être si cher') Haut-cornouaillais, Riec, Bouzeg (1986:VII)


évidentialité

La préposition evit peut servir de marqueur d'évidentialité, c'est-à-dire introduire le point de vue ou la source d'une information.

(1) Evit te, ne gani ket.
pour toi ne1 chanteras pas
'Pour toi, tu ne chanteras pas.' Tréguier, Leclerc (1986:§76)


Sous cette lecture, l'incorporation pronominale est possible.


(2) Ar Vretoned evito ? Tud diwar-lerh, plouked, pennou kaled.
le bretons pour.eux gens de-suite ploucs têtes dure
'Les Bretons pour eux ? Des arriérés, des ploucs, des entêtés.'
Léon (Roscoff), Breur du, Naïg Rozmor


prix, 'en échange de '

(1) Hennez zo tost ken ne rofe ket u evit u.
celui.ci R est avare tellement.que ne donnerait pas œuf pour œuf
litt. 'Il est si pingre qu'il ne donnerait pas œuf pour œuf.' > 'Il est avare.'
Le Berre & Le Dû (1999:55)


(2) Talvoudus-kenañ eo Skype, drezañ e c'haller pellgomz e pep lec'h er bed evit netra.
important-très est skype P.3SGM R peut.IMP téléphoner P chaque lieu P.le monde pour rien
'Skype est très important; il permet de téléphoner gratuitement dans le monde entier.'
Standard, Blog Fulup


'du moins'

(1) 'Vid ma 'nevez an tôl diweza, an hini kenta na nevo ket...
pour si a le coup dernier le celui premier ne aura pas
'Du moins s'il a (s'il donne) le dernier coup, il n'aura (ne donnera) pas le premier...'
Trégorrois, Gros (1996:117)


'tout de même'

(1) Evit, ma n'eo ket kap da devel war he gwaz...
tout.de.même si4 ne1'est pas capable de1 taire war1 son mari
'Tout de même, si elle n'est pas capable de taire ce que dit ou fait son mari...' Trégorrois, Gros (1989:'kap')


'malgré', 'bien que'

En sélectionnant une proposition infinitive; evit peut signifier l'opposition de deux propositions en introduisant une subordonnée concessive (cf. 'malgré', 'bien que').


evit bezan/bout...

Avec le verbe bezañ/bout, 'être' à l'infinitif, evit peut prendre une petite proposition comme objet.


(1) Evit bout [ koh ].
pour être moi vieux
'Bien que je sois vieux.' Vannetais, Guillevic & Le Goff (1986:99)


(2) C'hoaz eo abred, evit beza [ fall an amzer ].
encore est tôt pour être mauvais le temps
'Il est encore tôt, quoique le temps soit mauvais.' Trégorrois, Gros (1966:211)


Hemon (2000:§216) donne quelques exemples, du moyen breton à fin XIX°:

  • evid [ bean bras o poan ] ... eh-e leun o pigas [pisag] eus a gontantemend, XVIII° siècle, EN.:3179.
  • eur pligadur vras a m-eus bet, vid [ ma boud maleurus ]., XVIII° siècle, EN.:1007.


Le sujet peut n'être pas réalisé, ou avoir été évacué de la structure.


(4) Hennez a oa sioul deh evid beza mezo.
celui.ci R était calme hier pour être saoul
'Celui-là se taisait hier quoiqu'il fût ivre.' Trégorrois, Gros (1966:211)


  • evit [ treuzi he breac'h gant nadosiou hir ], ne sante netra, 1877, BSA.:271., cité dans Hemon (2000:§216)
  • tud vat... [ euit bout en peurante ]., fin XVII° siècle, NG.:230, cité dans Hemon (2000:§216)


evit X da...

Avec un sujet réalisé, peut apparaître la préposition da, avant ou après ce sujet. Kedez (2015b:10) note que la forme evit (da) est commune en breton religieux du Léon, et en Trégor où goude est aussi utilisé comme alternative.


(2) evit Per da veza fillor d'ar roue.
malgré Per de1 être filleul de1'le roi
'bien que Per fût filleul du roi.' Cornouaillais, Trépos (2001:§385)


(3) Ar réma [ évito da véza paour ], a ziskenné eus eur famill énorabl.
le ceux.ci pour.eux de être pauvre R1 descendait de un famille honor.able
'Ces gens, bien que pauvres, descendaient d'une famille honorable.' Léon (Lesneven), Burel (2012:38)


(4) Ne horrekaëz ket da vale, evidout da gosâd.
ne1 ralentis pas ton1 marcher pour.toi de1 vieillir
'Tu ne ralentis pas ton pas bien que tu vieillisse.' Trégorrois, Gros (1966:211)


Ces formes sont présentes en moyen breton.

  • euyt y da [ goelaff ]... d-o drem ne-d-eux remet, Moyen breton (1519), M.:2079.
  • evidomb da [ voud bugale Adam ]... n-em-fiomb qued tam., XVIII° siècle, EN.:1925.

evit da X...

Le sujet de l'inifnitive peut aussi, plus rarement, apparaître après la préposition da. En (3), la lénition sur le verbe infinitif laisse de plus suspecter un élément muet déclenchant cette lénition.


(1) evit da Ber veza fillor d'ar roue.
malgré de1 Per 1être filleul de1'le roi
'bien que Per fût filleul du roi.' Cornouaillais, Trépos (2001:§385)


(2) Ar re-he n'int ket fall evit deo be(z)a(ñ) flastret un tammig.
le ceux-ci ne sont pas mauvais pour de.eux être écrasé un morceau.DIM
'Ceux-ci ne sont pas mauvais bien qu'un peu écrasés.' Bas-Cornouaillais (Saint-Coulitz), Kedez (2015b:10)


négation

Kedez (2015b:10) pointe que les concessives en evit (da) sont illicites avec les négations na, chom hep ou padout hep (* evidon na vezañ skuizh, * evidon chom hep skuizhañ, ou * evidon padout hep skuizhañ).


La négation de evidon bezañ bras est donc une proposition tensée. Kedez (2015b:10) relève des exemples de cette structure en Léon et Trégor.


(3) Torri a rin ma fenn evidon n'oñ ket bras.
casser R ferai mon tête pour.moi ne'suis pas grand
'Je me casserai la tête bien que je ne sois pas grand.' Bas-Cornouaillais (Saint-Coulitz), Kedez (2015b:10)


a-benn vs. evit

Kerrain (2001) note que la traduction du français pour n'est pas systématiquement evit, au profit de a-benn. Il relève a-benn pegoulz ?, 'pour quand?', a-benn dilun, 'pour mardi'. A-benn peut en effet avoir la lecture d'antécédence temporelle.

Horizons comparatifs

On retrouve une polysémie semblable dans la préposition pour en français, qui peut par exemple aussi marquer l'opposition logique de deux propositions (Pour être vieux, il n'en est pas moins alerte).

Cependant, le français peut utiliser pour dans l'expression un travail à rendre pour lundi, alors que le breton ne peut pas utiliser la préposition evit, mais la préposition a-benn (* evit pegoulz, Kerrain 2001).


(3) Labour am eus d’ober evit ar c’helenner istor (a-benn / * evit) dilun. Kerrain (2001)
travail R.1SG a à1'faire pour le 5professeur histoire pour lundi
'J'ai du travail à faire pour lundi pour le prof d'histoire.'


Expressions

na vezañ evit VP

L'expression nom pas bezañ evit VP, littéralement 'ne pas être pour', signifie 'ne pas pouvoir'. Cette expression n'existe qu'accompagnée de la négation.


(1) Bet neus bet ur begad, ken n'eo ket 'wid respont.
eu 3SGM.a eu un "becquée" tant (que) ne est pas P répondre
'Il a eu son compte, tellement qu'il ne peut pas répondre, qu'il en reste muet.'
Plourin (2000:34)


(2) N'ouzon ket, n' on ket evit lar deoc'h netra.
ne'sais pas ne' suis pas P dire à.vous rien
'Je ne sais pas, je ne peux rien vous dire.'
Bas-Cornouaillais (Tréboul), Hor Yezh (1983:75-76)


(3) N'oun ket evit respont d'ar goulenn-se.
ne'suis pas P répondre à le question-
'Je ne peux pas répondre à cette question.'
Cornouaille, (Pleyben), Ar Go (1950:10)


En haut-cornouaillais, Lozac'h (2014:'(a-)walc'h') signale des formes en bezañ awalc'h evit VP 'être capable, pouvoir', donc licites au positif, qui peuvent donner une piste de la grammaticalisation de na vezañ evit VP. Cependant, les exemples qui suivent sont avec ober ou au négatif.

  • Gwraet a-walc'h mïe ur mod da zigass arc'hant doc'h.
'J'aurais bien une méthode pour vous rapporter de l'argent.', Haut-cornouaillais (Landeleau)
  • N'oc'h ket a-walc'h (e)vid dispartïañ (a)nehe gol gàer an eil deus heben.
'Vous ne pouvez les séparer proprement l'une de l'autre.', Haut-cornouaillais (Landeleau)
  • Beñ un dra menneket neushè (e)vid pass kaoud bigwale petrame n'eint ket (a-)walc'h (e)vid kaoud.
'Ben ils ont quelque chose pour ne pas avoir d'enfants ou-bien ils ne peuvent pas en avoir.', Haut-cornouaillais (Saint-Hernin)

Bibliographie

  • Ledunois, J. P. 2002. La préposition conjuguée en breton, thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 299-).