Evel : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Complémenteur evel dans les structures comparatives d'égalité)
Ligne 1 : Ligne 1 :
''Evel'' est une préposition. C'est aussi un [[complémenteur]].
+
''Evel'' est une [[préposition]] ou un [[complémenteur]].
  
  
Ligne 15 : Ligne 15 :
  
  
= Préposition 'comme' =
+
== Morphologie ==
 
+
La [[préposition]] ''evel'' s'emploie comme son synonyme ''[[e-giz]]''.
+
 
+
 
+
{| class="prettytable"
+
| (2) || É nep tu|| ne vehé kavet ||kement a sord ||guskemanteu ||'''èl''' é Breih.
+
|-
+
|||[[P.e|en]] [[Nep X|nul]] [[tu|côté]]|| [[ne]] [[COP|serait]] [[kavout|trouvé]] ||[[kement|autant]] [[a|de]] [[sort|sorte]] || costumes ||comme [[P.e|en]] Bretagne
+
|-
+
| ||colspan="4" |'Nulle part on ne trouverait autant de sortes de costumes qu'en Bretagne.'
+
|-
+
| ||||||||colspan="4" |''Vannetais'', [[IB.]] (1910:19)
+
|}
+
 
+
 
+
== morphologie ==
+
  
 
La [[préposition]] ''evel'' fait partie des [[prépositions fléchies]]. Le pronom objet s'y [[pronom incorporé|incorpore]].
 
La [[préposition]] ''evel'' fait partie des [[prépositions fléchies]]. Le pronom objet s'y [[pronom incorporé|incorpore]].
Ligne 60 : Ligne 44 :
 
|||colspan="4" | 'Il est aussi grand que son père.' ||||''Groix'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:223)
 
|||colspan="4" | 'Il est aussi grand que son père.' ||||''Groix'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:223)
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
=== composition ===
 +
 +
La préposition ''evel'' apparaît dans l'adverbe composé ''[[evel-just]]'', 'bien sur'.
  
  
Ligne 68 : Ligne 57 :
 
A Groix, l'[[ALBB]] donne la forme <font color=green> /aldõ(n)/</font color=green>. [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:312) y donne le radical <font color=green> /jald-/</font color=green>.
 
A Groix, l'[[ALBB]] donne la forme <font color=green> /aldõ(n)/</font color=green>. [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:312) y donne le radical <font color=green> /jald-/</font color=green>.
  
=== composition ===
 
  
La préposition ''evel'' apparaît dans l'adverbe composé ''[[evel-just]]'', 'bien sur'.
+
=== répartition dialectale  ===
  
== ellipse ==
+
''Evel'' dans les [[comparatives d'égalité]] est en concurrence avec ''[[e-giz]]'' ou ''[[C.ha(g)|ha(g)]]''.
 
+
Dans de nombreux cas, l'objet sémantique de la [[préposition]] n'est pas le syntagme qui apparaît comme son argument interne. Dans les cas d'ellipse du [[VP|groupe verbal]], l'objet réalisé de la préposition est le sujet de la proposition [[ellipse|élidée]].
+
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2)||N'eus ||netra ||hag a gousi ||an douar ||'''evel''' an ed.
+
| (2) || É nep tu|| ne vehé kavet ||kement a sord ||guskemanteu ||'''èl''' é Breih.
 
|-
 
|-
| ||[[ne]]'[[E|y.a]] ||[[netra|rien]] ||[[C.ha(g)|que]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> souille ||[[art|le]] terre ||comme [[art|le]] blé/céréale
+
|||[[P.e|en]] [[Nep X|nul]] [[tu|côté]]|| [[ne]] [[COP|serait]] [[kavout|trouvé]] ||[[kement|autant]] [[a|de]] [[sort|sorte]] || costumes ||comme [[P.e|en]] Bretagne
|-
+
|-  
| || colspan="4" | 'Rien ne souille la terre comme la céréale (ne souille la terre).'  
+
| ||colspan="4" |'Nulle part on ne trouverait autant de sortes de costumes qu'en Bretagne.'  
|-
+
|-  
| |||||| colspan="4" | ''[[Dihunamb]]'' (1909:315), cité dans [[Le Gléau (2000b)|Le Gléau (2000b]]:461)
+
| ||||||||colspan="4" |''Vannetais'', [[IB.]] (1910:19)
 
|}
 
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (3) ||Biskoazh||n'em eus|| gwelet den||o c'hoarzhin|| '''evelti'''.
+
| (2)|| ken koant ||''''giz''' || d'ar rozenn gaera
 
|-
 
|-
|||[[biskoazh|jamais]]|| [[ne]]'[[R]].1SG [[kaout|a]] ||[[gwelout|vu]] [[noms nus|homme]]|| [[particule o|à]] rire ||comme.[[pronom incorporé|elle]]
+
| || [[ken|aussi]] beau ||[[e-giz|comme]] || [[da|à]]'[[art|le]] rose <sup>[[1]]</sup>belle.[[superlatif|le.plus]]
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" | 'Jamais je n'ai vu personne rire comme elle (rit).'
+
| || colspan="4" | 'aussi beau que la plus belle rose.' |||||||||| ''Poher'', [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200)
|-
+
| |||||| colspan="4" |''Trégorrois'', [[Berthou (1985)|Berthou (1985]]:77)  
+
 
|}
 
|}
  
  
== ''evel ma'', 'comme' ==
+
== Syntaxe ==
 +
 
 +
=== ''evel (ma)'', 'comme (que)' ===
  
On trouve parfois la forme ''evel ma'' sans que le sens en soit changé, quand la [[préposition]] ''evel'' introduit une proposition débutant par le [[complémenteur]] ''ma''.
+
On trouve parfois la forme ''evel ma'' en introduction d'une proposition tensée sans que le sens en soit changé.
  
  
Ligne 115 : Ligne 101 :
  
  
=== réitération verbale ''evel ma V, e V'' ===
+
==== réitération verbale ''evel ma teu, e teu'' ====
 
+
  
 
Une construction prépositionnelle, ''evel ma V, e V'', provoque la [[reduplication|reitération]] du verbe tensé.  
 
Une construction prépositionnelle, ''evel ma V, e V'', provoque la [[reduplication|reitération]] du verbe tensé.  
 
La [[préposition]] ''evel'', 'comme', tête d'une proposition tensée de manière, sélectionne un verbe tensé qui est répété avec le rannig afférent.
 
L'effet sémantique, difficile à cerner, a un import péjoratif.
 
  
  
Ligne 133 : Ligne 115 :
 
| |||||| colspan="4" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984:64)]].   
 
| |||||| colspan="4" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984:64)]].   
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
La [[préposition]] ''evel'', 'comme', tête d'une proposition tensée de manière, [[sélectionne]] un verbe tensé qui est répété. Le [[R|rannig]] préverbal est répété, mais peut changer de forme. L'effet sémantique, difficile à cerner, a un impact légèrement péjoratif.
  
  
Ligne 146 : Ligne 131 :
  
  
= Complémenteur ''evel ma'', 'comme si' =
+
=== ''evel ma'', 'comme si' ===
  
  
Ligne 163 : Ligne 148 :
 
* ''hag he stardañ evel '''ma''' vije bet ivez...''
 
* ''hag he stardañ evel '''ma''' vije bet ivez...''
  
= Complémenteur ''evel ma'', 'dès que' =
+
 
 +
=== ''evel ma'', 'dès que' ===
  
 
''Evel ma'' peut aussi réaliser, tout du moins en trégorrois, un complémenteur complexe. Il signifie alors la coïncidence temporelle de deux évènements ('dès que').
 
''Evel ma'' peut aussi réaliser, tout du moins en trégorrois, un complémenteur complexe. Il signifie alors la coïncidence temporelle de deux évènements ('dès que').
Ligne 178 : Ligne 164 :
 
|}
 
|}
  
= Complémenteur ''evel'' dans les structures comparatives d'égalité =
+
 
 +
=== ellipse ===
 +
 
 +
Dans de nombreux cas, l'objet sémantique de la [[préposition]] n'est pas le syntagme qui apparaît comme son argument interne. Dans les cas d'ellipse du [[VP|groupe verbal]], l'objet réalisé de la préposition est le sujet de la proposition [[ellipse|élidée]].
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (2)||N'eus ||netra ||hag a gousi ||an douar ||'''evel''' an ed.
 +
|-
 +
| ||[[ne]]'[[E|y.a]] ||[[netra|rien]] ||[[C.ha(g)|que]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> souille ||[[art|le]] terre ||comme [[art|le]] blé/céréale
 +
|-
 +
| || colspan="4" | 'Rien ne souille la terre comme la céréale (ne souille la terre).'
 +
|-
 +
| |||||| colspan="4" | ''[[Dihunamb]]'' (1909:315), cité dans [[Le Gléau (2000b)|Le Gléau (2000b]]:461)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (3) ||Biskoazh||n'em eus|| gwelet den||o c'hoarzhin|| '''evelti'''.
 +
|-
 +
|||[[biskoazh|jamais]]|| [[ne]]'[[R]].1SG [[kaout|a]]  ||[[gwelout|vu]] [[noms nus|homme]]|| [[particule o|à]] rire ||comme.[[pronom incorporé|elle]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Jamais je n'ai vu personne rire comme elle (rit).'
 +
|-
 +
| |||||| colspan="4" |''Trégorrois'', [[Berthou (1985)|Berthou (1985]]:77)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
=== comparatives d'égalité ===
  
 
Dans les structures de [[comparaison]] d'égalité, ''evel'' peut servir seul de [[complémenteur]]. [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200) relève cet usage en lieu du complémenteur standard ''[[C.ha(g)|ha(g)]]'' en Pélem, Poher et vannetais. On trouve aussi des usages de ''evel'' en Léon.  
 
Dans les structures de [[comparaison]] d'égalité, ''evel'' peut servir seul de [[complémenteur]]. [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200) relève cet usage en lieu du complémenteur standard ''[[C.ha(g)|ha(g)]]'' en Pélem, Poher et vannetais. On trouve aussi des usages de ''evel'' en Léon.  
Ligne 215 : Ligne 229 :
  
  
=== ''evel da'' ===
+
==== ''evel da'' ====
  
 
[[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200) donne une dizaine d'exemples en ''evel da''.
 
[[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200) donne une dizaine d'exemples en ''evel da''.
Ligne 226 : Ligne 240 :
 
|-  
 
|-  
 
| || colspan="4" | 'aussi belle qu'un bouquet.' |||||||||| [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200)
 
| || colspan="4" | 'aussi belle qu'un bouquet.' |||||||||| [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200)
|}
 
 
 
=== ''evel'' vs. ''e-giz'', ''ha(g)'' ===
 
 
''Evel'' dans les [[comparatives d'égalité]] est en concurrence avec ''[[e-giz]]'' ou ''[[C.ha(g)|ha(g)]]''.
 
 
 
{| class="prettytable"
 
| (2)|| ken koant ||''''giz''' || d'ar rozenn gaera
 
|-
 
| || [[ken|aussi]] beau ||[[e-giz|comme]] || [[da|à]]'[[art|le]] rose <sup>[[1]]</sup>belle.[[superlatif|le.plus]]
 
|-
 
| || colspan="4" | 'aussi beau que la plus belle rose.' |||||||||| ''Poher'', [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200)
 
 
|}
 
|}
  
Ligne 255 : Ligne 255 :
 
| ||colspan="4" |'(de) même prix que le fuel.' ||||||||||||adapté de [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200)
 
| ||colspan="4" |'(de) même prix que le fuel.' ||||||||||||adapté de [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§200)
 
|}
 
|}
 +
  
 
= Bibliographie =
 
= Bibliographie =

Version du 23 décembre 2016 à 11:42

Evel est une préposition ou un complémenteur.


(1) C'hwi na reot ket gwelloh neuz evid evel-se goude beza seh?
vous ne.R ferez pas meilleur figure que comme-ça après être sec
'Est-ce que vous ne brûlerez pas mieux que cela, alors que vous êtes sec?'
(en s'adressant au bois de chauffage)
Trégorrois, Gros (1970b:§'neuz')


Morphologie

La préposition evel fait partie des prépositions fléchies. Le pronom objet s'y incorpore.


(1) Kanañ iskis a reont, pas eveldomp.
chanter bizarre R font pas comme.nous
'Ils chantent bizarrement, pas comme nous.' Trégorrois (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:38)


accentuation

La préposition evel s'accentue sur la dernière syllabe. Dans certains dialectes, seule cette dernière syllabe est prononcée.


(2) [vɛl] , Plozévet, Goyat (2012:125)


(3) /jãzo čen bra:z jald-ida:t /
lui.est autant grand comme-son1.père
'Il est aussi grand que son père.' Groix, Ternes (1970:223)


composition

La préposition evel apparaît dans l'adverbe composé evel-just, 'bien sur'.


variation dialectale

Les variations dialectales de cette préposition sont documentées dans la carte 189 de l'ALBB (traduction de 'comme moi').

A Groix, l'ALBB donne la forme /aldõ(n)/. Ternes (1970:312) y donne le radical /jald-/.


répartition dialectale

Evel dans les comparatives d'égalité est en concurrence avec e-giz ou ha(g).


(2) É nep tu ne vehé kavet kement a sord guskemanteu èl é Breih.
en nul côté ne serait trouvé autant de sorte costumes comme en Bretagne
'Nulle part on ne trouverait autant de sortes de costumes qu'en Bretagne.'
Vannetais, IB. (1910:19)


(2) ken koant 'giz d'ar rozenn gaera
aussi beau comme à'le rose 1belle.le.plus
'aussi beau que la plus belle rose.' Poher, Favereau (1997:§200)


Syntaxe

evel (ma), 'comme (que)'

On trouve parfois la forme evel ma en introduction d'une proposition tensée sans que le sens en soit changé.


(3) Eur feunteun, a gredan, a zo ive evel m'he deus péb chapel e Breizh-Izel.
le fontaine, R1 crois, R est aussi comme que 3SGF a chaque chapelle en Bretagne-Basse
'Il y a aussi, je crois, une fontaine comme chaque chapelle en a en Basse-Bretagne.'
Léon, (Cléder), Seite (1998:23)


réitération verbale evel ma teu, e teu

Une construction prépositionnelle, evel ma V, e V, provoque la reitération du verbe tensé.


(4) Mar karez az-po ar hoz tok-mañ, [ evel m' ema ema ] !
si aimes R.2SG-aura le chapeau-ci comme que est est
'Si tu veux tu auras ce vieux chapeau-ci, comme il est, il est (tel qu'il est).'
Trégorrois, Gros (1984:64).


La préposition evel, 'comme', tête d'une proposition tensée de manière, sélectionne un verbe tensé qui est répété. Le rannig préverbal est répété, mais peut changer de forme. L'effet sémantique, difficile à cerner, a un impact légèrement péjoratif.


(5) An oaled-mañ, a zo greet [ evel ma teu e teu ].
le foyer-ci R est fait comme que vient R vient
'Ce foyer a été construit comme cela vient cela vient.'
Trégorrois, Gros (1984:64).


evel ma, 'comme si'

(1) evel ma ouezfe / evel na ouezfe ket
comme si savait / comme ne.si savait pas
'comme s'il savait / comme s'il ne savait pas' Merser (2011:57)


Kervella (1972:36) regrette auprès d'un éditeur des modifications de phrases de evel ma, qu'il dit correspondre au sens voulu, en evel pa, qu'il pense grammatical mais de sens différent (sens qu'il aurait exprimé en koulz ha pa).

  • Evel ma vije bet un dra divizet en a-raok...
  • hag he stardañ evel ma vije bet ivez...


evel ma, 'dès que'

Evel ma peut aussi réaliser, tout du moins en trégorrois, un complémenteur complexe. Il signifie alors la coïncidence temporelle de deux évènements ('dès que').


(3) N'emañ ket ar hiz da zaoulammad d'ar gêr dioustu evel ma vezer arru.
ne est pas le coutume de 2-sauter à le maison de.suite comme est.IMP arrivé
'Ce n'est pas l'habitude de retourner au galop à la maison aussitôt qu'on est arrivé.'
Trégorrois, Gros (1984:52)


ellipse

Dans de nombreux cas, l'objet sémantique de la préposition n'est pas le syntagme qui apparaît comme son argument interne. Dans les cas d'ellipse du groupe verbal, l'objet réalisé de la préposition est le sujet de la proposition élidée.


(2) N'eus netra hag a gousi an douar evel an ed.
ne'y.a rien que R1 souille le terre comme le blé/céréale
'Rien ne souille la terre comme la céréale (ne souille la terre).'
Dihunamb (1909:315), cité dans Le Gléau (2000b:461)


(3) Biskoazh n'em eus gwelet den o c'hoarzhin evelti.
jamais ne'R.1SG a vu homme à rire comme.elle
'Jamais je n'ai vu personne rire comme elle (rit).'
Trégorrois, Berthou (1985:77)


comparatives d'égalité

Dans les structures de comparaison d'égalité, evel peut servir seul de complémenteur. Favereau (1997:§200) relève cet usage en lieu du complémenteur standard ha(g) en Pélem, Poher et vannetais. On trouve aussi des usages de evel en Léon.


(1) an heveleb ster evel o.
le même sens que o
'le même sens que o.' Léon (Cléder), Fave (1998:133)


(2) ken koant 'vel ar rozenn gaera
aussi beau comme le rose 1belle.le.plus
'aussi jolie que la plus belle des roses.' Poher, Favereau (1997:§200)


(3) [ mø ɛspera mi wutʃəkɛn tɥɛmərblema ɛlər ble pasət ]
me 'espera m'e vo ket ken tuemm ar blez-mañ èl ar blez paset
moi espère que sera pas aussi chaud le année-ci comme le année passé
'J'espère qu'il fera pas aussi chaud cette année que l'année passée.'
Bas-vannetais, Nicolas (2005:16)


evel da

Favereau (1997:§200) donne une dizaine d'exemples en evel da.


(3) ken kaer 'vel (d)'ur boked
aussi beau comme (à)'un bouquet
'aussi belle qu'un bouquet.' Favereau (1997:§200)


avec memes

Selon Favereau (1997:§200), evel n'est pas correctement employé dans les comparatifs d'égalité en memes.


(4) memes priz (gant / hag / *evel/ *eget) ar fuel
même prix que le fuel
'(de) même prix que le fuel.' adapté de Favereau (1997:§200)


Bibliographie

  • Hemon, R. 1969. 'Evel a, evel ma, h.a.', Ar Bed Keltiek 125 :127-128.
  • Ledunois, J. P. 2002. La préposition conjuguée en breton, thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 297-)

horizons comparatifs

  • Desmets, Marianne, Antoine Gautier & Thomas Verjans (éds.). 2008. Aspects de comme, LINX 58, pdf.