Ervat

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Ervat est un adjectif 'bon, bien' qui est a aussi un usage adverbial. C'est aussi en vannetais une particule de discours oppositive comme avat.


(1) Gouvezit ervad petra oh oh ober.
sachez bien quoi êtes à4, +C faire
'Sachez bien (réfléchissez bien à) ce que vous êtes en train de faire.' Trégorrois, Gros (1984:234)


Sémantique

mat vs. ervat

Comme mat, ervat signifie 'bien, parfaitement'.


(2) Daoust da se en em gomprenont ervat.
malgré de ça se1 comprennent parfaitement
'Malgré cela, ils se comprennent parfaitement.' Goëlo, Koadig (2010:49)


Il a aussi l'interprétation d'un adverbe de manière.


 Gros (1984:233): 
 "Ervat, plus abstrait que mad, exprime aussi le bon résultat de l'action, mais y ajoute l'idée de soin apportée à l'exécution et se traduit par 'très bien', 'avec soin', 'soigneusement', 'consciencieusement', 'à fond', 'comme il faut', 'attentivement', 'exactement', 'parfaitement', etc."


(3) Gra ervat da soñj, rak poent eo dit dibab da stad a vuhez.
fais bien ton1 pensée car temps est à.toi choisir ton1 état de1 vie
'Prends ta décision avec soin, car il est pour toi temps de choisir ton état.' (laique ou religieux)
Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:27)

Syntaxe de l'adverbe

distribution

(4) Med ni on-oa leviet or batimant ervad da antren er porz.
mais nous 1PL-avait gouverné notre bâtiment habilement pour entr.er dans.le port
'Mais nous avions gouverné notre navire comme il fallait (habilement) pour entrer dans le port.' Trégorrois, Gros (1984:234)


usage nominal

Comme l'adjectif mat, ervat est parfois utilisé comme un nom objet. Cette tendance est facilitée par la disponibilité en breton des ellipses de l'objet.


(5) Ne dalvez mann ma haoz, peogwir n'on ket kap da lavared ervad.
ne1 vaut zéro mon2 conversation car ne1'suis pas capable de1 dire bien
'Ma conversation ne vaut rien, puisque je ne peux pas dire correctement ce que je voulais dire.'
Trégorrois, Gros (1989:'kaoz')


Syntaxe de la particule de discours (opposition)

Comme avat, ervat peut marquer une opposition logique entre deux propositions. C'est alors une particule de discours.


(6) Met chouket ne hrein ket erhat !
mais asseoir ne1 ferai pas ça.non
'Mais je ne m’assiérai sûrement pas !' Vannetais, Le Melinaire (1938), cité dans Louis (2015:96)