A-enep

De Arbres
(Redirigé depuis Enep)
Aller à : Navigation, rechercher

A-enep ou enep forme une préposition qui marque l'opposition. Elle signifie 'contre, en opposition à', ou 'malgré'.

C'est aussi un adjectif.


(1) En êr enep emaint.
dans air contre sont
'Ils sont sous le vent.' Trégorrois, Gros (1970b:§'êr')


Morphologie

La préposition enep, 'contre', peut apparaître en composé avec la préposition da, par exemple dans le vannetais de Guillome (1836). C'est aussi une préposition simple en breton standard.


(1) 1SG inep t'eign 1PL inep t'emb
2SG inep t'id 2PL inep t'oh
3SGM inep te-h-ou 3PL inep te hai
3SGF inep te hi Vannetais, XIX°.
Guillome (1836:90-91): 'contre', inep de.


La préposition supplétive da peut provoquer un sandhi... ou pas.


(3) [ˈʁo mo me ˈʁasɛl dɪɲ, ˈneːb dɪɲ].
Roet em boa ma rastell din, enep din.
donné R.1SG avait mon rateau à.moi contre à.moi
'J’avais donné mon râteau à moi, malgré moi.'
Laz, Cheveau & Kersulec (2012-évolutif:Laz,'enep din')


variation dialectale

A Groix, la forme est /enemp / , en concurrence avec / e-kã /.


(4) /ynãn { e-kã / enemp } t-ənaral /
un à-combat / contre à-un.autre
'l'un contre l'autre.' Groix, Ternes (1970:268)

Avec ou sans da

En (3), la préposition da sert de support à l'incorporation du pronom 3SGM, alors que la préposition a-enep a une forme fléchie qui aurait pu servir; a-eneptañ. Le même locuteur utilise par ailleurs a-eneb sans la préposition da avec un syntagme nominal (4).


(3) Evid ar votadeg ez in a-eneb dezañ.
pour le vote R irai contre de.lui
'J'irai contre lui aux élections.' Léon, Fave (1998:140)


(4) [ Mond a-eneb réd an dour ] n'eo ket êz _ .
aller contre cours le eau ne est pas facile
'Il est difficile d'aller contre le courant.' Léon, Fave (1998:140)

objet vide

La préposition a-enep peut s'utiliser avec un objet vide, qui a des propriétés anaphoriques (cf. Je ne suis pas contre _).

Bibliographie

  • Ledunois, J. P. 2002. La Préposition Conjuguée en breton, thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 246)