Emichañs

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Emichañs est un adverbe évidentiel: il marque l'attitude du locuteur vis-à-vis de son énoncé.


Morphologie

Selon Gros (1989:'chans'), il s'agit d'une contraction de nemet chañs.


accentuation

Emichañs est accentué sur la dernière syllabe.

(1) /me'ʃãs/ , Plozévet, Goyat (2012:124)


variation dialectale

Selon Martin (1929:175), à la forme léonarde emechans correspond la forme vannetaise taul chans, et la forme cornouaillaise (Scaër, Guiscriff, Gourin) taol-chans, 'sans doute'.


répartition dialectale

A Ouessant, Gouedig (1982) signale la forme concurrente enteil, de même sens.


Syntaxe

L'adverbe emichañs, comme son synonyme moarvat, a un sens différent selon qu'il a portée sur la phrase ou pas.

Sémantique

en bord droit

En bord droit de constituant, emichañs exprime la confiance du locuteur quant à la probable véracité du constituant (cf. 'sans doute').


'Il était sans doute marié, bien qu'il n'y ait aucune bague à son doigt.'
'Dans le coin se tenait un vieillard, le père sans doute.'


Cette lecture ne change pas lorsque l'adverbe est en incise.

'C'était le vent, sans doute, qui faisait reculer le bateau.'


Dans les exemples ci-dessus, l'adverbe peut être utilisé par un écrivain pour rapporter les croyances de son personnage (voire les mettre en doute).


à l'initiale

A l'initiale de phrase, lorsque emichañs a portée sur la phrase, il exprime le souhait du locuteur quant à la véracité de ce qui suit (cf. 'j'espère').

'J'espère qu'il fera beau aujourd'hui.'
  • Emichañs n’oh ket deuet d’e gerhed da vond ganeoh!, Fave (1989:110)
'J'espère que vous n'êtes pas venu pour le prendre et l'emmener avec vous!'


La tournure de style où l'écrivain suggère que lui et son personnage n'ont pas le même monde de croyances n'est plus disponible.