Egile, eben

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les pronoms indéfinis eil, egile, eben correspondent au couple de pronoms 'un(e)/autre' en français ('l'une et l'autre', 'les uns pour les autres', 'l'une pour l'autre', etc.).


(1) An eil nebeud a font en egile.
le second peu R fond dans autre.M
litt. 'Chaque petit peu se fond dans l'autre.'
'Les petits ruisseaux font les grandes rivières.' Trégorrois, Gros (1984:262)


(2) Mé am euz gwéled ann eil hag ébén.
moi R ai vu le second et autre.F
'J'ai vu l'une et l'autre.' Trégorrois, (Hingant 1868:§72).


Morphologie

L'alternance egile / eben est genrée:

au masculin an eil ... egile (litt. 'le second ... l'un') et
au féminin an eil ... eben (litt. 'le second ... l'une')

accentuation

Eben est accentué sur la dernière syllabe.

(3) /i'be:n/ , Plozévet, Goyat (2012:124)


nombre

(4) maouezed peuzziwiskoc’h an eil re eget ar re all.
femmes presque.dés.habillé.plus le second ceux que le ceux autre
'des femmes presque plus dénudées les unes que les autres.'
Standard, Drezen (1990:12)


variation dialectale

Favereau (1997:137) note en vannetais une perte de la distinction genrée au profit de la forme du masculin egile.


Syntaxe

Les pronoms indéfinis eil, egile, eben peuvent être utilisés seuls. Ils peuvent être modifiés par l'adjectif indéfini all, 'autre'.

 Trépos (2001:§317) cite:
 an eil: 'l'un, l'une' (à l'origine 'l'autre' comme an all)
 egile, egile all: 'l'autre (masc.) 
 eben, eben all: 'l'autre (fém.)


Eil, egile, eben sont utilisés en duo dans les tournures réciproques, d'une façon similaire à 'l'un l'autre', 'l'une à l'autre' en français.


Finalement, ils apparaissent en duo autour des conjonctions comme ha(g), 'et'; na... na, 'ni... ni', et pe:

 Trépos (2001:§317) cite:
 an eil hag egile: 'l'un et l'autre'; an eil hag eben: 'l'une et l'autre'
 an eil hag ar re all: 'les uns (les unes) et les autres'
 nag an eil nag egile: 'ni l'un ni l'autre'
 an eil pe egile, an eil pe eben: 'l'un (l'une) ou l'autre', etc.


Dans les structures de comparaison, le groupe an eil hag egile peut apparaître de façon redondante.


(3) ['kɛjd ɛ ãn 'dow ˌen ãn 'ɛil aɡi'ɡi:le ]
Keid eo an daou hent an eil hag egile.
autant.long est le deux route le second et autre.M
'Les deux routes ont la même longueur.' Plozévet, Goyat (2012:196)


(4) [ 'kemɛn nøz ˌbed ãn tɛ'jɛr xwar ãn ˌɛjl aɡ i'be:n ]
Kement ’neus bet an teir c’hoar an eil hag eben.
autant a eu le trois sœur le second et autre.F
'Les trois sœurs ont reçu autant l’une que l’autre.' Plozévet, Goyat (2012:197)

Étymologie

Il s'agit au masculin d'une grammaticalisation de e gile, litt. 'son compagnon', et parallèlement, au féminin, d'une grammaticalisation de he ben, litt. 'sa compagne' (Favereau 1997:137).

La structure réciproque semble attestée assez tôt. Fleuriot (1997:39-41) discute de la traduction de l'expression mab i kiled, map eguile, "filius alterius", "fils de son compagnon, fils de l'autre", dans le Cartulaire de Quimperlé daté entre 1081 et 1114.


Bibliographie

  • Fleuriot, L. 1997. 'Notes lexicographiques et philologiques (langues celtiques), rééd. d'articles parus dans les Études Celtiques avec un index général établi par Gwennole Le Menn', Skol:39-41.