Egile, eben : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Morphologie)
(Morphologie)
 
(25 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Les pronoms [[indéfinis]] ''eil'', ''egile'', ''eben'' correspondent au couple de pronoms 'un(e)/autre' en français ('l'une et l'autre', 'les uns pour les autres', 'l'une pour l'autre', etc.).
+
Les pronoms [[indéfinis]] ''[[eil]]'', ''egile'', ''eben'' correspondent au couple de [[pronoms]] 'un(e)/autre' en français ('l'une et l'autre', 'les uns pour les autres', 'l'une pour l'autre', etc.).
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1)|| Mé am euz ||gwéled ||ann '''eil''' || hag ||'''ébén'''.
+
| (1) || An '''eil''' nebeud || a font || en '''egile'''.
 
|-
 
|-
| || [[pfi|moi]] [[R]] ai || vu ||[[art|le]] second ||[[&|et]]|| autre.F
+
|||[[art|le]] [[eil|second]] [[nebeut|peu]]||[[R]] fond  ||[[P.e|dans]] autre.M
|-
+
|-  
| ||colspan="4" | 'J'ai vu l'une et l'autre.' |||||||||||| ''trégorrois'', [[Hingant (1868)|(Hingant 1868]]:§72).
+
| ||colspan="4" | litt. 'Chaque petit peu se fond dans l'autre.'  
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Les petits ruisseaux font les grandes rivières.'||||||''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:262)
 
|}
 
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Damverzout a ra bremañ ar c’housker furmoù all, ||maouezed peuzziwiskoc’h ||an '''eil''' re eget ar re '''all'''.
+
| (2)|| <font color=green>Mé am euz ||<font color=green>gwéled ||<font color=green>ann '''eil''' ||<font color=green> hag ||<font color=green>'''ébén'''.
 
|-
 
|-
| || [[dam-|semi.]]remarquer [[R]] fait [[breman|maintenant]] [[art|le]] endormi formes [[all|autre]]|| femmes [[peuz-|presque.]]déshabillé.[[-oc'h|plus]] ||[[art|le]] second [[eget|que]] [[art|le]] [[hini|ceux]] [[all|autre]] 
+
| || [[pfi|moi]] [[R]] [[kaout|ai]] || [[gwelout|vu]] ||[[art|le]] [[eil|second]] ||[[&|et]]|| autre.F
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Le rêveur commence à remarquer d'autre formes, des femmes presque plus dénudées les unes que les autres.'
+
| ||colspan="4" | 'J'ai vu l'une et l'autre.' |||||||||||| ''Trégorrois'', [[Hingant (1868)|(Hingant 1868]]:§72).
|-
+
|||||colspan="4" |''standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:12)
+
 
|}
 
|}
  
  
 
== Morphologie ==
 
== Morphologie ==
 +
 +
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-178.jpg 178] de l'[[ALBB]] documente la [[variation dialectale]] de ''egile'', pour la traduction de 'L'un rit, l'autre pleure'. La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-179.jpg 179] de l'[[ALBB]] documente la [[variation dialectale]] de ''eben'', pour la traduction de 'L'une rit, l'autre pleure'.
 +
 +
Globalement, ''egile'' est utilisé au masculin, ''eben'' au féminin, et une stratégie non-genrée est répandue en vannetais (''an arall'').
 +
 +
 +
=== genre ===
  
 
L'alternance ''egile'' / ''eben'' est [[genre|genrée]]:
 
L'alternance ''egile'' / ''eben'' est [[genre|genrée]]:
: au masculin ''an eil ... egile'' (litt. 'le second ... l'un') et  
+
: au masculin ''an eil ... egile'' (litt. 'le [[eil|second]] ... l'un') et  
: au féminin ''an eil ... eben'' (litt. 'le second ... l'une')
+
: au féminin ''an eil ... eben'' (litt. 'le [[eil|second]] ... l'une')
 +
 
 +
 
 +
==== variation dialectale ====
 +
 
 +
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-179.jpg 179] de l'[[ALBB]], confirmée par [[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:137), montre en vannetais une perte de la distinction genrée au profit de la forme du masculin ''egile'', ou ''an arall''.
 +
 
  
 
=== accentuation ===
 
=== accentuation ===
Ligne 32 : Ligne 45 :
 
''Eben'' est accentué sur la dernière syllabe.
 
''Eben'' est accentué sur la dernière syllabe.
  
(2) <font color=green> /i''''be:n'''/ </font color=green>, ''Plozévet'', [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:124)
+
(3) <font color=green> /i''''be:n'''/ </font color=green>, ''Plozévet'', [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:124)
  
  
=== variation dialectale ===
+
=== nombre ===
  
 
+
{| class="prettytable"
[[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:137) note en vannetais une perte de la distinction genrée au profit de la forme du masculin ''egile''.
+
|(4)|| maouezed peuzziwiskoc’h ||'''an eil re''' ||eget '''ar re all'''.
 +
|-
 +
| || [[maouez|femme]].[[-ed|s]] [[peuz-|presque]].[[di-|dés]].habillé.[[-oc'h|plus]] ||[[art|le]] [[eil|second]] [[hini|ceux]] || [[eget|que]] [[art|le]] [[hini|ceux]] [[all|autre]] 
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'des femmes presque plus dénudées les unes que les autres.'
 +
|-
 +
|||||colspan="4" |''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:12)
 +
|}
  
 
== Syntaxe ==
 
== Syntaxe ==
Ligne 61 : Ligne 81 :
 
   ''an '''eil''' [[pe]] '''egile''''', ''an '''eil''' pe eben'': 'l'un (l'une) ou l'autre', etc.
 
   ''an '''eil''' [[pe]] '''egile''''', ''an '''eil''' pe eben'': 'l'un (l'une) ou l'autre', etc.
  
== Etymologie ==
 
  
Il s'agit au masculin d'une grammaticalisation de ''e gile'', litt. 'son compagnon', et parallèlement, au féminin, d'une grammaticalisation de ''he ben'', litt. 'sa compagne' ([[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:137).
+
Dans les structures de comparaison, le groupe ''an eil hag egile'' peut apparaître de façon redondante.
  
  
La structure réciproque semble attestée assez tôt. Fleuriot (1997:39-41) discute de la traduction de l'expression ''mab i kiled'', ''map eguile'', "filius alterius", "fils de son compagnon, fils de l'autre", dans le ''Cartulaire de Quimperlé'' daté entre 1081 et 1114.
+
{| class="prettytable"
 +
| (3) || <font color=green>['kɛjd ɛ||<font color=green> ãn 'dow ˌen ||<font color=green> ãn 'ɛil aɡi'ɡi:le ]
 +
|-
 +
| || Keid eo ||an daou hent ||'''an eil hag egile'''.
 +
|-
 +
| || [[keit|autant.long]] [[COP|est]]  || [[art|le]] [[les numéraux cardinaux|deux]] route || [[art|le]] [[eil|second]] [[&|et]] autre.M
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Les deux routes ont la même longueur.'||||''Plozévet'', [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:196)
 +
|}
  
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
| (4) || <font color=green>[ 'kemɛn nøz ˌbed ||<font color=green> ãn tɛ'jɛr xwar ||<font color=green> ãn ˌɛjl aɡ i'be:n ]
 +
|-
 +
| || Kement ’neus bet ||an teir c’hoar ||'''an eil hag eben'''.
 +
|-
 +
| || [[kement|autant]] a [[kaout|eu]]  || [[art|le]] [[les numéraux cardinaux|trois]] sœur || [[art|le]] [[eil|second]] [[&|et]] autre.F
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Les trois sœurs ont reçu autant l’une que l’autre.' ||||''Plozévet'', [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:197)
 +
|}
 +
 +
 +
== Diachronie ==
 +
 +
=== ''egile'' ===
 +
 +
Il s'agit au masculin d'une [[grammaticalisation]] de ''e gile'', littéralement 'son compagnon' ([[Favereau (1997)|Favereau 1997]]:137).
 +
 +
[[Matasovic (2009)]] propose une racine proto-celtique en [[*]]''kēlyo-'', ''kilio-'' 'compagnon', ayant donné le vieil irlandais ''céile'' [io m], le moyen gallois ''cilit, kilid'' 'compagnon, autre', le [[moyen breton]] ''e-gile'', le cornique ''y-gyla'', ''e-gele''.
 +
 +
En [[moyen breton]] du XV°, le ''[[C.|Catholicon]]'' donne ''anneil heguile'', traduit par le moyen français ''lung et l'aultre'' et le latin ''alter uter''.
 +
 +
 +
=== ''eben'' ===
 +
 +
[[Matasovic (2009)]] propose pour le [[moyen breton]] ''e-ben'', 'autre', litt. 'sa femme' une racine protoindo-européenne en [[*]]''g<sup>w</sup>enh<sub>2</sub>'', 'femme', et proto-celtique en [[*]]''benā, bena'', 'femme', ayant donné le vieil irlandais ''bé'' [n], ''ben'' [f], ''mná'' [Gén s], le vieux gallois ''ben'' [f], le gaulois ''bnanom'' [Gén pl]. En breton moderne, on reconnaît ''benel'', adj., 'féminin'.
 +
 +
Les mots apparentés sont le sanskrit ''jáni'', ''gnā́'', le grec ''gynḗ'', le vieil anglais ''cwen'', O.Pr ''genno'', Tocharien B ''śana'', slave ancien ''žena''.
 +
 +
 +
=== structure réciproque ===
 +
 +
La structure [[réciproque]] semble attestée assez tôt. [[Fleuriot (1997)|Fleuriot (1997]]:39-41) discute de la traduction de l'expression ''mab i kiled'', ''map eguile'', "filius alterius", "fils de son compagnon, fils de l'autre", dans le ''Cartulaire de Quimperlé'' daté entre 1081 et 1114.
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
  
* Fleuriot, L. 1997. ''Notes lexicographiques et philologiques (langues celtiques), rééd. d'articles parus dans les Etudes Celtiques avec un index général établi par Gwennole Le Menn'', Skol: 39-41.
+
* [[Fleuriot (1997)|Fleuriot, L. 1997]]. 'Notes lexicographiques et philologiques (langues celtiques), rééd. d'articles parus dans les Études Celtiques avec un index général établi par Gwennole Le Menn', ''Skol'':39-41.
 +
 
 +
* [[Fleuriot (1962b)|Fleuriot, Léon. 1962b]]. 'Notes lexicographiques : 2. Mab i kiled « filius alterius »', ''[[Études Celtiques]]'' 10(1), 179-185.
 +
 
 +
* [[Fleuriot (1964-65)|Fleuriot, Léon. 1964-65]]. 'Mélanges brittoniques: XI. Breton ancien mab i kiled, map eguile, moderne abegile « filius alterius »', ''[[Études Celtiques]]'' 11(1), 137-164.
 +
 
  
  

Version actuelle en date du 10 décembre 2019 à 18:15

Les pronoms indéfinis eil, egile, eben correspondent au couple de pronoms 'un(e)/autre' en français ('l'une et l'autre', 'les uns pour les autres', 'l'une pour l'autre', etc.).


(1) An eil nebeud a font en egile.
le second peu R fond dans autre.M
litt. 'Chaque petit peu se fond dans l'autre.'
'Les petits ruisseaux font les grandes rivières.' Trégorrois, Gros (1984:262)


(2) Mé am euz gwéled ann eil hag ébén.
moi R ai vu le second et autre.F
'J'ai vu l'une et l'autre.' Trégorrois, (Hingant 1868:§72).


Morphologie

La carte 178 de l'ALBB documente la variation dialectale de egile, pour la traduction de 'L'un rit, l'autre pleure'. La carte 179 de l'ALBB documente la variation dialectale de eben, pour la traduction de 'L'une rit, l'autre pleure'.

Globalement, egile est utilisé au masculin, eben au féminin, et une stratégie non-genrée est répandue en vannetais (an arall).


genre

L'alternance egile / eben est genrée:

au masculin an eil ... egile (litt. 'le second ... l'un') et
au féminin an eil ... eben (litt. 'le second ... l'une')


variation dialectale

La carte 179 de l'ALBB, confirmée par Favereau (1997:137), montre en vannetais une perte de la distinction genrée au profit de la forme du masculin egile, ou an arall.


accentuation

Eben est accentué sur la dernière syllabe.

(3) /i'be:n/ , Plozévet, Goyat (2012:124)


nombre

(4) maouezed peuzziwiskoc’h an eil re eget ar re all.
femme.s presque.dés.habillé.plus le second ceux que le ceux autre
'des femmes presque plus dénudées les unes que les autres.'
Standard, Drezen (1990:12)

Syntaxe

Les pronoms indéfinis eil, egile, eben peuvent être utilisés seuls. Ils peuvent être modifiés par l'adjectif indéfini all, 'autre'.

 Trépos (2001:§317) cite:
 an eil: 'l'un, l'une' (à l'origine 'l'autre' comme an all)
 egile, egile all: 'l'autre (masc.) 
 eben, eben all: 'l'autre (fém.)


Eil, egile, eben sont utilisés en duo dans les tournures réciproques, d'une façon similaire à 'l'un l'autre', 'l'une à l'autre' en français.


Finalement, ils apparaissent en duo autour des conjonctions comme ha(g), 'et'; na... na, 'ni... ni', et pe:

 Trépos (2001:§317) cite:
 an eil hag egile: 'l'un et l'autre'; an eil hag eben: 'l'une et l'autre'
 an eil hag ar re all: 'les uns (les unes) et les autres'
 nag an eil nag egile: 'ni l'un ni l'autre'
 an eil pe egile, an eil pe eben: 'l'un (l'une) ou l'autre', etc.


Dans les structures de comparaison, le groupe an eil hag egile peut apparaître de façon redondante.


(3) ['kɛjd ɛ ãn 'dow ˌen ãn 'ɛil aɡi'ɡi:le ]
Keid eo an daou hent an eil hag egile.
autant.long est le deux route le second et autre.M
'Les deux routes ont la même longueur.' Plozévet, Goyat (2012:196)


(4) [ 'kemɛn nøz ˌbed ãn tɛ'jɛr xwar ãn ˌɛjl aɡ i'be:n ]
Kement ’neus bet an teir c’hoar an eil hag eben.
autant a eu le trois sœur le second et autre.F
'Les trois sœurs ont reçu autant l’une que l’autre.' Plozévet, Goyat (2012:197)


Diachronie

egile

Il s'agit au masculin d'une grammaticalisation de e gile, littéralement 'son compagnon' (Favereau 1997:137).

Matasovic (2009) propose une racine proto-celtique en *kēlyo-, kilio- 'compagnon', ayant donné le vieil irlandais céile [io m], le moyen gallois cilit, kilid 'compagnon, autre', le moyen breton e-gile, le cornique y-gyla, e-gele.

En moyen breton du XV°, le Catholicon donne anneil heguile, traduit par le moyen français lung et l'aultre et le latin alter uter.


eben

Matasovic (2009) propose pour le moyen breton e-ben, 'autre', litt. 'sa femme' une racine protoindo-européenne en *gwenh2, 'femme', et proto-celtique en *benā, bena, 'femme', ayant donné le vieil irlandais [n], ben [f], mná [Gén s], le vieux gallois ben [f], le gaulois bnanom [Gén pl]. En breton moderne, on reconnaît benel, adj., 'féminin'.

Les mots apparentés sont le sanskrit jáni, gnā́, le grec gynḗ, le vieil anglais cwen, O.Pr genno, Tocharien B śana, slave ancien žena.


structure réciproque

La structure réciproque semble attestée assez tôt. Fleuriot (1997:39-41) discute de la traduction de l'expression mab i kiled, map eguile, "filius alterius", "fils de son compagnon, fils de l'autre", dans le Cartulaire de Quimperlé daté entre 1081 et 1114.

Bibliographie

  • Fleuriot, L. 1997. 'Notes lexicographiques et philologiques (langues celtiques), rééd. d'articles parus dans les Études Celtiques avec un index général établi par Gwennole Le Menn', Skol:39-41.