Dour : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Sémantique)
Ligne 126 : Ligne 126 :
 
|||colspan="4" | 'Quand on a un rhume, on doit boire du jus d'orange.' |||| ''Lesneven/Kerlouan'', [[Y. M. (04/2016)]]
 
|||colspan="4" | 'Quand on a un rhume, on doit boire du jus d'orange.' |||| ''Lesneven/Kerlouan'', [[Y. M. (04/2016)]]
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
== Diachronie ==
 +
 +
Hamp (1970) développe l'hypothèse qu'en breton, le nom ''dour'' est apparenté aux adjectifs ''du'' 'noir' et ''[[don]]'' 'profond', avec une correspondance entre ces trois notions dans toutes les langues celtiques. 
 +
 +
 +
== Bibliographie ==
 +
 +
* Hamp Eric P. 1970. '«Water» in Italic and Keltic', ''[[Études Celtiques]]'' 12:2, 547-550. [www.persee.fr/doc/ecelt_0373-1928_1970_num_12_2_1436 texte].
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]

Version du 7 septembre 2019 à 18:49

Le nom dour 'eau, jus' est un nom massique.


(1) Tost deom e hournije didrouz goelini skañv a-uz d'an dour. Léon, Seite & Stéphan (1957:123)
près de.nous R4 sur.volait sans1.bruit goelands léger au-dessus de1'le eau
'De légers goélands survolaient l'eau silencieusement.'


Morphologie

variation dialectale

La carte 177 de l'ALBB documente la variation dialectale pour la traduction de (Le puits est) plein d'eau. La forme vannetaise est deur (à ne pas confondre avec deur 'peine, difficulté' en cornouaillais de l'est intérieur).


(2) [ wɛ cəd a zɔ:ʁ ]
oa ket a zour.
(ne) était pas de1 eau
'Il n'y avait pas d’eau.' Vannetais, Cheveau (2007:133)


(3) /ma kar ˌheãw be 'tomɛd ãn ˌdu:r/
Ma kar eñ beza tommet an dour
si4 aime lui être chauf.f.é le eau
'S'il avait voulu faire chauffer l’eau…' Plozévet, Goyat (2012:276)

dérivation

le nom dour, avec le suffixe -enn, obtient le nom concret dourenn 'liquide, sécrétion'. A Bannalec en cornouaillais de l'est maritime, dourenn dénote la 'poche des eaux' d'un accouchement (Bouzec & al. 2017:312).

Le suffixe adjectival -ek obtient dourek 'qui contient de l'eau'. La finale -ennek obtient dourennek 'qui contient un liquide déterminé (fruit aqueux)' (Vallée 1980:XXIII).


(4) Bremañ e vez lakaet nebeud a irvin doureg.
maintenant R est mis peu de1 navets eau.Adj.
'Maintenant on cultive peu de navets aqueux (blancs).' Trégorrois, Gros (1984:360)


Le suffixe adjectival -us obtient dourus '(terrain, fruit) qui peut produire' ou 'qui amène de l'eau'. La finale -ennus obtient dourennus '(temps, etc.) qui peut faire produire de l'eau ou un liquide déterminé' (Vallée 1980:XXII, XXIII).


Le préfixe augmentatif gour- obtient [ɡu'zu:rɛd] , gouzouret 'imbibé d’eau' (Plozévet, Goyat 2012:334).

Le préfixe privatif di- obtient, après verbalisation, dizourañ 'perdre son eau' ou 'pisser'.


(5) Sell, ar hig zo krog da zizoura.
regarde le 5viande est commencé à1 .eau.er
'Tiens! La viande commence à perdre son eau.' Trégorrois, Gros (1989:'dizoura')


mots composés

Gros (1984:387) donne glaz-dour 'vert d'eau'. Gros 1984:389) donne dour-red 'eau courante'.


(6) Me a zo dourc'hwez toud.
moi R est eau-sueur tout
'Je suis baigné de sueur.' Trégorrois, Gros (1989:73)


(7) ki > dourgi, Standard, Kervella (1947:§299) / > kidour, Favereau (1993:'loutre')
chien > eau-chien > chien-eau
yar > douryar, Standard, Kervella (1947:§299) / > yarzour, Favereau (1993:'poule')
poule > eau-poule > poule-eau
'loutre, poule d'eau'


dour tomm, dour domm, dour zomm

Il existe une variation idiosyncratique sur la mutation après le nom masculin dour 'eau'.

On trouve parfois une lénition dour domm 'eau chaude' (Plogoneg, kontañ kaoz 12/2017). On trouve aussi des occurrences de dour zomm, avec une spirantisation (Buez ar Zent, 1894:p.176, ou Moal 1890:32). On dit pourtant dour dous, dour glav, comme pour un nom masculin régulier.

Selon le dictionnaire multidialectal de Troude (1869:'chaud'): "De l'eau chaude, dour zomm, dour domm; c'est un caprice de la langue." Bouzec & al. (2017:201) donne dour zomm à Moëlan et dour tomm à Bannalec et Riec. Les locuteurs peuvent avoir des intuitions assez fortes sur l'une ou l'autre forme. Dans l'interview de Catherine Quinioù de Plonevez ar Faou, on peut voir qu'elle corrige automatiquement dour domm en dour zomm (à la minute 2).


grammaticalisation

Selon Kervella (1947:§881), le nom dour 'eau' a grammaticalisé en un préfixe dour-.

Sémantique

Le nom dour peut dénoter un 'jus' de fruit.


(1) Pa vez ur rhume eo leet evañ dour oranjez.
quand est un rhume est boire eau oranges
'Quand on a un rhume, on doit boire du jus d'orange.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


Diachronie

Hamp (1970) développe l'hypothèse qu'en breton, le nom dour est apparenté aux adjectifs du 'noir' et don 'profond', avec une correspondance entre ces trois notions dans toutes les langues celtiques.


Bibliographie

  • Hamp Eric P. 1970. '«Water» in Italic and Keltic', Études Celtiques 12:2, 547-550. [www.persee.fr/doc/ecelt_0373-1928_1970_num_12_2_1436 texte].