Dor : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Diachronie)
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
|||||||colspan="4" | ''Lesneven/Kerlouan'', [[Y. M. (04/2016b)]]
 
|||||||colspan="4" | ''Lesneven/Kerlouan'', [[Y. M. (04/2016b)]]
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
== Morphologie ==
 +
 +
=== nombre ===
 +
 +
Le [[pluriel]] [[standard]] de''dor, an nor'' est ''an norioù'' 'les portes'. Le trégorrois [[Konan (1954)]] utilise les formes ''an norojoù'' et ''an norozioù'', à mettre en relation avec le pluriel gallois de ''dwrs'', ''doroziou''.
  
  

Version du 13 juillet 2019 à 22:38

Le nom dor dénote une 'porte'. C'est un des rares noms à avoir gardé une mutation nasale (an nor).


(1) Ne blij ket din e vo laosket ar c'hi a fas da dor ar vagajen.
ne1 plait pas à.moi R sera laissé le 5chien devant porte le1 magasin
'J'aime pas quand on laisse son chien devant la porte du magasin.'
Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016b)


Morphologie

nombre

Le pluriel standard dedor, an nor est an norioù 'les portes'. Le trégorrois Konan (1954) utilise les formes an norojoù et an norozioù, à mettre en relation avec le pluriel gallois de dwrs, doroziou.


Diachronie

Matasović (2009) propose pour le nom 'porte' une racine proto-celtique en *dworā, *duro-, *dworestu-.

En gaulois, on relève le toponyme Augusto-durum (le Forum d'Auguste à Rome, en latin Forum Augusti). Dans la branche celtique goïdélique, on relève le vieil irlandais dorus [u m], qu'on retrouve dans les toponymes Dor, Duir. Dans la branche brittonique, dor est relevé en vieux gallois, moyen gallois et gallois moderne, ainsi qu'en cornique.

 Matasović (2009):
 "The Celtic forms are actually not easy to subsume under a single etymon. We might be dealing with a Proto-Celtic. ablauting paradigm, Nominative. sg. * dwār, Accusative. *dwor-am (from which we have the Brittonic forms and, with a suffix, Olr. dorus, W drws < *dwor-es-tu-), Genitive. sg. *dur-os (from which we can derive Gaulish -durum and the Old irish toponyms Dor, Duir)."


Les formes proto-celtiques descendent de la forme reconstruite *dwor- 'porte' du proto-indo-européen. Cette forme est aussi à l'origine du latin forēs, du grec thýrā, ou du Tocharien B twere.