Discussion:Ma

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

--Mestr-skol (discussion) 11 avril 2018 à 11:29 (CEST)Dans cette page est cité Favereaau qui limite au bigouden l'antéposition du sujet après ma. M Divanac'h, originaire de Lesconil, enseignant à St Jean Trolimon entre autres, pourrait à juste titre être classé dialecte bigouden plutôt que cornouaillais.

--Jadé Loïc (discussion) 2 octobre 2014 à 22:08 (CEST) A propos de "mutations provoquées", je pense que l'exemple de Goyat n'est pas probant car en breton de Plozévet, une idée se dit 'ur soñj' 'ʒõ:ʒ . Or il n'y a pas de lénition dans ce cas.

--MJ. (discussion) 7 octobre 2014 à 18:26 (CEST): L'initiale est pourtant modifiée en ʃ > ʒ. Voir l'article sur la lénition ici.


--Jadé Loïc (discussion) 2 octobre 2014 à 22:17 (CEST)En propositions enchâssées : La compréhension de l'exemple et sa traduction me semblent sujets à discussion .

(1) mø grǝdusort [CP mi hɛlè do:nɛt ]
me 'gred ur sort m'e c'hellehe donet
moi R pense quand.même que pourrait venir
‘Je pense quand même qu'il pourrait venir.’ Bas-vannetais, Nicolas (2005:32)

J'aurais plutôt transcrit la phrase en phonétique par 'me gred ur sort 'm bije (g)ellet dont' "Je pense que j'aurais pu venir." La transcription de mi par m'e et sa traduction par "qu'il" me semble improbable.


  • [LJ/01/2013] Morphologie : De nombreuses autres formes existent devant une voyelle : Mag, mard, m'...Voir Favereau 2000 p 497 ou An Here 1995 page 763 et 764 . A l'inverse, dans certains cas, "ma" reste inchangé devant les voyelles "Daoust ma oa chomet bihan..."