Discussion:Les prépositions doublées

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
  • [LJ]: Dans le chapitre "doublage de la préposition"
Abalamour dezhañ da zont en dro serait plus utilement traduit par "pour qu'il revienne"
car la structure infinitive en français suppose le même sujet dans les deux propositions :
"J'ai beaucoup insisté pour revenir à la maison" implique que c'est moi qui rentre .
Si c'est quelqu'un d'autre qui rentre, je dois conjuguer rentrer en
"J'ai beaucoup insisté pour qu'il rentre à la maison"
Au contraire , en breton la même tournure infinitive est possible
"Pouezet 'm eus kalz din da zont en dro" ou "Pouezet 'm eus kalz dezhañ da zont en dro"
  • [MJ]:
Cette traduction un peu maladroite (et bizarre, surtout avec "retourner") est celle de Trépos.
Je l'ai gardée par principe, et parce qu'elle n'est pas précisément incorrecte.
Un exemple qui ne pose pas ce problème serait plus adapté.

--Jadé Loïc 9 décembre 2013 à 11:17 (CET)"Il est écrit :Doublage de la préposition Il existe des paradigmes en breton où il est ardu de motiver l'insertion de la préposition da devant une infinitive. Ci-dessous, le premier da introduit l'expérienceur, mais l'insertion du second devant l'infinitive est mystérieuse.

(1) abalamour dezañ da zont en-dro" Il me semble clair que ce second "da" complète "abalamour" que l'on ne trouve jamais seul : "abalamour ma" pour introduire une enchâssée ou "abalamour da" devant un nom ou un pronom ou un verbe à l'infinitif

--MJ. 16 décembre 2013 à 13:49 (CET): Je vois. Mais si on pose la question: abalamour da biv?, la réponse peut être abalamour dezhañ. Il reste donc encore un da surnuméraire dont l'insertion obligatoire demande explication.