Discussion:Le futur proche

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

--Jadé Loïc 10 avril 2013 à 10:24 (CEST) : Ne serait-il pas plus judicieux de parler d'antériorité d'une action par rapport à une autre plutôt que de futur proche ? Dans la phrase Oan just 'tiblas mont betek du-se, je ne vois pas de futur, même proche. Ne suis-je pas au bon niveau de lecture ?

--MJ. 10 avril 2013 à 13:55 (CEST): La notion de futur proche est une notion sémantique. Dans Je vais lire Foucault, il n'y a pas de marque morphologique du futur. C'est sémantiquement que le futur (proche) est réalisé. Dans Oan just 'tiblas mont betek du-se, 'J'étais juste sur le point de...', le temps de la phrase ("étais") est ordonné avant la borne de début de l'action d'aller. La locutrice dit, que dans un temps du passé, elle était juste avant le début de la borne d'action (= dans un futur proche par rapport à l'action).

--Jadé Loïc 21 mai 2013 à 18:40 (CEST) : Je reviens sur "diblas" non plus pour discuter du temps ( notion de futur proche )mais pour apporter une précision voire une contradiction ; dans le Cap-Sizun il existe l'expression "Poent diblas" qui signifie "Il est temps de se mettre en route, il est temps d'y aller". Et je me demandais si la phrase de Mona Bouzeg " Oan just 'tiblas mont betek du-se" ne serait pas mieux traduite par "Je venais de me mettre en route pour y aller" ce qui déplacerait la borne de début d'action.

> --MJ. 24 mai 2013 à 09:03 (CEST): La traduction est de Mona. Il s'agit d'une grammaticalisation du sens spatial premier, comme le verbe aller qui forme le futur proche en français standard.