Discussion:Daoust

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
  • [LJ/01/2013] Cette phrase "Daoust pegen klañv eo, sevel a ra an diri." me semble aussi incorrecte à plus d'un titre :la place du deuxième verbe conjugué, la bonne formule étant "Daoust pegen klañv eo, e sav..." . De plus "sevel an diri" signifie "monter l'escalier" dans le sens de "fabriquer l'escalier". La formule correcte ici serait "sevel gant an diri" ou "mont el-laez gant an diri".

--MJ. 9 janvier 2013 à 12:08 (CET): Cela pose un problème méthodologique intéressant. Pour construire un ouvrage scientifique qui pourra nous étonner en découvrant réellement des faits nouveaux, nous ne pouvons méthodologiquement pas corriger les données selon ce que nous pensons à-priori que nous devrions trouver. Sur cet exemple particulier, j'entends ta remarque. Je considère aussi que Pierre Trépos est un locuteur natif. La source doit donc être respectée. On peut discuter de la fiabilité de la source (des typos peuvent toujours arriver, certains travaux éditoriaux "corrigent" des locuteurs natifs, etc.). Dans l'hypothèse où la grammaire interne de Trépos contient vraiment sevel a ra an diri, on peut aussi se demander si la structure du français n'a pas ici influencé la donnée. Auquel cas cet usage est documenté chez un locuteur natif. ARBRES n'est pas une grammaire normative ou prescriptive, mais descriptive. Cet outil est censé pouvoir informer les grammairiens normatifs des formes existantes dans les langues naturelles.

-- Sur les ordres de mot où l'élément tensé arrive en troisième place, voir l'article sur les ordres V3.

  • [LJ/01/2013] Cette phrase me semble incorrecte :"Daoust ha ne oant ket deuz ar vicher, o-doa greet ganto eur pont mein deuz ar haerra.," Huelgoat, Skragn (2002:§190) Bien que cela figure dans le corpus, je pense qu'il y a ici confusion entre "ma" et "ha" et que "Daoust ma ne oant ket eus ar vicher" est la formule correcte.Cette opinion est confortée par An Here 1995 page 212 et 213 : "daoust"

--MJ. 9 janvier 2013 à 12:08 (CET): Trouver daoust ha devant une proposition ne me semble pas tellement étonnant. Menard & Kadored (2001:§'daoust') donne des formes en daoust ha devant un adjectif, des formes en daoust ha ma devant une proposition, et des formes en daoust ha da devant un groupe nominal. Ça vaudrait le coup de relire des passages de Skragn pour voir si il produit régulièrement de telles occurrences.