Dija

De Arbres
Version du 25 août 2019 à 20:30 par Mjouitteau (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Dija est un adverbe de temps, mais aussi un atténuateur.


Morphologie

Dija s'accentue sur la dernière syllabe.


(1) [di'ʒa] , Plozévet, Goyat (2012:125)


répartition dialectale

Dija est un emprunt transparent qui a grammaticalisé différemment à travers les dialectes.

Le Roux (1915:74) réprouve l'usage de dija 'déjà' et recommande l'usage concurrent de abenn-vremañ, abenn-neuze.

Adverbe de temps

Dans le sens temporel, dija ressemble au français déjà.


(2) A-benn ugent vloaz dija e peze leun a vicher.
au.bout 201 an déjà R avais plein de1 métier
'A vingt ans, tu avais déjà beaucoup de métier.' Léon, Mellouet & Pennec (2004:20)


Atténuateur

Dija peut avoir, du moins en cornouaillais, un sens atténuateur comme 'quasi, presque'. Bouzec & al. (2017:134) donne comme synonymes tost achu 'presque fini' et dija echuet.


(1) Me 'zo o vont, 'lar-hi, da zistrujañ tout bourc'h Elien, dija.
moi R est à aller dit-elle pour détruire tout bourg Elliant quasi
'Je vais, dit-elle, détruire pratiquement tout le bourg d'Elliant.' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:III)


(2) Ma doue a-wechoù viemp pad an noz dija o tañsal, a-wechoù.
mon Dieu des.fois serions pendant le nuit presque à4 danser des.fois
'Mon Dieu des fois on dansait presque toute la nuit, des fois.' Le Juch, Hor Yezh (1983:13)


Dija peut modifier des catégories différentes comme des groupes nominaux de mesure ou des adverbes.


(3) dija daou vetr
presque deux1 mètre
'presque deux mètres.' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:27)


(4) dija sur
presque sur
'pratiquement sur.' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:27)


L'atténuateur dija peut être modifié.


(5) dija 'walc'h
presque assez
'Il y a des chances que...' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:27)


Syntaxe

distribution en périphérie gauche et droite

Favereau (1997:§548) propose que les adverbes comme biken, biskoazh, gwech ebet, morse, 'jamais' et alies, 'souvent', atav, bepred, dalc'hmat, 'toujours', c'hoazh, dija, 'encore' ne peuvent pas apparaître entre l'auxiliaire et le participe (dans le champ du milieu).