Di-/(deiz-) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
 
   [[Falc'hun & Fleuriot (1978-79)|Falc'hun & Fleuriot (1978-79]]:9A):  
 
   [[Falc'hun & Fleuriot (1978-79)|Falc'hun & Fleuriot (1978-79]]:9A):  
   "Le préfixe ''di-'' de ''disul'' est une variante du nom breton de 'jour', ''deiz'' ou ''de'', ce qui explique les variantes à rhotacisme ''dir-iou'' ou ''dir-yaou'' (en face de ''diz-iou''), et ''dir-gwener'' à côté de ''digwener''.  
+
   "Le préfixe ''di-'' de ''disul'' est une variante du nom breton de 'jour', ''[[deiz]]'' ou ''de'', ce qui explique les variantes à rhotacisme ''dir-iou'' ou ''dir-yaou'' (en face de ''diz-iou''), et ''dir-gwener'' à côté de ''digwener''.  
 
   En français, le préfixe ou suffixe ''di'' ('''''di'''manche'', ''lun'''di''''') vient du latin ''di-es''."
 
   En français, le préfixe ou suffixe ''di'' ('''''di'''manche'', ''lun'''di''''') vient du latin ''di-es''."
  

Version actuelle en date du 14 septembre 2019 à 18:37

Le préfixe di- est un préfixe temporel de proximité. Il apparaît devant les jours de la semaine juste passée ou juste à venir (dilun, dimeurz, dimerc'her...).

 Falc'hun & Fleuriot (1978-79:9A): 
 "Le préfixe di- de disul est une variante du nom breton de 'jour', deiz ou de, ce qui explique les variantes à rhotacisme dir-iou ou dir-yaou (en face de diz-iou), et dir-gwener à côté de digwener. 
 En français, le préfixe ou suffixe di (dimanche, lundi) vient du latin di-es."


Sémantique

déictique

C'est un préfixe déictique puisqu'il se calcule en proximité avec le temps d'énonciation. En (1), dimeurzh dénote le jour qui est le premier mardi juste avant ou juste après le temps de l'énonciation. En (1), le temps verbal passé de l'imparfait restreint le calcul à mardi dernier (pour le locuteur au moment de l'énonciation).


(1) Dimeurzh e oan o soñjal bezañ deut.
mardi R étais à penser être venu
'Mardi je pensais être venu (je pensais venir).' Trégorrois, Gros (1984:317)


Falc'hun & Fleuriot (1978-79:9A) remarquent que 'le lendemain, qui était un jeudi' ne peut être traduit par * antronoz diziou, ce qui s'explique par le fait que antronoz n'est pas un déictique.


(2) antronoz, da yaou
lendemain à jeudi
'le lendemain, qui était un jeudi' Falc'hun & Fleuriot (1978-79:9A)


A ne pas confondre

Di-, dis-, le préfixe privatif ou fréquentatif est sémantiquement complètement différent.