La copule

De Arbres
(Redirigé depuis Copule)
Aller à : Navigation, rechercher

Une copule est toujours réalisée comme le verbe bezañ, 'être' sous ses différentes formes.

Deux phrases copulatives dont la morphologie est différente peuvent être coordonnées.


(1) Ma fenn a zo pounner ha gwan eo man divhar.
mon tête R est lourd et faible est mon deux.jambe
'Ma tête est lourde et faibles sont mes jambes.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:17)


Sémantiquement, on distingue la copule existentielle, la copule prédicative et la copule équative.

Sémantique

copule existentielle

La copule existentielle n'a qu'un seul argument, indéfini, dont il est juste asserté l'existence.

  • Il est des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
'Il y a...'

copule prédicative

La copule prédicative a deux arguments: un sujet et un prédicat. La copule prédicative prédique les propriétés d'un prédicat sur l'entité à laquelle son sujet réfère.

En (1), la première copule prédique les propriétés du prédicat dizesk, 'inculte', sur le pronom sujet 3PL. La seconde copule prédique les propriétés du prédicat bet morse er skol sur le pronom incorporé 3PL.


(1) [PredP dizesk ] e oant, n'oant [PredP bet morse er skol ]
inculte R étaient ne étaient été jamais à.le école
'Ils étaient incultes, ils n'avaient jamais été à l'école.' Standard, Kervella (1933:49)


Le sujet n'est pas obligatoirement un groupe nominal. En (2), la copule eo prédique les propriétés déontiques du prédicat modal ret, 'obligé', sur le sujet propositionnel espern an dour.


(2) [PredP Red ] eo hiriv an deiz [ espern an dour ].
obligé est aujourd'hui le jour économiser le eau
'Il faut aujourd'hui économiser l'eau.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:39)


copule équative

La copule prédicative a deux arguments référents.

La copule équative désigne comme équivalents les référents de ces deux arguments.


(1) E loened n'int ket 'met sac'hadoù askorn.
son bêtes ne sont pas mais sacs os
'Ses bêtes ne sont que des sacs d'os.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:79)

lecture générique

Les copules peuvent recevoir une lecture générique.


(1) Eul loen n' eo ket da veza boufonet.
un animal ne'est pas à être maltraité
'Une bête ne doit pas être maltraitée.' Gros (1970b:§'loen')

Morphologie

L'infinitif de la copule (et du verbe 'être' en général) a de multiples variantes dialectales.

Les formes fléchies de la copule sont celles des différents paradigmes du verbe 'être' en breton:

ez eus, eo, a zo, vez ou encore emañ


copule zo

La forme a zo, avec le rannig a, est obligatoire lorsque le sujet de la copule le précède. Elle se trouve aussi dans d'autres environnements syntaxiques.

La forme a zo supporte les temps génériques comme épisodiques.


copule emañ

Emañ est prototypiquement la forme locative du verbe 'être', mais se trouve aussi assez facilement en usage de copule prédicative.


Emañ induit parfois un prédicat plus délimité dans le temps que la forme eo de la copule. Davalan (1999), repris dans Avezard-Roger (2007:38), oppose ainsi Klañv eo, 'Il est malade' avec Klañv emañ, 'Il se trouve malade (alors qu’il ne l’était pas il y a peu)'. C'est nettement la lecture dans un ensemble d'emplois. Il semble que ce soit la même différence qui est signalée à Plozévet par Goyat (2012:297).


(z) /'ma:d ma ar ˌba:ra/ - /'ma:d ɛ ar ˌba:ra/
Mad ema ar bara. Mad eo ar bara.
bon est le pain bon est le pain
'Le pain en est à un bon degré de cuisson – Le pain est bon.' Plozévet, Goyat (2012:297)


Cependant, on trouve aussi des emplois de la forme emañ de la copule où les propriété prédiquées ne sont pas bornées dans le temps.


(4) /xazo xi:rox ẃi-m-mand ledãn/
eux.est long.plus que que sont larges
'Ils sont plus longs qu'ils ne sont larges.' Groix, Ternes (1970:222)


Finalement, on trouve aussi emañ dans des emplois de copule équative.


(4) Hizio emañ Meurz-al-lard.
aujourd'hui est mardi-le-gras
'C'est aujourd'hui le mardi gras.'
Trégorrois, Gros (1970b:§'lard')


(5) N'emañ ket ar hiz da zaoulammad d'ar gêr dioustu evel ma vezer arru.
ne est pas le coutume de 2-sauter à maison de.suite comme que est.IMP arrivé
'Ce n'est pas l'habitude de retourner au galop à la maison aussitôt qu'on est arrivé.'
Trégorrois, Gros (1984:52)


On le trouve en emploi de copule focalisatrice.


(6) Ka kred start ' ra din 'brom emañ-eoñ a sell ouzh ma c'hoenn.
car croire ferme (R) fait à.moi maintenant est-lui R1 regarde à mon2 crème
'Car je crois fermement maintenant que c'est lui qui en a après ma crème.'
Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016b)


Emañ peut aussi se trouver, dans certaines variétés, comme auxiliaire.


(7) Hemañ 'ma gwriet deon e chakod.
celui.ci est cousu à.lui son poche
'Il est avare.' (litt. 'sa poche est cousue.') Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:II)

ellipse de eo

La copule eo, utilisée dans les clivées et dans les structures équatives, peut, au temps présent, ne pas être réalisée phonologiquement (Le Bayon 1878:26§IV). Elle est alors élidée, avec son rannig.


(1) [PredP erru ] _ [sujet poent serriñ dor an iliz ]! eme egile.
arrivé est moment fermer porte le église dit l'autre
'L'autre dit: Il est temps de fermer la porte de l'église! Standard, Drezen (1990:9)


Pour mettre en évidence une structure copulative, il suffit de mettre la proposition au temps passé. La copule est alors forcée d'apparaître et porte les traits morphologiques du passé (oa).


(2) [PredP erru ] e oa [sujet poent serri dor an iliz ]! eme egile.
arrivé R était moment fermer porte le église dit l'autre
'L'autre dit: Il était temps de fermer la porte de l'église! Standard, [MJ]

Terminologie

Le terme de 'copule' vient du latin copula, 'lien, union [en particulier : de mots]'.

Kervella (1995:§716) utilise kopulenn, n.f.

Bibliographie

  • Plourin, J.Y. 1998. 'Allomorphes du verbe être au présent de l'indicatif en breton : conflits de topicalisation', La Bretagne Linguistique 11:xx.
  • Urien, J.-Y. 2005. 'Cohabitation et conflit syntaxique autour du verbe « être » en breton', Frédéric Lambert & Henning Nølke (éds.), La syntaxe au cœur de la grammaire, 323-330, PUR.
  • Urien, J.Y. 1999. ‘Statut morphologique de la particule verbale.’, Breizh ha pobloù Europa, Bretagne et Peuples d'Europe, mélanges en l'honneur de Per Denez, Lesneven: Hor Yezh, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
  • Urien, J.Y. 1989. 'Le verbe bezañ et la relation médiate', Roazhon 2 : Klask 1 :101-128.
  • Urien, J.Y. 1989. 'Le syntagme existentiel en breton. Définition syntaxique et sémantique {X + zo / n’eus ket + X, « Il y a X / il n’y a pas X »}', La Bretagne Linguistique 5: 179-195.


autres langues celtiques

  • Williams, J. E. Caerwyn. 1976. 'MlW neu, neut as copula', Celtica 11:278–285.


horizons comparatifs

  • Moro, Andrea. 2005. 'Copular Sentences', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol I, chap.18.