Complémenteur vide

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Un complémenteur vide est un complémenteur qui n'est pas prononcé. Il est présent syntaxiquement dans la structure, et est interprété sémantiquement, mais il n'a pas de matrice phonologique.

Le breton a au moins un complémenteur vide. En (1), l'équivalent standard aurait requis la réalisation du complémenteur ma4 (gant ar skuizh ma'z on). La structure syntaxique est plausiblement la même, mais la version trégorroise utilise à la place un complémenteur phonologiquement vide.


(1) Me zo evel ur bouc'h bazhataet gant ar skuizh __ on. Trégorrois (Perros-Guirrec), Konan (2017:'bazhata')
moi est comme un bouc battu avec le fatigué que suis
'Je suis comme une chèvre battue tellement je suis fatiguée.'


Morphologie

accentuation

L'absence de réalisation morphémique n'implique pas que le complémenteur n'a pas de morphologie. On peut déceler son influence dans la réalisation du message en prenant en compte l'accentuation.

Selon Kervella (1947:§807) et Seite (1975:95), l'accentuation ("ou le contexte") désambiguïse la structure entre matrice ou relative enchâssée. Une fois prise en compte l'accentuation, le message n'est donc pas de structure ambiguë. Dans l'hypothèse raisonnable où le rannig a toujours la même fonction, la différence syntaxique liée à l'accentuation est la présence d'un complémenteur vide. Ce complémenteur n'est pas réalisé comme un morphème segmental, mais sa présence influe sur la distribution de l'accent.


(1) An DEN a zo amañ. Standard, Kervella (1947:§807)
le homme R1 est ici
'L'homme est ici.', et non pas * 'L'homme qui est ici.'


(2) Al LAbous a nij vs. al labous a NIJ.
le oiseau R vole le oiseau C R vole
'L'oiseau vole.', vs. 'L'oiseau qui vole.' Léon, Seite (1975:95)


(3) an dén a labour.
le homme C R travaille
'L'homme qui travaille.'
* 'L'homme travaille.' Léon, Seite (1975:95)