La comparaison

De Arbres
(Redirigé depuis Comparatives)
Aller à : Navigation, rechercher

La comparaison peut être de trois sortes:

- la comparaison d'égalité ('aussi jaune que...')
- la comparaison de supériorité ('plus jaune que...')
- le superlatif ('la plus jaune')


Comparaison d'égalité

Morphologie

Quelques adjectifs ont une forme irrégulière à l'équatif.

mat, 'bien, bon' > koulz, kenkoulz, 'aussi bien, aussi bon'
fall, 'mauvais' > gwaz, 'aussi mauvais'
hir, 'long' > keit, 'aussi loin'

Selon Goyat (2012:196), les formes régulières ken mat, ken fall et ken hir existent aussi, mais expriment "une nuance légèrement plus forte".


Syntaxe

Le second terme de la comparaison peut être déictique, récupérable en contexte.


(1) /ne ke ken 'tom se/
N’eo ket ken tomm-se.
ne est pas si chaud-ça
'Il ne fait pas si chaud que ça.' Plozévet, Goyat (2012:195)


Le second terme peut aussi n'être pas prononcé du tout.

(2) /ne 'ʒõ:ʒe ke ˌdiɲ va 'ken braz an 'ti/
Ne zoñje ket din e oa ken braz an ti.
ne pensait pas à.moi était si grand le maison
'Je ne pensais pas que la maison était aussi grande.' Plozévet, Goyat (2012:195)


memes

(2) /'ene zo ˌmømøz 'wa:d ˌdiɲ/
Hennez zo memez oad din.
celui.ci est même âge à.moi
'Il a le même âge que moi.' Plozévet, Goyat (2012:197)


an hevelep ... evel

(2) an heveleb ster evel o.
le même sens que o
'le même sens que o.' Léon (Kléder), Fave (1998:133)


ken ... evel

(2) Ha ken seder goude evel kent.
et tant gai après comme avant
'Et d'aussi bonne humeur après qu'avant.' Trégorrois, Gros (1966:233)


(3) [ jεm ja kεn li:jεs εldɔχ ]
'ya ken lies èldoc'h
lui va aussi souvent que.vous
'Il y va aussi souvent que vous.' Bas-vannetais, Nicolas (2005:16)


(4) /jãzo čen bra:z jald-ida:t /
lui.est autant grand comme-son1.père
'Il est aussi grand que son père.' Groix, Ternes (1970:223)


ken ... ha(g)

(5) [ c̈En gla:s a nêw ]
ken glas ha 'n neñv
aussi bleu que le ciel
'aussi bleu que le ciel.'
Haute-Cornouaille (Lanvénégen), Evenou (1987:595)


Selon Goyat (2012:196), la construction en ken... ha(g) est la plus usitée à Plozévet.


Deux termes peuvent être comparés par une reduplication de l'adjectif précédé de ken. Cela est illustré en (4) avec la forme synthétique keit, (ken hir = 'si long'). Une autre alternative est l'usage des pronoms distributifs l'un l'autre': eil, eben, egile


(4) An div fun-ze zo keid-ha-keid / zo keid an eil hag eben.
le deux corde- est si.long-et-si.long est si.long le second et autre
'Ces deux cordes sont aussi longues l'une que l'autre.'
Cornouaillais (Bigouden), Trépos (2001:§249)

autorisatrices d'items de polarité négative

Les propositions comparatives sont des environnements syntaxiques qui autorisent les items de polarité négative comme bet, 'aucun'.


(1) Mari-ze a labour kenkoulz ha paotr ebed.
Mari-ci R travaille autant que homme aucun
'Cette Marie-là travaille aussi bien que n'importe quel garçon.' Trégorrois, Gros (1984:198)


Terminologie

Le comparatif d'égalité est désigné en breton par le terme an derez ken-ha-ken (Evenou 1987:526), ou derez-kevatal (Chalm 2008, KAG 2016).

Comparaison de supériorité

Il existe différentes tournures qui obtiennent une comparaison de supériorité, dont l'usage de la préposition diouzh, ou de ses variantes. On note par exemple la prépsoition dezit à Groix.


(1) / Xizo y:rys tə-zit XiXwe:r /
elle.est heureux par.rapport.à son.sœur
'Elle est heureuse en comparaison de sa sœur.' Groix, Ternes (1970:316)


La façon canonique de construire une structure de comparaison de supériorité est d'adjoindre le suffixe -oc'h directement sur un adjectif épithète ou attribut, un adverbe ou même parfois un nom.


(2) eun ti brasoc'h
un maison grand.plus
'une plus grande maison.' Tréguier, Leclerc (1986:130)


Lorsque l'élément de comparaison est exprimé, celui-ci est introduit par le complémenteur eget ou evit.


(3) Elena a anavezan gwelloc'h eget nikun amañ.
Elena R connais mieux que personne ici
'Je connais Elena mieux que quiconque ici.' Beyer (2009:101)


(4) /xazo xi:rox ẃi-m-mand ledãn/
eux.est long.plus que que sont larges
'Ils sont plus longs qu'ils ne sont larges.' Groix, Ternes (1970:222)


'plus Adj les uns que les autres'

(3) Damverzout a ra bremañ ar c’housker furmoù all, maouezed peuzziwiskoc’h an eil re eget ar re all.
semi.remarquer R fait maintenant le dormeur formes autre femmes presque.déshabillé.plus le second que le ceux autre
'Le rêveur commence à remarquer d'autres formes, des femmes presque plus dénudées les unes que les autres.'
Standard, Drezen (1990:12)


'Adj par rapport à X'

E-skoaz signifie 'comparé à', 'à côté de', 'en comparaison de'.


(1) An dud zo savet eas bremañ e-skoaz gwechall.
le 1gens est élevé facile maintenant dans.épaule autrefois
'Les gens maintenant sont élevés à la douce par rapport à autrefois.' Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:54)


ellipse de l'adjectif

Leclerc (1986:130) note l'expression de comparaison au négatif /ne bezañ evit/, littéralement 'ne pas être pour', où l'adjectif n'est pas exprimé.


(4) Pêr n'eo ket _ evit e vreur
Pierre ne est pas plus.adjectif que son frère
'Pierre est moins fort que son frère.' Tréguier, Leclerc (1986:130)

Superlatif

La marque du superlatif est le suffixe -añ.

Il s'affixe sur des adjectifs ou des adverbes.

Autres

(1) An daou-se 'zegouezh ket 'n eil deus egile.
le 2- arrive pas le second de autre
'Ces deux-là ne vont pas bien ensemble.' Haut-cornouaillais, Riec, Bouzeg (1986:VII)