Communication

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

La linguistique étudie les langues naturelles humaines, et non pas tout le champ de la communication, qui est bien plus large.

La communication entre humains ne passe en effet pas uniquement par les langues, que celles-ci soient orales ou signées. Les humains touchent, chantent, développent des signes visuels sociaux complexes. Autant de signes et signaux qui, tous, font partie de ce qui constitue un système de communication et peut être chargé de sens mais ne rentre pas dans le domaine d'étude de la linguistique.

La communication n'est pas non plus restreinte aux échanges entre humains. De multiples formes de communication sont connues, qui ne sont pas forcément associées à un langage comparable au langage humain.


Systèmes langagiers chez les non-humains

Les candidats solides plaidant pour l'existence d'un système langagier complexe chez les non-humains sont rares, mais ce siècle a vu des découvertes étonnantes concernant les capacités linguistiques animales, et les capacités communicatives dans le monde végétal.


monde animal

Des systèmes de communication riches et complexes existent dans le monde animal en dehors des humains, comme la danse par laquelle les abeilles peuvent communiquer avec grande précision l'emplacement géographique d'une source de nectar. Des capacités cognitives que l'on a longtemps cru réservées aux humains ont été mises à jour chez différents animaux. Howard & al. (2018) montrent que, comme le perroquet gris africain et les primates non-humains, les abeilles peuvent utiliser le concept de "moins que un", zéro.


hypothèse de la continuité phonologique

Hauser, Chomsky & Fitch (2002) ont proposé que les systèmes d'analyse auditifs des mammifères partagent une capacité à repérer des régularités linguistiques à partir d'indices faibles, comme le rythme.

Les tamarins et les rats partagent avec les enfants humains la possibilité de différencier rythmiquement entre elles des langues humaines, comme des versions synthétisées du néerlandais et le japonais (Toro & al. 2005). Cette habilité disparaît dans les trois espèces si ces langues sont jouées à l'envers. La même expérience avec des voix naturelles a pu montrer la même capacité de discrimination des deux langues, mais pas lorsque les locuteurs étaient différents.

Les distinctions du système phonématique humain sont, au moins en partie, perceptibles par des non-humains. Les perruches de Flaherty & al. (2017) peuvent différencier les sons /t/ et /d/ sans contact préalable avec la langue humaine, en utilisant les mêmes indices phonologiques que des humains.


construction de phonèmes?

On observe des signaux où l'ordre d'association d'éléments peut créer des sens variés. Engesser & al. (2015) rapportent que la pipelette à couronne châtain ("chestnut-crowned babbler"), en Australie, utilise des séquences AB / BAB où le réarrangement de l'ordre de ces sons identiques produit des sens différents (l'ordre AB des séquences est associé au vol, et BAB au signal de nourrissement des petits). Les enregistrements joués à des oiseaux qui les écoutent produisent des comportements associés. Il s'agirait ici d'un système simple de construction de phonèmes.


Morphologie? Merge?

Ouattara & al. (2009a, b) et Keenan & al. (2013) rapportent que les singes mâles de Campbell (Cercopithecus campbelli) produisent trois items lexicaux distincts, boum, krak et hok. Les deux derniers réfèrent respectivement à des prédateurs au sol et dans la canopée, avec une variation de type dialectale pour la référence de krak (Schlenker & al. 2014). Krak comme hok peuvent tous deux être suivis de -oo, de sens atténuateur. /-oo/ ne se trouve jamais en isolation, ce qui amène les linguistes à discuter ses propriétés suffixales (Kuhn & al. 2018).

Jiang & al. (2018) montrent que les macaques rhésus peuvent, s'ils sont entrainés très intensivement, produire des séquences spatiales complexes. Les singes ont pu ainsi être entrainés à produire des séquences en miroir ABC/CBA, qu'ils ont ensuite généralisé à de nouvelles séquences différentes. Des enfants humains de 5-6 ans, avec très peu d'entrainement (après à peu près 5 démonstrations), passent cet exercice avec succès.


testabilité

Si un langage structuré comparable aux langues humaines est un jour à découvrir dans le reste du monde animal, il est plausible que ce soit chez les mammifères marins dont nous suspectons les capacités cognitives. Les capacités cognitives généralement associées au langage sont présentes chez les mammifères marins. Ils peuvent par exemple s'apprendre entre eux des techniques de pêche. Les orques adultes montrent aux petits comment ne s'échouer qu'à demi sur une plage lors de la chasse au phoque. Les baleines ont appris, face à la raréfaction de leur nourriture de base, une technique de chasse qui implique initialement de battre la surface de l'eau d'un coup de queue. Cette technique a été diffusée depuis les années 1980 dans les sociétés de baleines au gré des contacts sociaux de groupes à groupes (Allen & al. 2013). L'analyse des séquences temporelles des vocalisations produites par les dauphins à nez en bouteille de Floride montre que leur message n'est pas incompatible avec l'hypothèse d'une structure langagière, comprenant même des items fonctionnels et une syntaxe (Abbott 2009).

Nous connaissons encore relativement peu sur ces animaux par rapport aux animaux terrestres. Certaines espèces de mammifères marins pourraient avoir des systèmes complexes que nous ne sommes pas (encore?) à même de déchiffrer car leur étude est très complexe (taille, vitesse, profondeur marine, faiblesse relative de nos micros sous l'eau, utilisation d'ondes que nous ne percevons pas sans instruments, etc.).


monde végétal

La communication a aussi été mise en évidence dans le monde végétal, et inter-espèces (voir Pollan 2013 pour une synthèse journalistique).

Les fleurs produisent un champ magnétique qui évolue avec le passage d'un insecte pollinisateur (Clarke & al. 2013), sorte de mise à jour de message publicitaire quant au nectar disponible pour un prochain insecte. (Appel & al. 2014) montre que Arabidopsis thaliana réagit à la vibration des feuilles produites par le son d'herbivores prédateurs en produisant un élément légèrement toxique, l'huile de moutarde. Cette réaction ne se produit pas avec des vibrations provenant du vent ou du chant d'insectes, ce qui montre une réaction à une vibration spécifique.

Les graines de piment rouge poussent mieux en proximité du basilic, et moins bien en proximité du fenouil, et ce, même lorsqu'un plastique noir nous assure de leur séparation et qu'il n'y pas de contact entre les plantes, que les signaux chimiques et lumineux sont bloqués. Selon Gagliano et Renton (2013), cette évidence suggère que les plantes échangent par le moyen de vibrations nanomécaniques.

contraste avec les langues humaines

Linguistiquement, il est important de contraster les systèmes de communication divers avec une structure langagière humaine (Smith 2002:883-88; Anderson 2004).

Les langues humaines ont des propriétés uniques telles que la récursivité (Berwick & Chomsky 2016), une variété lexicale massive, l'utilisation de matériel fonctionnel, la présence de mondes alternatifs comme dans le cas de la négation, etc. Les langues humaines permettent de parler du langage, ce qui signifie qu'elles ont un usage "métalinguistique". Aucun des autres systèmes de communication connus n'a une telle dimension de représentation de soi-même.


Références

> Se reporter aussi à la bibliographie de l'article concernant les gestes et gestes grammaticaux.


  • Abbott, Joshua T. 2009. Temporal sequence analysis of bottlenose dolphin vocalizations, BA thesis sous la co-direction de Heidi Harley et Karsten Henckel, pdf.
  • Allen, J., M. Weinrich, W. Hoppitt, L. Rendell. 2013. 'Network-Based Diffusion Analysis Reveals Cultural Transmission of Lobtail Feeding in Humpback Whales', Science 340 (6131): 485, 485 DOI: 10.1126/science.1231976.
  • Anderson, R. Stephen. 2004. Doctor Dolittle's Delusion; Animals and the Uniqueness of Human Language, Yale University Press, New Haven & London.
  • Appel, H.M. & Cocroft, R.B. Oecologia. 2014. 'Plants respond to leaf vibrations caused by insect herbivore chewing' Oecologia 175: 1257. texte.
  • Berwick, Robert C. & Noam Chomsky. 2016. Why Only Us: Language and Evolution, Cambridge, MA: MIT Press.
  • Berwick, Robert C., Kazuo Okanoya, Gabriel J. L. Beckers, & Johan J. Bolhuis. 2011. 'Songs to syntax: the linguistics of birdsong', Trends in Cognitive Sciences 15, 113-121.
  • Boë, Louis-Jean, Joël Fagot, Pascal Perrier, Jean-Luc Schwartz. 2018. Origins of Human Language: Continuities and Discontinuities with Nonhuman Primates, Series Speech Production and Perception, Peter Lang AG.
  • Charnavel, Isabelle. 2016. Steps towards a Generative Theory of Dance Cognition, ms. thesis, Harvard University. texte.
  • Dominic Clarke, Heather Whitney, Gregory Sutton, & Daniel Robert. 2013. 'Detection and Learning of Floral Electric Fields by Bumblebees', Science, DOI: 10.1126/science.1230883.
  • Engesser S, Crane JMS, Savage JL, Russell AF, Townsend SW. 2015. 'Experimental Evidence for Phonemic Contrasts in a Nonhuman Vocal System', PLoS Biol, 2015 DOI: 10.1371/journal.pbio.1002171. Key element of human language discovered in bird babble, ScienceDaily, [consulté le 30 juin 2015].
  • Fitch, W. Tecumseh. 2018. 'Bio-Linguistics: Monkeys Break Through the Syntax Barrier', Current Biology R695–R717, June 18.
  • Fitch, W. Tecumseh, & Marc D. Hauser. 2004. 'Computational constraints on syntactic processing in a nonhuman primate', Science 303, 377-380.
  • Gagliano, Monica & Michael Renton. 2013. 'Love thy neighbour: facilitation through an alternative signalling modality in plants', BMC Ecology. DOI: 10.1186/1472-6785-13-19.
résumé: BioMed Central Limited (2013, May 7). Plants 'talk' to plants to help them grow, ScienceDaily, [consulté le 8 mai 2013].
  • Giorgolo, Gianluca. 2010. Space and Time in Our Hands, thesis ms., Utrecht University.
  • Hauser, M., Chomsky, N., & Fitch, T. 2002. 'The faculty of language: What is it, who has it, and how did it evolve?', Science 298, 1569 –1579.
  • Howard, Scarlett R., Aurore Avarguès-Weber, Jair E. Garcia, Andrew D. Greentree, Adrian G. Dyer. 2018. 'Numerical ordering of zero in honey bees', Science 360:6393, 1124-1126.
  • Keenan, Sumir, Alban Lemasson, & Klaus Zuberbühler. 2013. 'Graded or discrete? A quantitative analysis of Campbell's monkey alarm calls', Animal Behavior 85:109–118.
  • Jeremy Kuhn, Sumir Keenan, Kate Arnold, and Alban Lemasson. 2018. 'On the -oo Suffix of Campbell's Monkeys', Linguistics Inquiry 49(1):69-181.
  • Jiang, X., T. Long, W. Cao, J. Li, S. Dehaene & L. Wang. 2018. 'Production of supra-regular spatial sequences by macaque monkeys', Current Biology 28, 1851–1859.
  • Mary Flaherty, Micheal L. Dent, James R. Sawusch. 2017. 'Experience with speech sounds is not necessary for cue trading by budgerigars (Melopsittacus undulatus)', PLOS ONE 12 (5).
  • Napoli, Donna J. & Lisa Kraus. 2015. 'Suggestions for a Parametric Typology of Dance', Leonardo 50, 468-476.
  • Ouattara, Karim, Alban Lemasson, & Klaus Zuberbühler. 2009a. 'Campbell's monkeys concatenate vocalizations into context-specific call sequences', Proceedings of the National Academy of Sciences 106:22026–22031.
  • Ouattara, Karim, Alban Lemasson, & Klaus Zuberbühler. 2009b. 'Campbell's monkeys use affixation to alter call meaning', PLoS ONE 4.e7808.
  • Patel-Grosz, Pritty, Patrick Georg Grosz, Tejaswinee Kelkar, & Alexander Refsum Jensenius. 2018. 'Coreference and disjoint reference in the semantics of narrative dance', Proceedings of Sinn und Bedeutung 22, 199-216.
  • Pollan, Michael. 2013. 'The Intelligent Plant, Scientists debate a new way of understanding flora', The New-Yorker 23 & 30 déc. texte.
  • Schlenker, Philippe, Emmanuel Chemla, Kate Arnold, Alban Lemasson, Karim Ouattara, Sumir Keenan, Claudia Stephan, Robin Ryder, & Klaus Zuberbühler. 2014. 'Monkey semantics: Two 'dialects' of Campbell's monkey alarm calls', Linguistics and Philosophy 37:439–501.
  • Smith, Neil. 2002. Language, Bananas & Bonobos; Linguistic Problems, Puzzles and Polemics, Blackwell Publishers, 83-88.
  • Toro, Juan M., Josep B. Trobolan, & Núria Sebastián-Gallés. 2005. 'Effects of Backward Speech and Speaker Variability in Language Discrimination by Rats', Grup de Recerca en Neurosciencia Cogntiva, Parc Cientific de Barcelona, Journal of Experimental Psychology: Animal Behavior Processes 31:1, 95-100. pdf.
  • Yip, Moira. 2006. 'The search for phonology in other species', Trends in Cognitive Sciences 10, 442-445.