Clitique : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le terme de '''clitique''' dénote un item qui n'est pas un [[morphème|morphème libre]]. C'est un mot qui a la propriété de devoir s'attacher à un autre mot, que l'on appelle son '''hôte'''.
+
Le terme de '''clitique''' désigne un mot qui a la propriété de devoir s'attacher à un autre mot, que l'on appelle son '''hôte'''.
  
Un clitique est un [[morphème|morphème lié]] qui a une [[dérivation|histoire dérivationnelle]], c'est à dire dont le lieu d'origine n'est pas le lieu où il apparaît dans la phrase.
+
Par exemple, un [[POP|pronom objet]] comme en (1) est un clitique. Il n'apparaît pas dans l'endroit canonique dans la phrase où un [[objet]] [[lexical]] apparaîtrait dans la même phrase. L'hôte de ce clitique est le [[verbe]] [[lexical]] ''filat''. On dit que le pronom a '''cliticisé''' sur son hôte.
 
+
Par exemple, un [[POP|pronom faible objet]] comme en (1), est un clitique. Il n'apparaît pas dans l'endroit canonique dans la phrase où un [[objet]] [[lexical]] apparaîtrait dans la même phrase. L'hôte de ce clitique est le [[verbe]] [[lexical]]. Il a '''cliticisé''' sur son hôte.
+
  
  
Ligne 9 : Ligne 7 :
 
| (1) ||Emaont || doc'h || '''he''' filat || (ar wezenn).
 
| (1) ||Emaont || doc'h || '''he''' filat || (ar wezenn).
 
|-
 
|-
||| [[eman|sont]] || [[particule o|à]] || [[POP|la]]<sup>[[2]]</sup> abattre ||([[art|le]] arbre)
+
||| [[eman|sont]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> || [[POP|la]]<sup>[[2]]</sup> abattre ||([[art|le]] <sup>[[1]]</sup>arbre)
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Ils sont en train de l'abattre, l'arbre.'||||''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:56)
 
|||colspan="4" | 'Ils sont en train de l'abattre, l'arbre.'||||''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:56)
 
|}
 
|}
  
 +
 +
== Propriétés ==
 +
 +
=== proclitique vs. enclitique ===
  
 
Lorsqu'un clitique apparaît à gauche de son hôte, on dit qu'il est '''proclitique''' sur cet hôte. En (2), il provoque même un changement dans la consonne initiale de son hôte (la [[3|mutation durcissante]] GW>KW).
 
Lorsqu'un clitique apparaît à gauche de son hôte, on dit qu'il est '''proclitique''' sur cet hôte. En (2), il provoque même un changement dans la consonne initiale de son hôte (la [[3|mutation durcissante]] GW>KW).
Ligne 39 : Ligne 41 :
  
  
== Propriétés ==
+
=== morphème lié ===
  
* Plusieurs clitiques peuvent apparaître sur le même hôte.
+
Le terme de ''clitique'' dénote un morphème qui n'est pas un [[morphème|morphème libre]]. Ce morphème est intégré morphologiquement à une entité linguistique plus grande, qui elle est indépendante. Sémantiquement, il est distinct de cette entité.
  
* Les clitiques peuvent apparaître en dehors de leur proposition d'origine. Dans les [[structures causatives]] comme en (4), le [[sujet]] de la proposition infinitive apparaît dans la phrase [[matrice]], proclitique sur le verbe [[lexical]] de celui-ci (qui lui donne le cas prototypique de l'[[objet]], puisque les [[causatives]] sont des structures [[ECM|à marquage exceptionnel de cas]]).
+
 
 +
=== montée clitique ===
 +
 
 +
Un clitique est un [[morphème]] qui a une [[dérivation|histoire dérivationnelle]] dans la phrase, c'est à dire dont le lieu d'origine n'est pas le lieu où il apparaît dans la phrase. Les clitiques opèrent une montée dans la structure syntaxique, et jamais une descente. Ils peuvent apparaître en dehors de leur proposition d'origine.  
 +
 
 +
 
 +
==== sujet des causatives ====
 +
 
 +
Dans les [[structures causatives]] comme en (4), le [[sujet]] de la proposition infinitive apparaît dans la phrase [[matrice]], proclitique sur le verbe [[lexical]] de celui-ci (qui lui donne le cas prototypique de l'[[objet]], puisque les [[causatives]] sont des structures [[ECM|à marquage exceptionnel de cas]]).
  
  
Ligne 49 : Ligne 59 :
 
| (4)|| ...gouarnamant || Pariz|| ne glask ||nemed ||eun dra: [...]
 
| (4)|| ...gouarnamant || Pariz|| ne glask ||nemed ||eun dra: [...]
 
|-
 
|-
| ||  ... gouvernement|| Paris|| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[klask|cherche]]|| [[nemet|seulement]] ||[[art|un]] chose:
+
| ||  ... gouvernement|| Paris|| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[klask|cherche]]|| [[nemet|seulement]] ||[[art|un]] <sup>[[1]]</sup>chose:
 
|-
 
|-
 
| || '''o<sub>''i''</sub>''' lakaat ||'''da''' [ _<sub>''i''</sub> gaout ||méz eus ||o yez ||hag euz ||o amzer-dremenet.
 
| || '''o<sub>''i''</sub>''' lakaat ||'''da''' [ _<sub>''i''</sub> gaout ||méz eus ||o yez ||hag euz ||o amzer-dremenet.
Ligne 61 : Ligne 71 :
  
  
* Les clitiques sont soumis aux règles sur le [[mouvement de tête]] en général.  
+
En (5), au contraire, le pronom objet de l'infinitive de la causative n'est pas sorti de son domaine propositionnel. Son hôte est le verbe lexical ''moulañ'' 'imprimer' (et non pas sur le verbe tensé de la causative, [[*]] ''evit '''he''' lakaat moulañ'').  
  
* Un clitique devient invisible pour le mouvement dès qu'il a cliticisé sur son hôte. Il ne peut pas ensuite poursuivre sa [[dérivation]]. Ce serait un cas d'[[excorporation]].
+
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|-
 +
|||||||colspan="4" |''Morlaix'', [[Herri (1982)|Herri (1982]]:97)
 +
|-
 +
|(5)|| p'en deveze ||kavet ||rener ar gelaouenn || arc'hant awalc'h ||evit lakaat '''he''' moulañ
 +
|-
 +
| || [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup>'3SGM [[kaout|avait]] || [[kavout|trouvé]] || directeur [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>revue ||argent [[awalc'h|assez]] || [[evit|pour]] [[lakaat|mettre]] [[POP|la]]<sup>[[2]]</sup> imprimer
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'quand le directeur de la revue avait trouvé assez d'argent pour l'imprimer'
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
=== mouvement de tête ===
 +
 
 +
Les clitiques sont soumis aux règles sur le [[mouvement de tête]] en général.
 +
 
 +
 
 +
=== invisibilité pour les mouvements autres que lui-même ===
 +
 
 +
Un clitique devient invisible pour le mouvement dès qu'il a cliticisé sur son hôte. Il ne peut pas ensuite poursuivre sa [[dérivation]]. Ce serait un cas d'[[excorporation]].
  
  
Ligne 76 : Ligne 106 :
  
 
Les [[adverbes déictiques spatiaux]] ont chacun une forme clitique ''amañ'', ''aze'' et ''ahont''. Ce sont respectivement les formes  -''mañ'', -''se'' et -''hont''.  
 
Les [[adverbes déictiques spatiaux]] ont chacun une forme clitique ''amañ'', ''aze'' et ''ahont''. Ce sont respectivement les formes  -''mañ'', -''se'' et -''hont''.  
Ces formes clitiques apparaissent entre autres dans les [[DEM|démonstratifs analytiques]], avec la tête nominale comme hôte.
+
Ces formes clitiques apparaissent entre autres dans les [[DEM|démonstratifs analytiques]] comme ''ar paotr-mañ'' 'ce gars'. L'hôte est alors la tête nominale.
  
  
Ligne 109 : Ligne 139 :
  
  
== Redoublement clitique ==
+
== Groupement clitique ==
 +
 
 +
Plusieurs clitiques peuvent apparaître assemblés sur le même hôte. En breton, c'est cependant moins facile à montrer que dans les langues romanes (''Je '''lui en''' ai retiré deux.'', ''Il '''la lui''' donne sans regrets'').
 +
 
 +
Le breton résiste au groupement clitique dans le domaine verbal. Dans le domaine nominal, on peut considérer les exemples comme '''''en da''' di'' 'dans ta maison'.
 +
 
 +
 
 +
=== redoublement clitique ===
  
A travers les langues, les clitiques apparaissent parfois à la fois sur leur hôte et dans leur site d'origine. Ce phénomène n'est pas documenté en breton.
+
A travers les langues, les clitiques apparaissent parfois doublés, à la fois sur leur hôte et dans leur site d'origine. Ce phénomène n'est pas documenté en breton.
  
  
Ligne 127 : Ligne 164 :
 
L'abréviation standard pour ''clitique'' dans les gloses est CL.
 
L'abréviation standard pour ''clitique'' dans les gloses est CL.
  
 +
Le terme breton pour ''clitique'' est ''stagadenn'', et ''clitic'' en anglais.
  
Le terme pour ''clitique'' est:
 
* ''stagadenn'' en breton
 
* ''clitic'' en anglais
 
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==

Version du 14 décembre 2018 à 17:47

Le terme de clitique désigne un mot qui a la propriété de devoir s'attacher à un autre mot, que l'on appelle son hôte.

Par exemple, un pronom objet comme en (1) est un clitique. Il n'apparaît pas dans l'endroit canonique dans la phrase où un objet lexical apparaîtrait dans la même phrase. L'hôte de ce clitique est le verbe lexical filat. On dit que le pronom a cliticisé sur son hôte.


(1) Emaont doc'h he filat (ar wezenn).
sont à4 la2 abattre (le 1arbre)
'Ils sont en train de l'abattre, l'arbre.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:56)


Propriétés

proclitique vs. enclitique

Lorsqu'un clitique apparaît à gauche de son hôte, on dit qu'il est proclitique sur cet hôte. En (2), il provoque même un changement dans la consonne initiale de son hôte (la mutation durcissante GW>KW).


(2) Ne vefen ket drouklaouen ouzh [ ho kwelout ] o chom ennañ.
ne1 serais pas .content à vous3 voir à4 rester dans.lui
'Je ne serais pas mécontent de vous voir y rester.' Ar Barzhig (1976:16)


Lorsqu'un clitique apparaît à droite de son hôte, on dit qu'il est enclitique sur cet hôte, comme l'adverbe clitique tout en (3). Dans cette phrase, le verbe a été antéposé avec son adverbe aspectuel. Ils ont bougé ensemble dans la structure de la phrase.


(3) [ Skaret tout ] 'oa _ e fas.
ridé tout était son1 face
'Il avait le visage tout creusé, ridé.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:29)


morphème lié

Le terme de clitique dénote un morphème qui n'est pas un morphème libre. Ce morphème est intégré morphologiquement à une entité linguistique plus grande, qui elle est indépendante. Sémantiquement, il est distinct de cette entité.


montée clitique

Un clitique est un morphème qui a une histoire dérivationnelle dans la phrase, c'est à dire dont le lieu d'origine n'est pas le lieu où il apparaît dans la phrase. Les clitiques opèrent une montée dans la structure syntaxique, et jamais une descente. Ils peuvent apparaître en dehors de leur proposition d'origine.


sujet des causatives

Dans les structures causatives comme en (4), le sujet de la proposition infinitive apparaît dans la phrase matrice, proclitique sur le verbe lexical de celui-ci (qui lui donne le cas prototypique de l'objet, puisque les causatives sont des structures à marquage exceptionnel de cas).


(4) ...gouarnamant Pariz ne glask nemed eun dra: [...]
... gouvernement Paris ne1 cherche seulement un 1chose:
oi lakaat da [ _i gaout méz eus o yez hag euz o amzer-dremenet.
les2 mettre à1 avoir honte de leur2 langue et de leur2 temps-passé
'Le gouvernement de Paris ne cherche qu'une chose: leur faire avoir honte de leur langue et de leur passé.'
Léon, (Cléder), Seite (1998:37)


En (5), au contraire, le pronom objet de l'infinitive de la causative n'est pas sorti de son domaine propositionnel. Son hôte est le verbe lexical moulañ 'imprimer' (et non pas sur le verbe tensé de la causative, * evit he lakaat moulañ).


Morlaix, Herri (1982:97)
(5) p'en deveze kavet rener ar gelaouenn arc'hant awalc'h evit lakaat he moulañ
quand1'3SGM avait trouvé directeur le 1revue argent assez pour mettre la2 imprimer
'quand le directeur de la revue avait trouvé assez d'argent pour l'imprimer'


mouvement de tête

Les clitiques sont soumis aux règles sur le mouvement de tête en général.


invisibilité pour les mouvements autres que lui-même

Un clitique devient invisible pour le mouvement dès qu'il a cliticisé sur son hôte. Il ne peut pas ensuite poursuivre sa dérivation. Ce serait un cas d'excorporation.


Inventaire

Sont clitiques sur le verbe lexical en breton:


Les adverbes déictiques spatiaux ont chacun une forme clitique amañ, aze et ahont. Ce sont respectivement les formes -mañ, -se et -hont. Ces formes clitiques apparaissent entre autres dans les démonstratifs analytiques comme ar paotr-mañ 'ce gars'. L'hôte est alors la tête nominale.


Hôtes

En breton, les clitiques objets, réfléchis ou non, cliticisent sur leur verbe lexical, et non sur l'élément tensé. On peut le voir dans les temps composés.


(1) Ar peoc'h, siwazh! en deus hor c'huitaet!
le paix malheureusement 3SG a nous quitté
'La paix, malheureusement, nous a quitté! (*..a nous quitté)' Vannetais, Herrieu (1994:157)


horizons comparatifs

Les clitiques, à travers les langues, apparaissent plutôt sur les éléments tensés. En français, les pronoms objet sont proclitiques sur l'auxiliaire être ou avoir (Elle nous a quitté, Je lui suis reconnaissante).

En Occitan du Couserans, les proclitiques apparaissent toujours sur l'élément tensé (Que' s vòu maridar, 'Il veut se marier').


(1) Se non hèdi mès vite, ja' m va passar devant.
Si ne fais plus vite C me va passer devant
'Si je ne fais pas plus vite, il va me passer devant' Occitan du Couserans, Ensergueix (2012:54)


Groupement clitique

Plusieurs clitiques peuvent apparaître assemblés sur le même hôte. En breton, c'est cependant moins facile à montrer que dans les langues romanes (Je lui en ai retiré deux., Il la lui donne sans regrets).

Le breton résiste au groupement clitique dans le domaine verbal. Dans le domaine nominal, on peut considérer les exemples comme en da di 'dans ta maison'.


redoublement clitique

A travers les langues, les clitiques apparaissent parfois doublés, à la fois sur leur hôte et dans leur site d'origine. Ce phénomène n'est pas documenté en breton.


(2) Que' u vas a véde' u. / Que la volem vedé-la.
EXPL?/C le vas à voir le EXPL?/C la voulons voir la
'Tu vas le voir.' / 'Nous voulons la voir.' Occitan du Couserans, Ensergueix (2012:41)


Terminologie

L'abréviation standard pour clitique dans les gloses est CL.

Le terme breton pour clitique est stagadenn, et clitic en anglais.


Bibliographie

  • Bok-Bennema, Reineke. 2005. 'Clitic-climbing', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol I, chap.13.