Brizh-

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

L'adjectif indépendant brizh, 'tacheté, moucheté, pie, variable' signifie, par extension, 'violent' ou 'fou'.

Cet adjectif a grammaticalisé en un préfixe a-perfectif qui signifie la non-complétion d'un acte ou d'un état. Le Gall (1957:'amzeri') donne par exemple briz-amzer, 'temps variable avec légère tendance au beau temps'. Devant un nom, la non-complétion touche les qualités attachées à ce nom. L'adjectif brizh a donc souvent devant le nom une nuance péjorative repérable.


(1) brizh1 vrezhoneg
péjoratif breton
'breton argotique ou état détérioré de la langue' Standard, Kervella (1995:§513)


Kervella (1947:§877) donne:

devant un nom: brizhkredenn,
devant un adjectif: brizhruz, brizheoliet, brizhmarellet
devant un verbe: brizhlarjezañ, brizhfaoutiñ, brizhkanañ


Morphologie

mutations

Selon Kervella (1947:§877), la lénition apparaît sur les racines en /gw, b, m/ (brizh Vreizhad).

préfixe

On peut parfois se demander si brizh- ne serait pas un adjectif antéposé au nom. En (2), on voit clairement que brizh- est ici un préfixe, car brizh n'existe pas en isolation en tant qu'adverbe.

(2) brizh marellañ, 'bigarrer vaguement', Favereau en ligne


Sémantique

sens péjoratif

L'adjectif brizh- peut avoir clairement un sens péjoratif, devant les noms et les verbes.

(1) brizh marc'hadourezh, 'pacotille'; brizh marellañ, 'bigarrer vaguement', brizh medisined, 'faux médecins', brizh yezh, 'langue argotique', Favereau en ligne


sans sens péjoratif

L'adjectif brizh peut aussi apparaître, même en situation prénominale, tout en étant dissocié d'un sens péjoratif particulier. Le sens est parfois identique au sens de l'adjectif brizh indépendant. Goyat (2012:194) donne [briz 'du:ar], briz douar, 'mélange de terres légère et lourde' (Plozévet).

Devant un adjectif, le sens est juste a-perfectif ('à moitié...').


(1) ar re-ze, klev, a zo briz sec'h.
le ceux-ci écoute R est pfx-sec
'celui-là, sais-tu, est à moitié sec.' Trégorrois, Gros (1970b: 'briz')


Diachronie

Gros (1984:369) considère que ce préfixe remonte au vieux breton et n'est plus productif en breton trégorrois.