Banne, bannac'h : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Morphologie)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le nom ''banne'' dénote une 'goutte' ou une 'petite quantité de liquide' en breton traditionnel. En breton standard, sa sémantique s'est spécialisée sur un 'verre'.
+
Le nom ''banne'' dénote en breton traditionnel une 'goutte' ou une 'petite quantité de liquide'. En breton standard, sa sémantique s'est spécialisée sur un 'verre'.
  
  
Ligne 38 : Ligne 38 :
 
   
 
   
 
Malgré l'influence du français, on ne relève l'item lexical ''taol'' qu'en second choix et uniquement deux fois, à Clégérec et Plouhinec en Morbihan.  
 
Malgré l'influence du français, on ne relève l'item lexical ''taol'' qu'en second choix et uniquement deux fois, à Clégérec et Plouhinec en Morbihan.  
 
  
  
 
=== grammaticalisation ===
 
=== grammaticalisation ===
  
Le nom ''banne'' a [[grammaticalisé]] en [[quantifieur]] dénotant une petite quantité, et en un [[minimiseur]] pouvant servir de seconde partie de la [[négation]] (''Ne welan banne.'', 'Je n'y vois goutte.').
+
Le nom ''banne'' a [[grammaticalisé]] en [[quantifieur]] dénotant une petite quantité, et en un [[minimiseur]] pouvant servir de seconde partie de la [[négation]] (''Ne welan banne'', 'Je n'y vois goutte').
 +
 
  
 
== Sémantique ==
 
== Sémantique ==
Ligne 49 : Ligne 49 :
 
=== quantifieur ===
 
=== quantifieur ===
  
Le nom ''banne'' est un [[quantifieur]] dénotant une petite quantité, même lorsqu'un liquide n'a pas de contenant.
+
Le nom ''banne'' est un [[quantifieur]] dénotant une petite quantité, même lorsqu'un liquide n'a pas de contenant comme dans le cas de la pluie.
  
  
Ligne 75 : Ligne 75 :
 
| ||colspan="4" | 'Je ne vois rien/goutte.'||||||||[[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:284)
 
| ||colspan="4" | 'Je ne vois rien/goutte.'||||||||[[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:284)
 
|}
 
|}
 
  
  

Version actuelle en date du 21 septembre 2019 à 09:45

Le nom banne dénote en breton traditionnel une 'goutte' ou une 'petite quantité de liquide'. En breton standard, sa sémantique s'est spécialisée sur un 'verre'.


(1) Aliez, memestra, e-nijent eur banne zoubenn en eun ti bennaked e kêr.
souvent tout.de.même R4-avaient un verre 1soupe dans.un maison quelconque dans ville
'Ils avaient tout de même souvent un peu de soupe chez quelqu'un en ville.'
Skragn (2002:60)


Morphologie

variation dialectale

La carte 25 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de une goutte d'eau. On y voit les formes banne, bannac'h, mais aussi lom, berad, beradenn, et la forme takenn, tapen ultra-minoritaire en breton central et en vannetais.

La prononciation standard est /'bã:ne/, la prononciation trégorroise est /'bã:naX/, et /'bã:nɛX/ à Perros-Guirrec (Konan 2017).


(2) Te a zo barreg a-walh da eva eur bannah chistr .
toi R est capable assez de1 boire un verre cidre
'Tu es assez capable (tu peux bien) boire un coup de cidre.' Trégorrois, Gros (1989:'barreg')


répartition dialectale

En breton standard, c'est banne qui est le plus utilisé. C'est aussi le plus relevé en KLT.

Les cartes 496 et 497 du NALBB documentent la variation dialectale de 'boire un coup', 'boire des coups' dans les dialectes traditionnels. Le Cornouaillais de l'est maritime utilise tasad, et on trouve en vannetais lom et gwech.

Malgré l'influence du français, on ne relève l'item lexical taol qu'en second choix et uniquement deux fois, à Clégérec et Plouhinec en Morbihan.


grammaticalisation

Le nom banne a grammaticalisé en quantifieur dénotant une petite quantité, et en un minimiseur pouvant servir de seconde partie de la négation (Ne welan banne, 'Je n'y vois goutte').


Sémantique

quantifieur

Le nom banne est un quantifieur dénotant une petite quantité, même lorsqu'un liquide n'a pas de contenant comme dans le cas de la pluie.


(3) /or bãˌniɡ 'lɛ:z/ / /or bãˌniɡ 'ɡlaw/
eur bannig lêz / eur bannig glao
un verre.petit lait / un verre.petit pluie
'un peu de lait', 'un peu de pluie ' Plozévet, Goyat (2012:238)


minimiseur

La sémantique de contenant de petite taille a permit une grammaticalisation en minimiseur. En usage de nom nu, banne peut servir de seconde partie de la négation.


(4) Ne welan banne.
ne1 vois verre
'Je ne vois rien/goutte.' Favereau (1997:284)