Avat

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

L'adverbe avat marque une opposition logique entre deux propositions, ou la présence d'un ensemble contrastif à un ensemble de référence. C'est aussi une particule de discours.


Morphologie

variation dialectale

Martin (1929:175) donne correspondante à la forme léonarde avat la forme de cornouaillais de l'Est intérieur fat (Scaër, Guiscriff, Gourin), ainsi que hat qui est aussi répandu dans le vannetais.


(3) Hennañ zo ur paotr digourdi hat!.
celui.ci est un gars débrouillard excl.
'Celui-ci est un dégourdi, 'at!' Le Scorff, Ar Borgn (2011:34)


adverbe

(1) Bet e oa ar vleunienn-se kaer gwechall; bremañ, avat, edo bras-disec'het...
été R était le fleur-ci beau autrefois maintenant cependant était grand-des.séché
'Cette fleur avait été belle autrefois; elle était cependant maintenant complètement desséchée.'
Standard, Kervella (1933:58)


Parfois, les deux propositions censées s'opposer sont réduites à un ensemble contrastif qu'on accommode dans le contexte. La phrase en (2) est heureuse s'il existe en contexte un ensemble contrastif pour Job.


(2) Job, 'vad a oa eun den dibalamour a-walh.
Job, cependant R était un homme indolent assez
'Quant à Joseph, c'était un homme indolent, inactif et sans initiative.' Trégorrois, Gros (1984:483)


particule de discours

(3) Homañ 'zegouezh deoc'h 'at!.
celle.ci arrive/tombe à.vous excl.
'Celle-ci (robe etc.) vous va, sûr!' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:II)


(4) Ar haz-mañ 'vad a vez greet picherou dezañ!
le chat-ci excl R est fait caresses à.lui
'Eh bien! On en fait des caresses à ce chat-ci!' Trégorrois, Gros (1984:482)