Audic (2013)

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
  • Audic, Armelle. 2013. La langue bretonne à Arradon au XXe siècle. Réflexion sociolinguistique sur l’histoire du breton à travers un exemple particulier., thèse, Université de Brest, CRBC. texte


 résumé
 Arradon est une commune littorale du sud de la Bretagne, située aux portes de Vannes. 
 Le breton a été la langue de la quasi totalité de sa population jusqu'au XXe siècle. 
 Les témoignages recueillis auprès de quelques bretonnants locaux montrent la vitalité 
 de sa pratique jusqu'à la seconde guerre mondiale ; récits de vie, recueil de littérature 
 orale (contes, chansons, comptines ...) et plus rares exemples d'utilisation à l'écrit 
 l'attestent. Dès la fin de la première guerre mondiale cependant, se produit une rupture 
 dans la transmission de la langue. Dès lors le clivage linguistique, auparavant sociologique, 
 devient aussi générationnel. Le breton est connoté négativement : corrélé dès le début du 
 siècle avec la pauvreté car les élites économiques sont francophones et avec l'ignorance car 
 le français est la seule langue admise à l'école, il semble désormais lié au passé et à une 
 civilisation paysanne traditionnelle qui disparaît Après la seconde guerre mondiale, seules 
 les personnes âgées parlent breton et le bond démographique de la commune à partir de 1965 
 accentue encore cette marginalisation. À la fin du XXe siècle, le breton suscite un regain 
 d'intérêt mais la distance entre le parler local et la norme standard ne favorise pas le lien 
 entre anciens et nouveaux locuteurs, entre pratique populaire souvent confinée à l'oralité et 
 pratique scolaire influencée par l'écrit. La mise en perspective historique et la confrontation 
 de différents regards sur cette mutation linguistique permettent d'en analyser les causes et les 
 processus, et aussi d'étendre la réflexion à la place des langues à l'heure de la mondialisation.