Atav : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(particule de discours)
Ligne 1 : Ligne 1 :
''Atav'' correspond prototypiquement au français 'toujours', ou 'encore'. C'est un [[adverbe]] [[aspectuel]] et une [[particule de discours]].
+
''Atav'' correspond prototypiquement au français 'toujours', ou 'encore', 'de nouveau'. C'est un [[adverbe]] [[aspectuel]] et une [[particule de discours]].
  
  
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" |‘Est-ce qu'il y (en) a encore des vivants?’ ||||''Bas-vannetais'', [[Cheveau (2007)|Cheveau (2007]]:213)   
 
| ||colspan="4" |‘Est-ce qu'il y (en) a encore des vivants?’ ||||''Bas-vannetais'', [[Cheveau (2007)|Cheveau (2007]]:213)   
 +
|}
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
|(2)|| '''Atav''' nend eo ket ||forzh blot ar gwele:|| peder flankenn diblaen,|| hep tamm plouz.
 +
|-
 +
| || toujours [[ne]] [[COP|est]] [[ket|pas]] || [[forzh|très]] douillet [[art|le]] lit || [[ganles numéraux cardinaux|quatre]] planche [[di-|non]].plat ||[[hep|sans]] [[tamm|morceau]] paille
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'Le lit n'est toujours pas très douillet: quatre planches grossières, sans paille.'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:92)
 
|}
 
|}
  

Version du 16 octobre 2013 à 10:59

Atav correspond prototypiquement au français 'toujours', ou 'encore', 'de nouveau'. C'est un adverbe aspectuel et une particule de discours.


(1) [ eskø so ta:w ʁe be:w ]
est-ce que y.a toujours ceux vivant
‘Est-ce qu'il y (en) a encore des vivants?’ Bas-vannetais, Cheveau (2007:213)


(2) Atav nend eo ket forzh blot ar gwele: peder flankenn diblaen, hep tamm plouz.
toujours ne est pas très douillet le lit quatre planche non.plat sans morceau paille
'Le lit n'est toujours pas très douillet: quatre planches grossières, sans paille.' Vannetais, Herrieu (1994:92)


Morphologie

L'accentuation de atav varie selon ses formes. An Here (2001:'atav') donne: [a'taw] et ['at:o]].

Cet adverbe peut apparaître intégré dans des composés morphologiques.


(2) ...evit ma vefe lakaet e renk an ofisourien ur Breizh-atav-ad eus e seurt.
... pour que serait mis dans rang le officiers un Bretagne-toujours-ad de son sorte
'... pour qu'un nationaliste breton de son acabit soit nommé officier.' Denez (1993:24)


Adverbe aspectuel

(1) Pe zeiz bennak e c'hellfes dont d'am gwelout, e vin laouen atav ouzh da zegemer.
quel jour quelconque R pourrais venir à me voir R serai contente toujours à te accueillir
'Je serai content.e de t'accueillir quel que soit le jour où tu pourrais venir me voir.' standard, Kervella (1995:§476)


(2) Atav 'vez-heñv é rekinal.
toujours est-lui à rechigner
'Il fait le grincheux en permanence.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:57)


En tant qu'adverbe aspectuel, atav n'est pas restreint à l'usage d'un temps en particulier (contrairement à biskoazh 'jamais/toujours' restreint au passé ou biken, 'jamais' restreint au futur).


(3) Ni 'n eus bet karet atav an aotrou Doue.
nous R a eu aimé toujours le monsieur Dieu
'Nous avons toujours aimé Dieu.' Bas-Cornouaillais, Hor Yezh (1983:71)


particule de discours

Atav semble pourvoir tenir lieu de particule de discours. Elle entraine une idée d'opposition de type 'en tout cas'.

Une paraphrase pourrait en être: 'Je suis sur(e) en tout cas de ce qui précède'


(1) CONTEXTE: "La maison s'est pris un obus...
Aet a zo atav ur c'horn anezhoñ d'an niaz.
allé R est toujours un coin de.eux à'le bas
'Il y en a un coin, toujours, qui est tombé.' Vannetais, Herrieu (1994:36)


(2) Dav eo bet dezhe distroiñ d'o lec'h lod atav.
est été à.eux retourner à'leur lieu certain toujours
'Ils ont dû s'en retourner, certains d'entre eux en tout cas.' Vannetais, Herrieu (1994:35)


(3) Me, atao, a huñvree en eur en em lakaad e stad ar baotred faro ...
moi toujours R rêvait en se mettre dans état le gars fier
'Moi, toujours, je rêvais en me mettant à la place des gars fiers...'
Uhelgoat, Skragn (2002:96)


(4) Honnez, tav n'eo ket taget diwar he hentañ gaou!
celle-là toujours ne est pas blessé par son premier mensonge
'Celle-là, tu sais, n'a pas été étranglée par son premier mensonge (elle est menteuse).' Trégorrois, Gros (1984:488)