Accusatif : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 
(18 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le ''cas accusatif'', dans les langues basées sur une opposition casuelle nominatif/accusatif, est le cas assigné prototypiquement à l'[[objet]] d'un verbe [[transitif]].
+
Le '''cas accusatif''', dans les langues basées sur une opposition casuelle nominatif/accusatif, est le cas assigné prototypiquement à l'[[objet]] d'un verbe [[transitif]].
  
 +
Un courant de recherche considère que le breton est une langue accusative ([[Costaouec (1998a)|Costaouec 1998]]:299, [[Solliec (2015)|Solliec 2015]]:73). Un autre considère que le cas accusatif n'existe pas en breton ([[Jouitteau (2005/2010)|Jouitteau 2005/2010:chap 4]], [[Jouitteau (2005b)|2005b]]).
  
Il n'y a pas en breton de marquage casuel propre à l'[[objet]].  
+
 
 +
== Morphologie ==
 +
 
 +
Les groupes nominaux en breton et les pronoms [[les demonstratifs|démonstratifs]] ne portent pas de marquage casuel.
 +
 
 +
En français, les groupes nominaux ne portent pas non plus de marquage casuel, mais ce marquage apparaît sur les [[pronoms]]. Au masculin, le nominatif est ''il'' et l'accusatif est ''le'', au féminin le nominatif est ''elle'' et l'accusatif est ''la''.
 +
 
 +
 
 +
(1) '''''Il''' va '''le''' laver.'' (Jean, le bateau)
 +
: '''''Elle''' va '''la''' laver.'' (Jeanne, la barque)
 +
 
 +
En breton, il existe aussi différents différents paradigmes de pronoms. Cependant, le choix d'un paradigme particulier dépend du site de distribution de ce pronom, et non pas de sa fonction argumentale par rapport au verbe.
 +
 +
 
 +
== Absence de l'accusatif en breton ==
 +
 
 +
[[Jouitteau (2005)|Jouitteau (2005]]:chap.4) remarque qu'il n'y a pas en breton de marquage casuel propre à l'[[objet]]. Les pronoms objets changent de morphologie suivant leur distribution dans la phrase, sans jamais apparaitre à un cas direct différencié du cas reçu par le sujet.
 +
 
 +
- Les groupes nominaux et les pronoms [[les demonstratifs|démonstratifs]] n'ont pas de marquage casuel.
 +
 
 +
- Les pronoms sujets comme objets, s'ils apparaissent devant le verbe tensé, ont la morphologie des [[pronoms forts indépendants]].
 +
 +
- Les pronoms objets qui apparaissent à l'endroit où un syntagme nominal objet apparaîtrait sont [[incorporés]] dans la préposition ''[[a|a/eus]]'', ('de'), une [[Prépositions assignatrices de cas|préposition assignatrice de cas]]. Ils ne sont pas licites sans cette préposition ''a/eus''. Leur morphologie est exactement identique aux [[pronoms résomptifs du sujet]].
 +
 
 +
- Les pronoms objets [[proclitiques]] (les pronoms au [[cas oblique]] qu'on trouve devant les verbes), montrent un paradigme morphologique qui leur fait ressembler énormément aux [[pronoms possessifs]] mais [[Contraste entre les déterminants possessifs et les clitiques objets|pas entièrement]].
 +
 
 +
- Le [[pronom reflexif|pronom réfléchi]] ''en em'', proclitique sur le verbe aussi, est invariable.
 +
 
 +
- Les pronoms enclitiques reçoivent un [[cas direct]], comme dans le cas des pronoms [[objet postverbal d'un impératif]] (ceux qu'on trouve juste après un verbe à l'impératif), des pronoms [[objet postverbal avec le verbe ‘avoir’]] et des pronoms [[objet postverbal d'un infinitif]]. Ces derniers ont un paradigme qui ressemble mais diffère parfois des pronoms sujets directs.
 +
 
 +
 
 +
== Analyse ==
  
 
Le [[système casuel]] du breton n'est pas basé sur une dualité nominatif/accusatif, mais sur une dualité [[cas direct]]/[[cas indirect]] ([[Jouitteau (2010)|Jouitteau 2010]]:314).
 
Le [[système casuel]] du breton n'est pas basé sur une dualité nominatif/accusatif, mais sur une dualité [[cas direct]]/[[cas indirect]] ([[Jouitteau (2010)|Jouitteau 2010]]:314).
 +
 +
 +
== Horizons comparatifs ==
 +
 +
Pour une comparaison des systèmes casuels de l'objet indéfini en gallois et en arabe, se reporter à Hewitt 2019.
 +
 +
 +
== Bibliographie ==
 +
 +
* Hewitt, Steve. 2019. 'Welsh syntactic mutation and Arabic indefinite accusative: Case or configuration?', presentation at ''16th International Congress of Celtic Studies - ICCS-XVI'', Bangor, Wales, 22-26 July 2019.
 +
 +
* [[Jouitteau (2005b)|Jouitteau, M.  2005b]]. ‘Nominal Properties of ''v''Ps in Breton, A hypothesis for the typology of VSO languages’, ''Verb First: On the Syntax of Verb Initial Languages'', Carnie, Andrew, Heidi Harley et Sheila Ann Dooley (éds.), xiv, 434 pp. (pp. 265–280) Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins Publishing Company. [http://books.google.fr/books?id=StIEpRsmDbIC&pg=PA265&dq=breton+syntax&lr=&hl=en&sig=ACfU3U1IggsGlr6bNwrH14JgJwTlxjj7QQ#PPP1,M1 Preview], [http://dingo.sbs.arizona.edu/~carnie/publications/VerbFirst.html Description et reviews]
 +
 +
* [[Jouitteau (2005)|Jouitteau, M. 2005]]a. ''La syntaxe comparée du Breton'', PhD ms. [http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010270/en/ pdf] ou [http://ldh.livingsources.org/2010/06/07/escidoc401993/ pdf].
  
  
 
[[Category:fiches|Categories]]
 
[[Category:fiches|Categories]]

Version actuelle en date du 14 juillet 2019 à 15:21

Le cas accusatif, dans les langues basées sur une opposition casuelle nominatif/accusatif, est le cas assigné prototypiquement à l'objet d'un verbe transitif.

Un courant de recherche considère que le breton est une langue accusative (Costaouec 1998:299, Solliec 2015:73). Un autre considère que le cas accusatif n'existe pas en breton (Jouitteau 2005/2010:chap 4, 2005b).


Morphologie

Les groupes nominaux en breton et les pronoms démonstratifs ne portent pas de marquage casuel.

En français, les groupes nominaux ne portent pas non plus de marquage casuel, mais ce marquage apparaît sur les pronoms. Au masculin, le nominatif est il et l'accusatif est le, au féminin le nominatif est elle et l'accusatif est la.


(1) Il va le laver. (Jean, le bateau)

Elle va la laver. (Jeanne, la barque)

En breton, il existe aussi différents différents paradigmes de pronoms. Cependant, le choix d'un paradigme particulier dépend du site de distribution de ce pronom, et non pas de sa fonction argumentale par rapport au verbe.


Absence de l'accusatif en breton

Jouitteau (2005:chap.4) remarque qu'il n'y a pas en breton de marquage casuel propre à l'objet. Les pronoms objets changent de morphologie suivant leur distribution dans la phrase, sans jamais apparaitre à un cas direct différencié du cas reçu par le sujet.

- Les groupes nominaux et les pronoms démonstratifs n'ont pas de marquage casuel.

- Les pronoms sujets comme objets, s'ils apparaissent devant le verbe tensé, ont la morphologie des pronoms forts indépendants.

- Les pronoms objets qui apparaissent à l'endroit où un syntagme nominal objet apparaîtrait sont incorporés dans la préposition a/eus, ('de'), une préposition assignatrice de cas. Ils ne sont pas licites sans cette préposition a/eus. Leur morphologie est exactement identique aux pronoms résomptifs du sujet.

- Les pronoms objets proclitiques (les pronoms au cas oblique qu'on trouve devant les verbes), montrent un paradigme morphologique qui leur fait ressembler énormément aux pronoms possessifs mais pas entièrement.

- Le pronom réfléchi en em, proclitique sur le verbe aussi, est invariable.

- Les pronoms enclitiques reçoivent un cas direct, comme dans le cas des pronoms objet postverbal d'un impératif (ceux qu'on trouve juste après un verbe à l'impératif), des pronoms objet postverbal avec le verbe ‘avoir’ et des pronoms objet postverbal d'un infinitif. Ces derniers ont un paradigme qui ressemble mais diffère parfois des pronoms sujets directs.


Analyse

Le système casuel du breton n'est pas basé sur une dualité nominatif/accusatif, mais sur une dualité cas direct/cas indirect (Jouitteau 2010:314).


Horizons comparatifs

Pour une comparaison des systèmes casuels de l'objet indéfini en gallois et en arabe, se reporter à Hewitt 2019.


Bibliographie

  • Hewitt, Steve. 2019. 'Welsh syntactic mutation and Arabic indefinite accusative: Case or configuration?', presentation at 16th International Congress of Celtic Studies - ICCS-XVI, Bangor, Wales, 22-26 July 2019.
  • Jouitteau, M. 2005b. ‘Nominal Properties of vPs in Breton, A hypothesis for the typology of VSO languages’, Verb First: On the Syntax of Verb Initial Languages, Carnie, Andrew, Heidi Harley et Sheila Ann Dooley (éds.), xiv, 434 pp. (pp. 265–280) Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins Publishing Company. Preview, Description et reviews