Accord sémantique

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

L'accord sémantique et l'accord syntaxique ne coïncident pas toujours .


Dans la phrase en (1), le sujet Al lodenn vrasañ deus an dud est syntaxiquement singulier. En (1), le sujet est devant la négation. Normalement, en breton, avec un sujet prénégation, le verbe s'accorde avec son sujet. Syntaxiquement, le verbe devrait être au singulier, alors qu'il apparaît au pluriel.

L'accord verbal est ici réalisé, non avec une entité syntaxique (au singulier), mais avec une entité sémantique, qui elle, est plurielle. L'accord verbal pluriel est ici un accord sémantique. La traduction de (1) en français montre que c'est aussi le cas en français.


(1) [DP Al lodenn vrasañ deus an dud ] ne gomprenont ket ken ar pezh a ganit.
le partie 1grande.plus de le gens ne1 comprennent pas plus le N R chantez
'La plupart des gens ne comprennent plus ce que vous chantez.'
Interview Annie Ebrel 04/2009, Le Poher Hebdo


On trouve le même phénomène en (2), où un sujet syntaxiquement singulier mais sémantiquement pluriel est repris anaphoriquement par un pronom résomptif 3PL.


(2) [DP Eur houblad euz an oll loened] a zo anezo.
un couple de le tous animaux R est P.eux
'Ils sont un couple de tous les animaux (chaque animal).' Léon, Fave (1998:136)


En (3), deux groupes nominauxs singulier juxtaposés déclenchent un accord pluriel alors qu'aucun trait syntaxico-morphologique pluriel ni structure de coordination n'est présent.


(3) Ar c'horn-bro, ar barrez n'o deus nag ur gwir nag ur frankiz
le région le paroisse ne ont ni un droit ni un liberté
'La région, la paroisse n' ont ni droit ni liberté.'
Standard, Kervella (1993:65)