-idi, -iri, -eri, -euri

De Arbres
(Redirigé depuis -iri)
Aller à : Navigation, rechercher

Le suffixe -idi, -eri, -euri ou -iri sert à former des noms abstraits, et des noms de lieux.


Trépos (2001:75) donne soniri, 'sonnerie'; kaniri, 'chant'.

Favereau (1997:§179) donne fachiri, 'fâcherie', koantiri, 'beauté'.


Morphologie

genre

Les noms en -eri, -euri ou -iri sont féminins (Press 1986:62, Favereau 1997:§179).

Le Bayon (1878:15) donne kelteri, kerteri, féminin, 'famine' mais lusteri, masculin, 'immondices'.

nombre

Ils font leur pluriel en -où.

allomorphes et variation dialectale

-euri vs. -eri

Favereau (1997:§179) considère vannetaise la forme -eri , et léonarde la forme -euri pour laquelle il donne gouezeuri (Léon), 'terre en inculture'.

Deshayes (2003:'gouez') donne gouezeuri, 'fauverie, inculture', 1890. Le Gall (1957) donne braveuri, 'beauté' à l'Hôpital-Camfrout. Il signale que la forme braventez "des dictionnaires" y est inutilisée.

Press (1986:62) donne kaniri/kaneri, ar ganiri, 'l'hymne'.

Sémantique

noms de lieu

Probablement par influence du suffixe français -erie, ce suffixe dérive aussi des noms de lieux.

Trépos (2001:77) donne kakouzeri, 'léproserie, corderie'. Favereau (1997:§179) donne ur gigeri, 'une boucherie' et ur vereuri, ou en Pélem ur veridi, 'une métairie'.


(3) En givijeri an ejened a zo buoc'hed.
dans.le tannerie les bœufs R est vaches
'Dans les tanneries, les bœufs sont des vaches', proverbe, Abalain (2001:43)


Cette évolution sémantique du suffixe pour inclure les noms de lieux date au moins du XVII°. On relève merery en 1633 et merouri, 'métairie' en 1659 (Deshayes 2003:'mereri'); qyguery, 'boucherie' en 1732 (Deshayes 2003:'kig') et qacousery, 'corderie, léproserie' en 1732 (Deshayes 2003:'kakous').

Diachronie et horizons comparatifs

Deshayes (2003:41) et Irslinger (2014:98) dérivent ‑iri, ‑eri, formant des noms abstraits désadjectivaux et des noms de lieux, du français ‑erie, f.


Irslinger (2014:94) signale en moyen cornique un suffixe -uri, -duri qui obtient des noms abstraits à partir d'une racine d'emprunt adjectival, sans équivalent en vieux français ou en latin. Elle propose avec George (1993:336) une création à partir des mots anglais luxury, 'lux(ur)e', trayturi, 'tricherie', trayta, 'trahison', de l'anglo-français traitourī(e).


A ne pas confondre

Press (1986:62) note que an diri, 'l’escalier', est masculin. Il ne contient pas de suffixe -iri.