-egell, -igell, -ikell

De Arbres
(Redirigé depuis -ikell)
Aller à : Navigation, rechercher

Le suffixe -igell forme des noms concrets.


(1) Aze pa'z eer da Gerbirïou ez eus eur fankigell ha na ziseh kammed.
quand'z va.IMP à1 Kerbiriou y.a un boue.sfx qui ne1 dé-.sèche jamais
'Là, quand on va à Kerbiriou, il y a un bourbier qui ne dessèche jamais.' Trégorrois, Gros (1970b:§)


Le Bayon (1878:14) donne karikel, 'brouette', barikel, 'attelle', dorikell, 'petite porte' et fournigel, 'creuset', huéhigel, 'ventouse'.

Gros (1984:168) donne fankigell, 'bourbier'; fornigell, 'petite niche au fond de l'âtre'; krapigell, 'enchevêtrement', tortigell, 'tortillon'; branskigell, 'balançoire'.

Trépos (2001:78) ajoute soubigell, 'mouillette'; kammigell, 'zig-zag'.

Goyat (2012:322) donne /for'ni:ɡɛl/, fornigell, 'petite cavité dans les cheminées'.


Morphologie

allomorphes

On trouve les trois formes du suffixe -egell, -igell, -ikell. Favereau (1997:§176) rapporte les formes ['iːɟəl], ['i.ɟl] et ['ijl].


Sur la base du verbe c'hwezañ, 'souffler', on forme le nom pour 'vessie'. Gros (1984:168) et Favereau (1997:§176) donnent c'hwezigell, 'vessie'.

Goyat (2012:322), sur la base de la forme verbale de Plozevet /'fe:a/, 'souffler', donne /fe'zikɛl/, c’hwezikell et /fy'rɛ:ɡɛl/, c’hweregell, 'vessie séchée'.


Gros (1984:168) donne karrigell, 'brouette', connu par Favereau (1997:§176) qui rajoute karrikell. Selon Martin (1929:175), à la forme léonarde karrigel correspond la forme vannetaise karrikel, et la forme cornouaillaise (Scaër, Guiscriff, Gourin) kerrial.


composé

Le suffixe igell peut sembler composé des suffixes -ig et -ell, mais les autres allomorphes ne seraient pas dérivés par cette hypothèse.

Sémantique

Favereau (1997:§178) rapporte que sous sa forme -ikell, ce suffixe est "parfois" dit avoir une nuance plus concrète. Il donne dorikell, 'portière', troadikell, 'pédale. On trouve cependant aussi les autres allomorphes avec des noms concrets.


-ell vs. -ikell

(1) dornell, 'poignée', Favereau (1997:§159)

dornikell, 'manivelle', Favereau (1997:§178)