Les adverbes déictiques spatiaux

De Arbres
(Redirigé depuis -hont)
Aller à : Navigation, rechercher

Les adverbes déictiques spatiaux sont les clitiques ou suffixes -mañ, -se et -hont, qui marquent différents degrés d'éloignement par rapport au locuteur ('ici', 'là', là-bas').


(1) locuteur proximité immédiate proximité relative éloignement
-mañ -se -hont
'ici' 'là' 'là-bas'


On retrouve ces clitiques adverbes déictiques spatiaux dans :

les démonstratifs analytiques; ar plac'h-mañ /la fille-là/ 'cette fille'
les formes figées du-mañ (chez-moi/nous') et du-se ('chez toi/vous', 'là-bas').
les adverbes déictiques spatiaux statiques avec la préposition support a.
amañ, aze et ahont
les adverbes déictiques spatiaux dynamiques avec la préposition support ale-.
alemañ, aleze et alehont


Accentuation

Les adverbes déictiques spatiaux sont inaccentués.

Les particules -mañ, -se et -hont dérogent à donc à la règle qui stipule que dans les mots composés mettant côte-à-côte deux mots portant l'accent, c'est celui du premier qui s'efface ou s'amuise. C'est en effet leur accent qui disparaît en cas d'adjacence (Hemon 1995:§274-275). Ce sont des clitiques. Ils comptent pour l'accentuation comme la dernière syllabe.

(1) an dra-mañ ('cette chose'), ou mintin-mañ ('ce matin')...


à ne pas confondre:

Le groupe prépositionnel evel-se, 'comme ça', est différent dans son accentuation, et c'est tout à fait logique car sa syntaxe est différente: se y est un nom qui n'est pas clitique sur la préposition.


Morphologie

-mañ

(1) Ne vin ket me mui amañ é kennig dour deoc'h.
ne1 serai pas moi plus ici à4 proposer eau à.vous
'Moi, je ne serai plus là à vous offrir de l'eau.'
Vannetais, Ar Meliner (2009:107)


  • Dre-mañ, a pa lazher un hoc’h, e lamer ar c’hig druz a-zoc’htoñ.,
'Par ici, quand on tue un cochon, on lui enlève la viande grasse.', Vannetais, Herrieu (1994:41)


-se

La particule -se se voise (en -ze) après les mots terminés par une voyelle ou une des quatre consonnes l, m, n, r (Hingant 1868:§59).


(3) Ema o turlutad aze gand eur goz souflez.
prt.est à4 bricoler avec le 1vieux soufflet
'Il est là en train de bricoler (perdre son temps, s'amuser) avec un vieux soufflet.' Trégorrois, Gros (1984:484)


Le clitique -se ne peut pas être accentué, contrairement au pronom fort indépendant inanimé se, 'ça', avec lequel il ne doit pas être confondu.


Ternes (1970:228) relève à Groix la forme /əzaj/.


(2) /niče gol brop pex əred əzaj /
ne'est.pas très-1 propre ce.que R faites ici
'Ce n'est pas bien décent ce que vous faites là.' Groix, Ternes (1970:228)


Syntaxe

La dimension déictique des adverbes déictiques spatiaux est utilisée par extension dans le système des démonstratifs. Ces adverbes clitiques sont utilisés pour former des démonstratifs.


(4) bœrmɑ̃, nõzmɑ̃

matin-ci nuit-ci
'ce matin, cette nuit', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:46)


Les trois adevrbes déictiques spatiaux apparaissent après kement (Hemon 1995:36).


(3) N'oa ket eas dit lakaat kement-se ablamour ar bezhin a zo rinklus.
ne'était pas facile à.toi mettre autant-ça car le algues R est glissant
'On ne pouvait pas en mettre tellement que ça, car les algues sont glissantes.'
Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:41)


Les adverbes déictiques sont toujours en position clitique. Des trois clitiques, seul -mañ apparaît à l'intérieur d'un composé morphologique: le morphème -mañ apparaît à l'intérieur des pronoms démonstratifs et des indéfinis de choix libre par reduplication.


hemañ, 'celui-ci' mais pas * hese, ni * hehont.
houmañ, 'celle-ci' mais pas * house, ni * houhont.
ar paotr-mañ-paotr, 'tel ou tel garçon'; mais pas * ar paotr-se-paotr, ni * ar paotr-hont-paotr.


Sémantique

Une tournure particulière, e-giz-mañ, permet d'obtenir l'anaphorique /comme ici/. L'adverbe déictique spatial acquiert ici des propriétés anaphoriques (= 'comme ça' en français).


(5) O sacha e-giz-mañ war nask va buoc'h, a rankan da stleja ...
à tirer comme.là/ça sur chaine mon vache R dois de trainer
'En tirant ainsi sur la chaine de ma vache, que je dois trainer.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc’h (1950:57)


A ne pas confondre

Tous les adverbes spatiaux ne sont pas déictiques. Eno, par exemple, est un adverbe spatial anaphorique. Son référent n'est pas à chercher dans le contexte d'énonciation, mais dans le co-texte, c'est-à-dire ce qui précède. L'adverbe spatial anaphorique eno a besoin d'un antécédent. Ce n'est pas le cas des adverbes déictiques.


(6) Met al labour n'eo eno heñvel ouzh netra.
mais le travail ne est pareil à rien
'Mais là, le travail ne ressemble à rien.', Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, Ar Barzhig (1976:32)


Jouitteau (2015b) a montré que le morphème -mañ dans den-mañ-den, 'telle ou telle personne', n'est pas l'adverbe déictique spatial -mañ.


Horizons comparatifs

En gallois, la partie droite du composé formant le démonstratif ressemble plus à un élément pronominal car il est marqués pour le genre et pour le nombre.


(1) a. masculin singulier: hwn ‘this’, hwnnw ‘that’

b. féminin singulier: hon ‘this’, honno ‘that’
c. pluriel: hyn ‘these’, hynny ‘those’, Gallois, Nurmio (2017:59)

(2) yr adar hyn, Gallois, Nurmio (2017:59)

le oiseaux DEM
‘ces oiseaux’


Terminologie

Hingant (1868:§59) appelle adverbes déictiques spatiaux des 'adjectifs démonstratifs'. Kervella (1947) les appelle en breton rannig-diskouezh.


Bibliographie

  • Jouitteau, M. 2015, 'Free choice and reduplication, a study of Breton dependent indefinites', Tomasz Czerniak, Maciej Czerniakowski and Krzysztof Jaskuła (éds.), Representations and Interpretations in Celtic Studies, Lublin, 201-230, pdf.