-erezh, -ereah, -ourezh

De Arbres
(Redirigé depuis -ereah)
Aller à : Navigation, rechercher

La finale -erezh forme des noms abstraits, souvent une activité, une action.


(1) Berraad a raont o zennerezh.
court.-ir R font leur2 tir.activité
'Ils raccourcissent leurs tirs.' Vannetais, Herrieu (1994:35)


Trépos (2001:77) donne mederez, 'moisson' et nijerez, 'aviation'.

Favereau (1997:§164) donne al labourerezh-douar, 'l'agriculture (métier)', ar boloñjerezh, 'la boulangerie'.

Le Bayon (1878:13) donne dornereah, 'action de battre', strakereah, 'action d'éclabousser', guernereah, 'action de mâter', huennereah, 'action de sarcler', teskereah, 'action de glaner'.

Le Roux (1915:68) cite Vallée et donne alouberez 'conquête, action de conquérir en général', rederez 'la course, l'exercice de la course', nijerez 'aviation'


Morphologie

Les réalisations de ce suffixe varient considérablement, mais la dernière voyelle du suffixe est ouverte.

Seite & Stéphan (1957:64) donnent embregèrèz-korf 'gymnastique'. Favereau (1997:§164) donne la forme ['è:rəz/s] pour le KLT, ['ə:rèz/s] en Pélem. Goyat (2012:323), à Plozevet, relève la forme /-e:rɛz/.

Pour le vannetais, Le Bayon (1878:13) orthographie ce suffixe en -ereah. Favereau (1997:§164) donne la transcription ['ə:rèh/X].

La finale -ourezh forme aussi des noms abstraits. Elle est plus rare et principalement illustrée par marc'hadourezh 'marchandise'.


racine verbale

Les exemples relevés sont avec des racines verbales.


(1) Tout e vezont krevet oc'h4 ober bourjinerezh, o4 klask gwelet piv eo ar c'hapaplañ.
tous R sont crevés à faire bêtise à chercher voir qui est le capable.le.plus
'Tous se crèvent en faisant des bêtises à essayer de voir qui est le meilleur.' Léon, Mellouet & Pennec (2004:160)


genre

Les noms d'activité en -erezh sont masculins (Le Bayon 1878:13, Merser 2011:13, Press 1986:62, Favereau 1997:§164).


  • an dornerezh
'le battage'


Le Bayon (1878:13) note l'exception magereah 'action de nourrir' qui est féminin. Favereau (1997:§164) confirme cette exception avec magerezh, ar 1vagerezh 'nourrissage'.

Selon le vannetais Le Bayon (1878:13), les noms qui ne sont pas des noms d'action, comme bossereah 'boucherie' sont aussi féminins.


(2) ur boberezh digor.
un boulangerie ouvert
'une boulangerie ouverte' Vannetais, Ar Meliner (2009:64)


Il y a aussi une variation dialectale dans le genre de ce suffixe. Favereau (1997:§164) donne ar pesketaerezh 'la pêche (halieutique)' et Helias (1986) le nom masculin pesketaèrèz, pesketèrèz. Ce nom est féminin pour Gros (1984:364) qui donne ar 1besketaèrez 'la pêche' et Denez (1985), ar 1beskerezh.

Favereau (1997:§189) signale une hésitation de genre dans marc'hadourezh 'marchandise'. Marhadoureah 'marchandise' est un nom féminin pour Le Bayon (1878:13), ainsi que marhadourèz 'marchandise' pour Helias (1986).

Sémantique

variation dialectale

Favereau (1997:§164) signale qu'en vannetais et en Pélem, le suffixe -erezh est utilisé pour les actions collectives (le suffixe -adeg n'y est pas utilisé). Il donne c'hoarierezh kartoù, 'des parties de cartes'. Favereau (1997:§142) donne votadeg en standard vs. voterezh en vannetais, Est-cornouaille et Léon.


En vannetais, le suffixe -erezh peut en tout cas référer à une action individuelle.

(1) ... ne oa ket fin d'he lârerezh.
ne était pas fin de'son2 parl.sfx
'...elle n'en finissait pas de parler.' Vannetais, Ar Meliner (2009:31)


Goyat (2012:323) ne signale à Plozevet qu'un seul suffixe en /-e:rɛz/, qui a pour lui une nuance collective. Il donne /far'se:rɛz/, farserez, 'farce', /ɡlwã'ne:rɛz/, gloanerez, 'lainage(s)' et /pes'ke:rɛz/, peskerez, 'produit de la pêche'.


-erezh vs. -adur, -adurezh

Le nom d'une action, aussi concrète soit-elle, n'est pas le résultat concret d'une action dont le nom se forme en -adur. Le Roux (1915:68) contraste ainsi les dérivation sur mein, meinadur 'partie empierrée de la route' et meinerez 'l'action d'empierrer considérée en elle-même'.

L'ajout à -adur du suffixe -ezh des noms abstraits obtient cependant alors un sens très voisin. Vallée (1980:XIX) note ainsi la proximité de -erezh et -adurezh.


(1) kelennadur '(une) instruction'
kelennadurez 'l'instruction' et, avec une majuscule, 'l'Instruction'
kelennerez 'l'art, la pratique de l'instruction' Vallée (1931:XIX)

-erezh vs.

Gros (1984:391) signale une préférence en breton trégorrois parlé, qui pourtant utilise ce suffixe, pour une suffixation à morphème zéro qui "fait plus concret".


(1) Me, pa vezan war ma gwri (/#gwrïèrez, #gwrïadenn) ne vezan ket o klask si en dud all.
moi quand1 suis sur1 mon2 coudre (#couture) ne1 suis pas à4 chercher défaut dans.le 1gens autre
'Moi, quand je suis à ma couture, je ne suis pas en train de rechercher (quels sont) les défauts des autres.'
Trégorrois, Gros (1984:391)


Il utilise lui-même les deux stratégies.


(2) Al labour(èrez)-douar a zo eur vicher stard.
le travail.N-terre R est un1 métier difficile
'L'agriculture est un dur métier.' Trégorrois, Gros (1984:364,7)


Diachronie

Selon Irslinger (2014:88), le suffixe -ereth remonte au moins au brittonique du Sud-Ouest.

Kersulec (2010:153) et Irslinger (2014:99) proposent la dérivation d'une composition ancienne du suffixe -er (< vieux breton -or) suivi du suffixe -ezh, f. (< proto-celtique *axtā).


A ne pas confondre

-erez vs. -erezh

Il existe aussi un suffixe en -erez, -ourez qui forme des noms d'agent féminins ou des noms de choses désignées par leur fonction.

Le genre peut parfois servir à différencier les deux affixes. Les suffixes de noms abstraits d'action sont masculins ou varient du masculin au féminin. Les noms d'agent ou d'objet sont uniformément féminins.

Il existe une opposition signifiante dans la voyelle du suffixe (/ɛ/ è vs. /e/ é). Gros (1984:63-64) et Helias (1986:13) considèrent que le suffixe -erezh des noms d'action est prononcé avec la voyelle initiale plus ouverte (/ɛ/, è). L'exemple de Gros en (1) montre aussi qu'il n'a pas de distinction genrée sur ces suffixes.


(1) Ar geginérez a zo war ar geginèrez.
le cuisin.-ière R est sur le cuisin.N.
'La cuisinière est en train de faire la cuisine.' Trégorrois, Gros (1984:364)


En cornouaillais de l'Est, la voyelle fermée /e/ est aussi associée au nom de machine avec dornérez 'batteuse' (Bouzec & al. 2017:236), ou hejerez (ijér'z, /iʒe:rəs/ à Bannalec ou Riec, Bouzec & al. 2017:265).


(2) Diwaétoc'h, deut dornérez péz bi'n da den o labour gan 'dud. Cornouaillais de l'Est
Diwezhatoc'h, deuet an dornerez pizh-bihan da dennañ o labour digant an dud. Équivalent standardisé
tard.plus venu (le) batt.euse pois-petit pour1 retirer leur2 travail avec (le)1 gens
'Plus tard, l'arrivée de la batteuse nous a retiré notre travail.' Bouzec & al. (2017:236)


A Moëlan cependant, la voyelle peut être la voyelle centrale /ə/. Bouzec & al. (2017:242) donne hejerez avaloù/krañv 'gaule pour faire tomber les pommes, les noix' sous les formes /'hi:ʒərəs 'aolu/, /'hi:ʒərəs krãõ/, hejerez-blouz 'secoueuse (dans la batteuse)' sous la forme /'hi:ʒərəz 'blu:z/.


Le tableau suivant récapitule les oppositions entre ces deux suffixes.


(3) nom abstrait d'action traduction nom concret d'outil ou femme traduction dialecte source
dornerez, ['dɔrnərəs] battage dornér'z, [dɔr'ne:rɛs] batteuse Cornouaillais de l'Est (Moëlan) Bouzec & al. (2017:263)
dornéréz batteuse KLT Helias (1986:'dornéréz')
marhadourèz marchandise marhadouréz marchande Helias (1986)
mèdèrez temps de la moisson medéréz moissonneuse, femme ou machine KLT Helias (1986:13)
medèrèh temps de la moisson Vannetais Helias (1986:13)
ar geginèrez action de cuisiner ar geginérez femme cuisinière Trégorrois Gros (1984:364)
hejerez, ijér'z, /iʒe:rəs/ secoueuse Cornouaillais de l'Est (Riec, Bannalec) Bouzec & al. (2017:265)
hejerez, ijerez, ['hi:ʒərəs] gaule, secoueuse Cornouaillais de l'Est (Moëlan) Bouzec & al. (2017:242)


Bibliographie

  • Kersulec, P-Y. 2011. 'Le genre des noms bretons en -erezh en question : éléments d'analyse sémantique', Klask 10, CRBC Rennes-2, 157-227.
  • Kersulec, P-Y. 2011. 'Les noms en –erezh à référence collective : esquisse de classement', Nelly Blanchard, Ronan Calvez, Yves Le Berre, Daniel Le Bris, Jean Le Dû, Mannaig Thomas (dir.), La Bretagne Linguistique 15, CRBC.
  • Kersulec, P-Y. 2010. Étude morphologique des noms en -erezh en breton moderne. Morphologie et grammaire, manuscrit de thèse université Rennes II. pdf