-achoù

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Une finale en -achoù, -ajoù peut marquer le pluriel en -où d'un nom singulier en -ach, -aj.


(1) Barzh ti ar seurezed ni nie ket ken restachou ar re all da verenn.
dans maison le sœur.F.s nous aurait pas autre.chose restes e ceux autre pour repas
'Chez les sœurs, nous n'avions que les restes des autres à midi.'
Le Juch, Hor Yezh (1983:17)


Gros (1984:356) donne traouajou, /chose.s.sfx.s/, 'choses, nippes, affaires'.

Il semble y avoir aussi un suffixe -achoù qui forme des noms qui n'ont pas de singulier et qui ont toujours une valeur hypocoristique dépréciative. Ce suffixe peut s'affixer sur des bases morphologiquement plurielles.


Morphologie

La morphologie en -ajoù semble prototypique du Trégor, et rare ailleurs (Favereau (1997:§147).

noms en '-achoù' au singulier

Certains noms en -achoù ne sont pas employés au singulier. Kervella (1947:§840) cite diankachoù, pellachoù, lostennachoù, malachoù, stokachoù, bruzhunachoù, kouezhachoù, et dislonkachoù.

Favereau (1997:§147) donne un nom en finale -achoù qu'il traduit par un singulier: freskachoù, 'viande fraîche'.


Faux doubles pluriels: 'traouachoù'

La finale -ouachoù du nom traoùachoù pourrait être considérée comme un double pluriel, mais la finale en -achoù est toujours associée avec une lecture péjorative, et le singulier * traoùach n'existe pas (Kervella 1947:§840).


Sémantique

Les noms dérivés en -ach, -aj, au singulier, ont parfois un sens péjoratif. En contraste, les noms en finale -achoù ont toujours un sens péjoratif (Kervella 1947:§840).


A ne pas confondre

Favereau (1997:§147) note que dans rodellajoù, 'spirales', il s'agit probablement d'une dérivation en -ad+-où.