-añs

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le suffixe -añs forme des noms abstraits.


(1) [ ər biwãs døtʃət kɛnklõzɛlirɔk ]
Ar bevañs 'd eo ket kenkloñs èl e-raok
le nourriture ne est pas aussi.bon que avant
'La nourriture n'est pas aussi bonne qu'avant.' Bas-vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:16)


Trépos (2001:75) donne noblañs, 'noblesse'. Press (1986:217) donne fiziañs, 'confiance', dismegañs, 'mépris'.

Favereau (1997:§150) donne demeurañs, 'domicile', degemerañs, 'réception', digorañs, 'présentation', diduañs, 'attraction', disfiañs, 'défiance' et le vannetais nec'hañs, 'embarras'.


Morphologie

genre

Selon Kervella (1947:§840), les noms en -añs sont féminins.

Press (1986 :62) note que ar fiziañs, 'la confiance', est féminin, quand ar bevañs, 'la nourriture', est masculin.


nombre

Les noms en -añs, lorsqu'ils ont un pluriel, le forment en -où (viltañsoù, Kervella 1947:§840).

Le nom kreañsoù, 'créances', n'existe qu'au pluriel (Kervella 1947:§840).

exocentricité

Le suffixe -añs forme des noms sur une racine verbale ou adjectivale.

  • Ar re a zo a-skoeañs genin n'o anavan ket nag int naket ne ouiont ket piv on.
'Je ne connais pas ceux qui sont à touche-touche avec moi, et eux ne savent pas non plus qui je suis.', Vannetais, Herrieu (1994:91)

Productivité

Le suffixe -añs, même s'il est soutenu par l'existence de noms en -ance, -ence en français, apparaît clairement sur des noms qui n'ont pas d'équivalent français avec cette dérivation (* inconfortance).


(2) Pesort diskonfortañs goude marv ma mab!
quel in.confort.N après mort mon fils
'Quel abattement après la mort de mon fils!' Le Scorff, Ar Borgn (2011:7)


Ce suffixe est par ailleurs renforcé par des emprunts directs au français, comme balañs, 'balance' (Press 1986:217).


Sémantique

-añs vs. -amant

Favereau (1997:§150) donne deux paires minimales où les suffixes -añs vs. -amant semblent équivalents, ou laissés au choix d'un dialecte ou l'autre.


(1) diduañs et diduamant, 'attraction', Pélem

(2) nec'hañs, 'embarras', vannetais

nec'hamant, 'embarras', standard

Diachronie

Le suffixe -añs est d'origine celtique (Kervella 1947:§840). Il est cependant soutenu en breton par des constants emprunts aux mots en -ance, -ence du français et de l'ancien français (Deshayes 2003:39).

  • latin ‑antia, f. > vieux français ‑ance, f.


Kervella (1947:§840) donne, pour le suffixe d'origine celtique: pareañs, nec'hañs, enebañs, dismegañs, bezañs, ezvezañs.

Il donne, pour le suffixe d'origine française: fiziañs, rekourañs, balañs, venjañs.