Évidentialité

De Arbres
(Redirigé depuis Évidentiels)
Aller à : Navigation, rechercher

Les marqueurs d' évidentialité sont les marques grammaticales dont le locuteur peut se servir pour qualifier son information ou la source de cette information.


(1) Damen! me n'am-eus ezomm sort ebed d' ar re all.
dame! moi ne'R.1SG a besoin sorte aucun à'le ceux autre
'Mais! Moi je n'ai besoin de rien, de l'avis des autres.' Trégorrois, Gros (1970:157)


Sont des évidentiels tous les éléments de la grammaire qui ont cette fonction, quelle que soit leur catégorie syntaxique. En breton, ce sont des syntagmes prépositionnels et des adverbes comme a-berzh-vat 'de source sure'.


Les prépositions

préposition eme

La préposition eme apparaît en incises et signale la source d'une parole rapportée.


(1) Echu eo, eme Ber.
fini est dit1 Pierre
'C'est fini, dit Pierre.' Standard, Kervella (1995:§130)


(2) Ar c'hezeg, emezañ, n'o devije ket kroget, ma ne vijes ket bet aze.
le chevaux dit.il ne 3PL aurait pas commencé si ne serais pas été
'Les chevaux, dit-il, n'auraient pas démarré si tu n'avais été présent.' J. Riou, cité par Kervella (1995:§704)

préposition evit

La préposition evit peut servir à introduire le point de vue ou la source d'une information.


(3) Eun dismegañs e oa evito. Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:21)
un affront R4 était pour.eux
C’était pour eux un affront.'


(4) /'vjume ˌtjọ ked ɛn 'drọ/
Eviton-me, ne zeuio ket en-dro.
pour.moi-moi ne1 viendra pas de retour
'A mon avis, il/elle ne reviendra pas.', Plozévet, Goyat (2012:265)

préposition gant

(4) Me 'zo o c'hober 'r c'hi gant hennezh.
moi est à faire le chien avec celui.ci
'Il me prend pour un chien.' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:V)


préposition hervez

La préposition hervez introduit le point de vue et la source d'une information. Cette source est spécifiée comme vague par la préposition complexe a-hervez.


(1) Herwe eo kollet lestr Kola. Prat, Brendan Corre (12/2017)
P.selon est perdu vaisseau Kola
'A ce qu'on dit, le vaisseau de Kola est perdu.'


(2) Me a oa eet fesonet-fall, a-hervez.
moi R était allé façonné-mauvais P.selon
'J'étais devenu pâle, paraît-il.' Trégorrois, Gros (1984:316)

relatives réduites en war et evel

On trouve comme propositions évidentielles des relatives réduites introduites par war ou evel.


(1) War _[ø]_ a glevan ez eus, en tu all d'ar mor, ur gêr a zo bourrus bevañ enni...
sur R1 entends R est en.le côté autre de'le mer un 1ville R est plaisant vivre dans.elle
'On dit qu'au delà des mers, il existe une cité au séjour enchanté...' Standard, Drezen (1932:5)


(2) War _[ø]_ a gomze...
sur R1 parlait
'Selon ce qu'il disait...' Standard, Press (1986:206)


(3) Evel _[ø]_ a vez lavaret...
comme R1 est dit
'Comme on dit...' Standard, Press (1986:206)

préposition da

La préposition da peut servir à introduire la source d'une information.


(4) Ankounac'heet am-eus piou a oa Soaz dezo.
oublié R.1SG-a qui R était Soaz à.eux
'J'ai oublié qui était Soaz dans leur imagination.' Trégorrois, Gros (1970:157)


(5) Din eo ur genaoueg ha netra ken. Kerrain (2001)
à.eux est un idiot et rien autre
'Pour moi (à mon avis), c'est un idiot et rien de plus.'


Kerrain (2001) mentionne aussi les structures d’am soñj, d’am meno, 'pour moi, à mon avis'.


infinitives introduites par da

Stephens (1990:154) note qu'en (1), où l'infinitive est introduite par da, "Le locuteur exprime quelque réserve quant à la véracité de sa déclaration".


(1) Da Yann da welout e oant holl aze.
pour Yann de1 voir [CP R4 étaient tous ]
'Autant que Yann puisse voir, ils étaient tous là.' Trégorrois, Stephens (1990:154)


Stephens (1990) remarque par ailleurs que "certaines infinitives" introduites par da ne peuvent pas être disloquées à droite. Il s'agit là d'une propriété des évidentielles, qui sont restreintes au domaine CP le plus haut dans la structure.


(2) (Da Yann da welout) e oa ar baotred aze (* da Yann da welout)
pour Yann de1 voir R était le 1hommes Trégorrois, Stephens (1990:161-2)
'Aussi loin que Yann pouvait voir, les hommes étaient là.'


(3) (Din da c'houzout) ez eo evel 'zo dleet (* din da c'houzout)
pour.moi de1 savoir R est comme est Trégorrois, Stephens (1990:162)
'C'est correct, autant que je sache.'

da welet, 'à voir, à vue de nez'

Da welet indique qu'il y a une source visuelle pour l'information.


(4) Hi da weled a zo kosoh evitañ.
elle à1 voir R est vieux.plus que.lui
'Elle paraît plus âgée que lui.' Trégorrois, Gros (1989:'gweled')

variation dialectale

da-laras

A l'Ouest du Trégor, l'évidentiel gouez da n'est pas connu (Gros 1970:162). C'est la préposition complexe da-laras qui est employée dans les mêmes environnements.


(x) Ne oa ket deut e gig gantañ toud, da laras-añ!
ne était pas venu son1 viande avec.lui tout à dit.lui
'Il n'avait pas ramené toute sa chair (il y avait laissé des plumes), comme il disait.'
Trégorrois, Gros (1984:39)


Expressions

klevout parlant

(1) Klevet 'm-eus parlant int deuet tout-à-fait modern.
entendu '1SG-ai parole sont venus tout-à-fait moderne
'J'ai entendu qu'ils sont devenus tout-à-fait modernes.' Ouessant, Gouedig (1982)


klevout laret...

(2) Klevet em-eus lavared oa eun ti bihan gwechall. Ouessant, Gouedig (1982)
entendu 1SG-a dire était un maison petit autrefois
'J'ai entendu dire qu'il y avait autrefois une petite maison.'

Horizons comparatifs

Les évidentiels sont très répandus à travers les langues, et de catégories très diverses. Il peut s'agir de clitiques, comme prý en tchèque.


(1) Xabier prý přišel.
Xavier apparemment vint
'Apparemment, Xabier est venu.' Tchèque, Rezac (c.p. 11/2016)


Il existe aussi des particules plus ou moins intégrées à la morphologie verbale comme omen, ote à travers les dialectes basques du centre et de l'Est (Etxepare & Uria 2016), ou ei en basque de l'Ouest (Elordieta & Haddican 2016).


(2) Xabier etorri omen da.
Xabier venu évidentiel est
'Apparemment, Xabier est venu.' Basque, Etxepare & Uria (2016:266)


(3) Ba omen/ei dato-z gu-regana.
ptc. évidentiel viennent nous-à
'Apparemment, ils viennent sur nous.' Basque, Elordieta & Haddican (2016:232)


marqueurs obligatoires d'évidentialité

Il y a des langues où le marquage de la source de l'information est obligatoire. En Yup'ik en (3), si la particule -gguq n'était pas présente, l'implication obligatoire serait que le locuteur a eu une expérience directe du village décrit.


(3) Tua-llu-gguq nunaa-t uku-t uita-lri-it.
alors-et-évidentiel village-ABS démonstratif-ABS être-passé-3
'Et alors, selon eux/ils disent, il y avait ce village.' Yup'ik, Reed & al. (1977)


Une autre possibilité en Yup'ik est l'insertion d'une particule inférentielle (war a seblant, 'apparemment') comme en (4), qui marque que l'énoncé résulte d'une inférence: le locuteur devine que quelqu'un est parti, mais il n'en a pas d'expérience directe, et personne ne lui en a parlé.


(4) Ak'a-ggem ayag-llru-uq
déjà-inférentiel partir-passé-3
'Apparemment, il est déjà parti.' Yup'ik, Reed & al. (1977)


égophoricité

L'égophoricité est une catégorie grammaticale assez peu typologiquement répandue qui indique si un des participants du discours (locuteur ou interlocuteur) est ou a été impliqué dans un évènement. Ces marqueurs sont souvent restreints aux phrases avec des sujets agentifs, ou avec des sujets de seconde personne.


A ne pas confondre

Les marqueurs évidentiels sont parfois confondus avec les marqueurs d'épistémicité, qui concernent, eux, le marquage de la confiance que le locuteur montre dans la véracité de son énoncé (marteze 'peut-être', moarvat 'san doute'...).

Sont à la fois évidentiels et épistémiques les marqueurs qui prennent le locuteur lui-même comme source, si celui-ci montre aussi une grande confiance dans la véracité de son énoncé, comme avec sur avat! 'ça oui!' ou meus aon 'je pense'.


Bibliographie

breton


horizons comparatifs et théoriques

  • Elordieta, Arantzazu & Bill Haddican. 2016. 'Strategies of verb and verb phrase focus across Basque dialects', Beatriz Fernandez & Jon Ortiz de Urbina (éds.), Microparameters in the Grammar of Basque, 221-241.
  • Etxepare, Ricardo & Larraitz Uria. 2016. 'Microsyntactic variation in the Basque hearsay evidential', Beatriz Fernandez & Jon Ortiz de Urbina (éds.), Microparameters in the Grammar of Basque, 265-288.
  • Aikhenvald, Alexandra. Y. 2004. Evidentiality, Oxford: Oxford University Press.
  • Aikhenvald, Alexandra Y. 2014. 'The grammar of knowledge: a cross-linguistic view of evidentials and the expression of information source', Alexandra Y. Aikhenvald & R.M.W. Dixon (éds.), The Grammar of Knowledge. A Cross-Linguistic Typology, Explorations in Linguistic Typology 7. Oxford: Oxford University Press, 1–51.
  • Cornillie, Bert. 2009. 'Evidentiality and epistemic modality: On the close relationship between two different categories', Functions of language 16 (1): 44–62.
  • Diewald, Gabriele & Smirnova, Elena (eds.) 2010. 'Linguistic realization of evidentiality in European languages', Empirical Approaches to Language Typology [EALT] 49. Berlin: Walter de Gruyter.
  • Englebretson, Robert. 2007. 'Stancetaking in discourse: An introduction', Robert Englebretson (éd.), Stancetaking in discourse. Subjectivity, evaluation, interaction, Pragmatics & Beyond New Series 164. Amsterdam /Philadelphia: John Benjamin's, 1–25.
  • Gipper, Sonja 2011. Evidentiality and intersubjectivity in Yurakaré: an interactional account, PhD Dissertation, Radboud Universiteit Nijmegen.
  • Mushin, Ilana. 2001. Evidentiality and epistemological stance: narrative retelling, Amsterdam: John Benjamins.
  • Nuckolls, Janis and Lev Michael (éds.) 2014. Evidentiality in interaction, Amsterdam: John Benjamins.
  • Reed, Irene, Osahito Miyaoka, Steven Jacobson, Paschal Afcan, and Mickael Krauss. 1977. Yup'ik Eskimo Grammar, Fairbanks: Alaska Native Language Center and Yup'ik Language Workshop, University of Alaska.
  • San Roque, Lila. 2015. 'Using you to get to me: Addressee perspective and speaker stance in Duna evidential marking', Epistemic marking in typological perspective, Lila San Roque & Henrik Bergqvist (éds.). STUF: Language typology and universals, 68 (2), 187–210.