Élicitation

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Une élicitation est une séance de recherche linguistique de terrain avec au moins un ou une locutrice. La liste de tâches ou de questions est appelé un protocole d'élicitation.

Le travail d'élicitation consiste à confronter un locuteur natif avec ses intuitions grammaticales dans sa propre langue. Il existe de multiples tâches d'élicitation possibles dans un protocole: compréhension, traduction, jeux de question-réponse, permutations de données libres... Telle phrase dans tel contexte est-elle grammaticale? Est-elle aussi pertinente dans le contexte donné? Comment décrire une image donnée? Si l'ordre des mots est inversé, la phrase reste-t-elle grammaticale?

L'élicitation est une des sources possibles des bases empiriques d'une grammaire, à côté des relevés de corpus ou des études statistiques d'usage. Ses résultats sont précieux car l'élicitation est la seule source de données qui fournit des données négatives, c'est-à-dire des jugements grammaticaux par un locuteur natif que, du moins dans sa variété de langue propre, une forme donnée est agrammaticale. Par définition, les formes agrammaticales ne se trouvent effectivement pas dans les corpus, et une absence statistique prouve juste que la forme en question n'est pas répandue. L'élicitation permet donc de tracer les limites de ce qui est possible dans un système linguistique donné.

Ce site comprend une centrale d'élicitation. Les résultats bruts des protocoles y sont postés en ligne. Ils alimentent la recherche en syntaxe formelle, mais aussi la grammaire descriptive ARBRES sur ce site.


protocoles

Une structure grammaticale peut être étudiée en lui faisant subir des tests assez similaires aux tests mis en place en chimie pour analyser une matière. Pour étudier un adverbe, on va par exemple le mettre dans tous les endroits possibles dans la phrase et vérifier si les résultats sont grammaticaux ou agrammaticaux pour les locuteurs natifs. On pourra aussi mettre la phrase à différentes valeurs temporelles ou aspectuelles, et voir si les adverbes restent grammaticaux avec ces différentes valeurs. Pour un adverbe donné, on pourra chercher à le modifier, à le mettre sous un focus, à le bouger dans la phrase ou à le cliticiser, pour dégager un portrait syntaxique le plus complet possible, qui rendra compte au plus près de la compétence d'un locuteur, afin de modéliser sa grammaire interne.

Les tâches prévues dans une séance d'élicitation (traductions, jugements de grammaticalité, descriptions d'images, etc.) sont réunies dans ce qui est appelé un protocole.


élicitation vs. corpus

L'élicitation peut être enrichie par un travail d'analyse de corpus, mais elle fournit des informations précieuses que le corpus ne peut fournir.

Jamais un corpus ne nous dira les limites d'une structure donnée. Le corpus est limité par la performance, et non par la compétence. Il peut tout au plus nous donner une idée des contextes favorables à l'apparition de structures grammaticales.

Le travail d'élicitation nous fournit en plus l'assurance que pour un locuteur donné, telle ou telle structure n'est pas possible. Ce sont ces limites précisément que la grammaire générative cherche à expliquer. De plus, l'élicitation peut étudier des structures rares en corpus mais cependant solidement grammaticales. L'élicitation permet d'étudier la compétence des sujets parlants, la connaissance interne fine qu'ils ont du système de la grammaire de leur langue.