+C

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le signe + C en exposant dans les gloses signale une consonne présente en raison de la voyelle à l'initiale du mot suivant. Dans certains dialectes, certaines consonnes voisées déclenchent aussi l'insertion de cette consonne.


(1) Matriona gaezh a yae war goshaat ivez hec'h unanik.
Matriona1 chère R1 allait sur1 vieillir aussi son.3SGF+C 1.DIM
'Matriona vieillissait aussi seule.'
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:50)


inventaire des éléments porteurs d'une consonne surnuméraire

Les éléments porteurs de la consonne surnuméraire provoquent tous une mutation, mais ce n'est pas toujours la même: la consonne surnuméraire apparaît avec des éléments qui provoqueraient une spirantisation (he2 dans hec'h anv 'son nom') une mutation durcissante (ho3 dans hoc'h anv 'votre nom'), ou encore une mutation mixte (léniprovection, oc'h anzav 'en train d'avouer', mac'h anzavan 'si j'avoue').


possessifs he, hec'h, ho, hoc'h

La consonne surnméraire /X/ apparaît le plus visiblement sur les possessifs he 3SGF, 'son, sa' (hec'h anv, 'son nom (à elle)') et ho 2PL (hoc'h anv, 'votre nom').


(1) darn eus hec'h amezegezed
certain de son+C voisines
'certaines de ses voisines.' Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:36)

rannig e, ec'h

On trouve aussi ce même phénomène sur le rannig e4 (cf. le /z/ dans ez eus, la copule existentielle).


(2) Met kerkent ec'h adkemere an tren e lañs hag ar veajourien o flasoù.
mais aussitôt R4, +C re.prenait le train son1 élan et le 1voyag.eurs leur2 place.s Trégorrois (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:09)
'Mais le train reprenait aussitôt son élan, et les voyageurs leurs places.'


(3) Ne oar ket [CP ec'h on klanv ].
ne1 sais pas R4, +C suis malade
'Il ne sait pas que je suis malade.' Tréguier, Leclerc (1986:203)


La consonne semble plus voisée en vannetais.


(4) 'Gosik eh on-me er-maez. Vannetais, Herrieu (1994:106)
presque R+C suis-moi dehors
'Je suis quasiment dehors.'


(5) [...] lâret a rae o ofiserion dezhe eh oant edan monet e Pariz [...]. Vannetais, Herrieu (1994:29)
dire R1 faisait leur offic.iers à.eux R4,+C étaient sous aller à Paris
'[...] leurs officiers leur disaient qu'ils étaient sur le point d'aller à Paris [...].'


Dans les dialectes qui ont perdu la distinction a/e des rannigs, on trouve la consonne sur un rannnig réalisé par la voyelle /a/. Leclerc (1986:63,fn1) le signale par exemple avec la copule eo, 'être' (6). En standard ou dans les autres dialectes, la forme ici obligatoire serait la forme a zo de la copule, précédée donc du rannig a1.


(6) Pêr ac'h ê du e dôk.
Pierre R.+C est noir son1 chapeau
'Le chapeau de Pierre est noir.' Trégorrois, Leclerc (1986:63,fn1)

négation ne, ne'z, ned, nen, nend

(1) ... met nend aomp ket d'ar memp tu. Vannetais, Herrieu (1994:81)
... mais ne+C allons pas à'le même côté
'...mais nous n'allons pas du même côté.'


Merser (1963:§365) signale comme optionnelle la consonne devant les formes du verbe bezañ 'être'.


(2) Ne(d) on ket...
ne1 suis pas
'Je ne suis pas...' Merser (1963:§365)


Pour l'existentiel négatif n'eus ket, n'ez eus ket, ne deus ket, Merser (1963:§366) signale la consonne /N/ comme trégorroise.


(2) N'en eus ket.
ne1,+C est pas
'Il n'y a pas...' Trégorrois, Merser (1963:§366)

ma, mag, ma'h, mar, mand, marg, ma'z

La consonne surnuméraire prends des formes très diverse avec le complémenteur ma: mag, mah, mar, mand, mard, marg, ma 'z... (voir l'article sur ma pour d'autres exemples).


(1) Mar don harluet amañ, keit all, gant kalzig eus ma c'henvroiz...
si4, +C suis exilé ici si.loin autre avec beaucoup.DIM de mon com.patri.otes Standard, Drezen (1990:30)
'Si je suis exilé ici, si loin, avec beaucoup de mes compatriotes...'


(2) Pe betek ar gador a-hont ma 'z oc'h ket re skuizh.
ou jusqu'à le 1chaise là-bas si +C êtes pas trop fatigué
'Ou jusqu'à la chaise là-bas si vous n'êtes pas trop fatiguée.' Léon, Kervella (2009:95)


En haut-vannetais, la consonne surnuméraire nasale teinte la voyelle précédente qui devient aussi nasale.


(3) Keuz am eus mand eo ret da ma mab monet.
regret 1SG a que4, +C est nécessaire à mon fils aller
'J’ai du regret que mon fils doive partir.' Haut-vannetais, Louis (2015:110)

pa, pa'z, pa'h, pa'd, pan

La carte 475 de l'ALBB, traduction de 'quand je vais', montre les différentes consonnes qui apparaissent devant une voyelle. On trouve les formes /pa zã, pa zãn, pa nã, pa hã, pa dã, a pe dãõ/. Il se pourrait que la glide /j/ en fasse partie (/pa yã, pa yãn / dans l'ALBB).

Pa peut aussi se trouver sous la forme pan devant une voyelle.


(3) pan eo c'hwi a deu.
quand est vous R1 vient
'puisque c'est vous qui venez.' Tréguier, Leclerc (1986:137)


La consonne épenthétique peut aussi être G en cornouaillais, devant une prononciation du rannig e (cf. pag e teuon 'quand je viens', / pag e yãõ / 'quand je vais', à Pluguffan, point 48 de l'ALBB, cartes carte 482, 475).


particule o, oc'h

Finalement, on trouve une consonne surnuméraire sur la particule o.


(4) evit deomp nompas bezañ gwelet oc’h erruout asambles.
pour de.nous ne.pas être vu à4, +C arriver ensemble
'Pour pour que nous ne soyons pas vus arrivant ensemble.' Cornouaillais (bigouden), Bijer (2007:342), cité dans Jouitteau (2012b)

Variation dialectale

nasales et liquides déclencheuses

En Trégor, en Goëlo, en breton central et en haut-cornouaillais, ce phénomène est étendu aux consonnes L, M, N et R. Ce sont des consonnes liquides ou nasales qui sont voisées, et ont en cela le même effet phonologique qu'une voyelle.


(1) Setu petra an neus laret hoc'h mamm.
voici quoi R a dit votre+C mère
‘Voici ce qu'a dit votre mère.’ Tréguier, Leclerc (1986:76)


 Koadig (2010:84):
 "E Treger, pa 'n em gav an anv-gwan perc'hennañ he dirak ur vogalenn e teu war glev un h pe un c'h. Da skouer hec'h evn (e-skoaz e evn). 
 
 E Goueloù e lakaer hec'h ivez dirak L, N hag R: hec'h lien. Evel-se ne vesker ket gant e lien. Degasomp da soñj e tistager i ar gerioù he hag e e Goueloù. Graet e vez hañval evit ho hag a zeu da vezañ hoc'h dirak ur vogalenn pe ur gensonenn linkus pe fri.
 
 ho mamm (Standard) >  hoc'h mañm (Goelo)
 ho loer (Standard) >  hoc'h loèr (Goelo)
 ho neizh (Standard) > hoc'h nèz (Goelo)   "

glide, semi-voyelle

Logiquement, on trouve ce même phénomène atteindre les semi-voyelles.


(2) [ hjize ndyd dǝ-dal ǝ Stê:r ]
ec'h yaje an dud da-dal ar stêr.
R4,+C allait.HAB le1 gens vers le rivière
'Les gens allaient à la rivière.' Haut-cornouaillais (Lanvenegen), Evenou (1987:627)


Wmffre (2003:28, 2007:577) note qu'il existe un équivalent en gallois, qui opère aussi la provection sur les nasales, les liquides et les glides.


(3) standard Bothoa gallois
'sa raison' he rezon heh rezon
'son livre' he leor heh lever
'son neveu' he niz heh ni ei nhai
'sa mère' he mamm heh mamm ei mhamm
'sa poule' he yar heh yar
Wmffre (2007:577)

optionalité

En (4), Nicolas (2005:26) donne une prononciation en bas-vannetais avec une mutation mixte dévoisée B>F, qui ne déclenche donc pas de consonne surnuméraire. Sa transcription orthographique donne l'alternative: ne pas dévoiser le résultat de la mutation mixte, produire une consonne voisée /v/ mais ajouter alors une consonne /h/ (voisée de /X/).


(4) [ betad ǝrǝt avǝzǝl mi frasǝt ]
Betaat a rit a-vuzul m'eh vrasait.
bête.devenir R faites à-mesure que R4 / +C grandissez
'Vous devenez plus bête en grandissant.' Bas-vannetais, Nicolas (2005:26)


Analyses

Humphreys (1985:167) considère que la provection est une opération qui transforme un morphème zéro /ø/ en /h/. Il postule ce morphème zéro devant les voyelles initiales (/ø'alvé/ 'clé' > /ó h'alvé/ 'votre clé').

A ne pas confondre

Certains mots ont, suivant leur contexte phonologique, une consonne finale prononcée ou pas. C'est le cas par exemple du complémenteur ha(g) 'que, si'. Il ne s'agit pas du même phénomène; cette consonne particulière fait partie de sa représentation phonologique et aucune autre consonne n'est jamais exprimée (*haz, *hah...).


Bibliographie

  • Humphreys, H. L. 1985. Phonologie, morphosyntaxe et lexique du parler breton de Bothoa en Saint-Nicolas-du-Pélem (Côtes-du-Nord) (thèse de doctorat d’état), Brud Nevez, Brest.
spécifiquement p. 167-176.
  • Iosad, P 2010, 'Incomplete neutralization and unorthodox markedness in Breton laryngeal phonology', présentation à Celtic Linguistics Conference 6, Dublin, Ireland, 6/09/10. powerpoint.
  • Le Dû, J. 1986. 'A sandhi survey of the Breton language', H. Anderson (ed.), Sandhi Phenomena in the Languages of Europe, Mouton de Gruyter, Berlin.
  • Timm, L. 1985. 'Breton mutations: Literary vs. vernacular usages', Word, 35:95-107, texte.
  • Wmffre, Iwan. 2007. Breton Ortographies and Dialects: The Twentieth Century Ortography War in Brittany, Oxford: Peter Lang (2 vol.).
spécifiquement vol I. p. 575, 579.